AT VUΣISI- VGAYET (SIWEL) – Hier l’émotion était forte pour le lever du drapeau kabyle à At-Vuɛisi. Les jeunes de cette localité de Vgayet, situé dans la commune de Tizi-N’Berber, ont fait preuve d’un engagement, d’une volonté et d’une ferveur qui rassurent et qui font chaud au cœur. Conscients de l’énorme enjeu de la libération de la Kabylie du joug de l’arabo-islamisme, la jeunesse d’At-Vuɛisi a lancé un message fort : « Le temps des contestations mineurs est clos, vivement la souveraineté de la Kabylie »

 

Avant de procéder à la levée du drapeau national Kabyle, il est à signaler que sur initiative de la section locale du MAK présidée par Akli Mouhoubi, il a été décidé de procéder d’abord à un acte citoyen hautement symbolique, indiquant l’engagement des jeunes kabyles à la préservation de leur environnement.

C’est ainsi que le nettoyage du site touristique d’Iger n Wulmu a été réalisé par les militants et les dirigeants du MAK, malgré une chaleur caniculaire qui n’a en rien entamé leur volonté de montrer l’exemple.

En présence de nombreux militants, en plus du président du Mouvement, Bouaziz Ait-Chebib, du président du Conseil National, Mouloud Mébarki et du Secrétaire général Farid Djennadi, plusieurs autres responsables du Mouvement étaient présents à ce Rendez-vous avec la citoyenneté kabyle, dont Karim Megatti, Vice-président du Conseil régional de Vgayet-Setif, Bordj- Jijel, Mehenna Mekdam, Président du Conseil régional de Tizi-Wezzu -Boumerdès et Smaïl Benoumelghar, membre du conseil national.

Après avoir préparé le nécessaire pour la levée du drapeau kabyle sur ce site touristique préalablement remis en beauté, les prises de paroles se sont succédées avant le lever du drapeau kabyle proprement. Le premier à prendre la parole a été le président de la section locale du MAK, Akli Mouhoubi, suivi du président du Conseil National, Mouloud Mébarki, puis du Secrétaire général Farid Djennadi, puis enfin le président, Bouaziz Ait-Chebib qui a clôturé les prises de parole.

Tous les intervenants ont mis l’accent sur la nécessité absolue pour la Kabylie de prendre son destin en main. Au cours des interventions, il a été question du cheminement et de l’aboutissement à ce symbole de souveraineté qu’est le drapeau kabyle qui relève d’un processus logique et naturel du long combat mené par la Kabylie pour sa reconnaissance et sa propre existence : la Kabylie qui a longtemps été colonisée, réprimée et combattue, dont les enfants ont été froidement assassinés se dirige incontestablement vers sa liberté.

Il convient de rappeler que le MAK mène publiquement un combat pacifique et civilisé face à une horde de criminels malheureusement dotés des moyens et des attributs d’un Etat. Par conséquent au vu du racisme primaire de la junte à la tête de l’Etat algérien et au vu de la prédation internationale qui lui apporte caution et soutien, les provocations ne manqueront pas envers le MAK et la Kabylie. Il est donc attendu de tous d’être vigilants, organisés et responsables.

Bien entendu, il a été question de la tragédie mozabite et du devoir de tout kabyle de soutenir le peuple amazigh du Mzab en ces moments très difficiles. L’arrestation de Kameleddine Fekhar et de ses compagnons traduit la volonté de l’Etat algérien d’exterminer ce peuple dans le silence. Il faut soutenir le peuple mozabite et exiger la libération immédiate et inconditionnelle de Kameleddine Fekhar et de ses compagnons.

Une fois les prises de paroles terminées, il a été procédé à la levée du drapeau kabyle dont l’honneur de le hisser est revenu à l’enseignant de Tamazight à l’université A. Mira de Vgayet, Tahar Aïssi.

C’est sous l’hymne national kabyle que le drapeau kabyle a commencé à s’élever avant de flotter dans les cieux d’At-Vuɛisi, plus précisement à Iger n Wulmu. La fierté et l’émotion étaient palpables au sein de la nombreuse assistance. Entonné en chœur, comme toujours, ce fut le serment au drapeau et à la nation kabyle qui suscita le plus d’émotion parmi l’assistance.

Il est à noter que parmi les présents à ce le lever de drapeau à At-Vuɛisi, il y avait des artistes locaux qui ont tenu à marquer l’événement de leur présence, il y avait en l’occurrence Salem Dahdah, Lwennas Groudj et Hani Azibi que le Mouvement kabyle a tenu à remercier.

Il est également à noter que plusieurs militants de la diaspora kabyle en France, aux USA et au Canada, profitant de l’opportunité de se trouver en Kabylie en ces périodes de vacances, ont tenu à participer à un lever de drapeau kabyle en Kabylie,; un acte historique et hautement symbolique, indiquant la marche inexorable du peuple kabyle vers sa totale liberté.

cdb/zp
SIWEL 171354 JUIL 15

Partager ceci...