BOUZEGUENE (SIWEL) — Moins d’une heure trente après leur arrestation, les trois militants souverainistes kabyles interpellés à Bouzeguene ont été libérés. La réactivité des citoyens de la région qui arrivaient par dizaines devant le commissariat a contraint les policiers à libérer le Président de la coordination de Bouzeguene, Zahir Messaoudene et les deux militants, Idir Amzal et Yacine Chebini. Nous les avons contacté.

 

Mas Zahir Messaoudene, que nous avons contacté, nous a précisé qu’il était, avec deux autres militants, en train d’afficher l’appel à la marche de Yennayer lorsqu’un groupe d’agents de la police coloniale les ont encerclés et interceptés pour les emmener au commissariat. L’alerte a aussitôt été donné et les citoyens ont commencé à se regrouper devant le commissariat.

Zahir Messaoudene nous a expliqué qu’un policier, kabyle, a osé hausser le ton et avait fait preuve d’un excès de zèle face à des militants politiques. Il les a insultés parce qu’ils voulaient "diviser le pays", avant qu’un autre policier, plus responsable, prenne les choses en main pour calmer les choses.

Les affiches pour la marche de Yennayer, cartes d’identité kabyles, les drapeaux kabyles ainsi qu’un appareil photos leur ont été confisqués.

Le Président de la coordination de Bouzeguene a également signalé que les policiers algériens s’affairent depuis hier à arracher les affiches mais qu’ils sont déterminés à refaire l’opération jusqu’au jour même de la marche à At Ziki, Idjeur, Illulen Umalu et Bouzeguene, les quatre archs qui dépendent de la coordination inter-archs de Bouzeguene.

nbb/wbw
SIWEL 091502 JAN 17

Partager ceci...