Le militant souverainiste Yacine Ihedducen interrogé pendant 3 heures par la police coloniale

AT ZELLAL (SIWEL) — Après avoir reçu plusieurs convocations de la part de la police coloniale algérienne dont la dernière date du 21 janvier, le président de la section MAK-Anavad d’At Zellal, Yacine Ihedducen, dit Yugurten, a décidé de se rendre ce dimanche 28 janvier en fin de matinée au commissariat de Mekla.

Ne faisant pas confiance aux policiers kabyles pour mener les interrogatoires car leurs supérieurs hiérarchiques les soupçonnent d’avoir eux-mêmes des penchants souverainistes et soutiendraient l’idée de l’indépendance de la Kabylie, c’est un policier arabe qui a été désigné pour mener l’interrogatoire du militant souverainiste kabyle.

En refusant de répondre car il est de son droit de se plaindre ne pas comprendre la langue du colon, c’est dépités qu’ils ont dégoté un policier kabyle pour prendre le relais.

L’interrogatoire est toujours le même, suivant la directive MAK concoctée par le premier ministre algérien, il était question notamment de :

  • Savoir s’il est en contact avec Ferhat Mehenni, le président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)
  • Que le drapeau kabyle étant interdit… Comment les militants se procurent-ils les drapeaux kabyles ? Quelle est la provenance des drapeaux lors des manifestations lycéennes ?
  • Accusé d’être derrière toutes les activités souverainistes de la région, on lui a posé des question sur les cotisations pour l’organisation des actions…

Après trois heures qu’aura duré cet interrogatoire qui n’a ni queue ni tête, Yacine Ihedducen, qui a refusé de signé le procès verbal, en est ressorti encore plus renforcé dans sa détermination de continuer de lutter pacifiquement pour libérer son peuple, convaincu plus que jamais que la Kabylie est vraiment occupée par l’Algérie coloniale.

zj/wbw
SIWEL 281358 JAN 18

 

Le souverainiste kabyle Yacine Ihedducen d’At Zellal harcelé par la police coloniale algérienne

Partager ceci...

Laisser un commentaire