PARIS (SIWEL) — Le musicien norvégien Pål Moddi Knutsen entamera sa tournée internationale ce mardi soir par un concert à Paris à l’occasion de la sortie de son album « Unsongs » dans lequel il reprend 12 chansons censurées ou interdites d’antenne en leur temps, oeuvres d’artistes assassinés, emprisonnés ou exilés pour leur engagement politique, et dont fait partie « Aɣuru », l’œuvre parodiant l’hymne national algérien en kabyle et qui a coûté la vie au chantre de la Kabylie, Lounès Matoub, assassiné par le pouvoir arabo-islamique algérien en 1998

 

Moddi est un artiste norvégien sensible aux causes justes. Un activiste engagé sur le front écologique et politique. Il a ainsi participé à plusieurs rassemblements contre l’installation des compagnies pétrolières en Norvège du Nord et en Arctique.

Fidèle à ses principes, il est allé jusqu’à refuser un financement de la fondation de Statoil qui s’élève à 100 000 €. Il déclare : « je ne veux pas pour ami Statoil ». En rajoutant : « qui sur terre accepterait une amitié pour des raisons financières ? » Cela nous renseigne sur la force des convictions et la détermination de l’artiste.

Dans son nouvel album intitulé Unsongs, il reprend des chansons censurées ou interdites d’antenne en leur temps ainsi que celles d’artistes assassinés, emprisonnés ou exilés pour leur engagement politique. Les chansons proviennent d’origines diverses et mettent en avant les personnes victimes de l’autarcie ou de l’arbitraire et dénoncent ceux qui les exercent. Certains morceaux sont vieux de plus de 200 ans, d’autres ont à peine un an.

Sur son blog, l’artiste précise les raisons qui ont donné naissance à Unsongs : « je me suis posé la question suivante : pour quelle raison censure-t-on une chanson ? J’ai décidé d’accepter toutes les réponses plausibles, même les plus gênantes et inconfortables. Après deux ans de réflexion et de recherche, UNSONGS est la réponse »

Parmi les chansons choisies y figure "Aɣuru" l’œuvre parodique de l’hymne national algérien, qui a coûté la vie à Dda Lounès Matoub. Moddi l’a présenté comme le porte-drapeau du combat identitaire kabyle.

Sur son blog, Moddi qui ne connaissait pas la Kabylie a cité Matoub en le présentant comme un chanteur algérien. Des militants, dont Kaci Hamadi, un citoyen kabyle résidant en Norvège l’ont contacté pour lui donner plus d’informations sur le rebelle et son combat. Ils lui précisèrent que :

« Matoub est un chanteur kabyle assassiné en 1998 par le gouvernement algérien d’essence arabo-musulman. Durant toute sa carrière, il a été le porte-voix du peuple kabyle, en lutte pacifique pour la reconnaissance de ses droits identitaires, culturels et linguistiques.

Depuis 2001, après l’assassinat à l’arme de guerre de 130 citoyens de Kabylie et des milliers de blessés abandonnés sans soins.

Les kabyles œuvrent pour leur droit à autodétermination. Cela rendrait justice à ce peuple opprimé depuis longtemps que de présenter Matoub Lounès sous son identité réelle, à savoir kabyle, car l’Algérie est un État colonial ».

Impressionné par le courage et la détermination de Matoub et sensibilisé à la situation politique du peuple kabyle. Il a expliqué à Kaci qu’il souhaite se rendre en Kabylie pour réaliser un documentaire. Toutefois, il a précisé que pour l’instant, il n’a ni les moyens ni le temps pour mener à bien ce projet.

Entamant sa tournée internationale par Paris ou il va présenter Unsongs, Moddi serait certainement content de rencontrer ce soir la communauté Kabyle établie en région parisienne.

Date du spectacle :
Mardi 20 septembre 2016 à 20h

Lieu du spectacle :
ESPCACE B, 16, rue Barbanègre 75019 Paris
Entrée : 10 € en prévente / 12 € sur place

Moddi se produira le 23/09 à Madrid, le 24/09 à Cologne, le 25/09 à Graz, le 26/09 à Budapest, le 27/09 à Brno, le 28/09 à Olomouc, le 29/09 à Prague, le 01/10 à Amsterdam, le 03/10 à Londres, le 06/10 à Berlin, le 07/10 à Hambourg…
Pour écouter/acheter l’album "Unsongs", choisissez votre plate-forme favorite

nu/wbw
SIWEL 201645 SEP 16

Voici un extrait de la chanson Aɣuru traduite en anglais :

Paroles de la chanson Aɣuru de Lounès Matoub, traduite en anglais par Pål Moddi Knutsen et Maren Skolem, et qui fait partie du dernier album "Nosongs" du norvégien Moodi sorti le 16/09/2016 :

Open Letter

What’s the point waiting for the doorman to drop the key?
You’ll be gone long before this evil falls asleep.
What’s the point waiting for a better day to come along?
They will bow to their dogs before they see our reign come.

First the French decamped and left us with the garbage.
Then our flag was dyed with Islam and Arabic.
They forgot to whom this country once belonged.
There is always someone here to take the throne.
Traitors, traitors, traitors.

Did you believe that they would listen just because they said they would?
How naïve! They’ve always been too righteous for their own good.
For you know, power is addictive to the one it wields.
They have sown with evil hands and harvest our tragedy.

First the French decamped and left us with the garbage.
Then our flag was dyed with Islam and Arabic.
They turned a blind eye to Algeria’s free men.
We could have it all but were enslaved again.
Traitors, traitors, traitors.

All the same we will never let them have their filthy ways.
We remain! These are our mountains; this is our place.
We will break through the the door and have what’s ours all along.
For without us Algeria is suffering on her own.

So come the rain, come the wind come the hunger.
We won’t sit and wait for freedom any longer.
We must sacrifice the arm to save the heart.
We will split the land before it falls apart.

First the French decamped and left us with the garbage.
Then our flag was dyed with Islam and Arabic.
But our roots go deep and our will is strong.
We will cling onto the land where we belong.
Traitors, traitors, traitors.


Written by the Kabyle singer, poet and freedom fighter Lounes Matoub. Translation by Pål Moddi Knutsen and Maren Skolem. The melody is based on the Algerian national anthem.

Partager ceci...