L’élection du 18 avril est une parodie pour disqualifier les peuples de l’Algérie

KABYLIE (SIWEL) Le plan du régime colonial algérien se déroule bien, et c’est ce qui explique son calme truculent et son étrange placidité. Les services de sécurité du régime sanguinaire algérien vont infiltrer les manifestations et farder leur caractère pacifique. La violence va étaler le tapis à la répression…à l’état d’urgence et à la continuité de ce régime illégitime. L’élection du 18 avril est une parodie pour disqualifier les peuples de l’Algérie. 

Trop d’intérêts pour céder le pouvoir aussi rapidement. L’effervescence soudaine de la rue en Algérie n’augure rien de bon. La terre va être encore irriguée de sang des innocents et des âmes vont être sacrifiées pour garder l’emprise sur les richesses de cette Algérie créée de toutes pièces par la France coloniale, et les États-Unis ne vont pas bouger le petit doigt. 

Ce désaveu populaire sera éphémère et inconséquent. Cet espoir n’est qu’une hallucination, car les gens ne voient pas les choses comme elles sont vraiment. Cet élan n’est qu’une illusion. Le manque d’éveil va provoquer un réveil brusque d’un rêve éphémère pour vive un long cauchemar. Il ne restera plus rien de cet enthousiasme qu’un souvenir amère.

Ces peuples se souviendront de ce mythe d’unité que l’école leur a ingéré à travers le temps et qui s’est étendu stérilement depuis longtemps. Un temps de rêves brisés, de vies dévastées depuis que l’armée des frontières a imposé la cruauté au détriment de la liberté.

Par-dessus cette parodie, il y a le peuple kabyle, le guerrier des temps et de la vie, qui doit s’armer de vigilance et de discernement. Ce peuple autochtone qui, tient à sa terre comme ses oliviers, à sa patrie comme ses montagnes, et à son identité comme ses ancêtres , refuse d’être un bouc émissaire pour légitimer cette parodie du 18 avril 2019

Cette élection ne concerne pas la Kabylie. Il ne faut pas s’aventurer sur cet échiquier de la mort. Il faut se méfier des appels anonymes qui incitent à initier des actions à partir de la Kabylie.

Le peuple kabyle a versé trop de son sang et sacrifié trop de vies pour autrui, sans se soucier de soi au point qu’il est devenu presque un intrus chez lui. 

Pour comprendre, il faut remémorer le passé et regarder en face le présent et le futur. Le peuple kabyle est cet être libre, maître de ses terres que ses ennemis tentent de décimer par des adages insensés tels que : nous sommes des Amazighs arabisés par l’islam, nous formons une nation unie et indivisible ou nous sommes la fierté du monde arabe. Non! Le peuple kabyle est fier de son identité kabyle, de son amazighité et de son histoire millénaire. Le peuple kabyle est démocrate, laïc et civilisé. Le peuple Kabyle se bat pacifiquement pour son droit à sa liberté et à son indépendance.

Les braves Kabyles savent, ad hoc,  qu’un peuple qui tourne le dos à son identité et à son histoire son déni fleurit même dans le gouffre de l’oubli et la haine de soi dans les cités enivrées. Un brasier le dévorera et le vent emportera ses cendres. Un peuple qui erre la mort dans l’âme est maudit par la vie qui le supporte.

Le peuple kabyle restera insoumis et indomptable. 
Vive la Kabyle libre et indépendante.

SIWEL 071740 MAR 19

Partager ceci...