ALGER (SIWEL) — L’annonce du chef de l’État algérien Abdelaziz Bouteflika de lever l’état d’urgence instauré depuis 1992 n’a pas convaincu les deux partis d’opposition à ancrage kabyle, le FFS et le RCD.

 

Levée de l'état d'urgence : arnaque selon le FFS et manœuvre dangereuse pour le RCD
Le Front des forces socialistes (FFS) par la voix de son premier secrétaire, Karim Tabou, a qualifié l’annonce du président algérien "d’arnaque". Pour lui, Bouteflika ne fait que ce que Moubarak a voulu faire : remplacer des dispositions de l’état d’urgence par d’autres sous couvert de lutte antiterroriste.

« Le chef de l’État escompte un bénéfice politique à bon compte. Tout en maintenant en place le dispositif d’exception, il fait avaliser toutes les mesures antérieures quelles soient politiques ou sécuritaires et se fabrique une image d’homme d’ouverture auprès de l’opinion internationale », a déclaré M. Tabou lors d’une allocution à l’École « Ali Mecili » devant les militants de son parti.

Pour le FFS, a-t-il dit, « les choses sont claires, le peuple algérien aspire à un changement radical et pacifique. Le peuple algérien veut la démocratie pour bientôt, pour demain ». Mais, a encore estimé l’orateur, « cette tentative de manipulation aura au moins le mérite d’aider à la décantation de la situation politique en Algérie. »

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a considéré dans une déclaration qu’ « au lieu de répondre à des aspirations populaires légitimes de demande de changement d’un système politique qui a ruiné la nation et asservi le peuple (…) le régime engage le chef de l’État pour louvoyer et promettre une possible levée de l’État d’urgence avec interdiction de manifestations publiques sur Alger. »

Le RCD rappelle qu’il s’en tient à la décision retenue avec ses partenaires et maintient sa participation à la marche populaire du 12 février à Alger.

« L’ouverture politique et médiatique, revendiquée par les initiateurs, appelle une volonté politique claire qui ne saurait s’accommoder avec les ruses et les tergiversations qui ont mené notre pays au désastre actuel, » a précisé ce parti qui a invité les citoyens à « faire preuve de la plus extrême vigilance dans ces moments de grande tension pour maintenir le cap sur la voie d’un changement démocratique pacifique attendu par notre peuple depuis 1962. »

ysn
SIWEL 041514 FEV 11

Partager ceci...