PARIS (SIWEL) — L’intervention de l’ethnopsychiatre, Le Dr Hamid Salmi, lors de la conférence conaimée avec Ferhat Mehenni, hier, 04 Février, a suscité énormément d’intérêt parmi l’assistance, vu le thème sensible de pertes de repéres de plus en plus constatée dans le monde kabyle. Un vide exploité par l’intégrisme islamiste.

 

Le Dr Hamid Salmi a tenu lors de sa prise de parole des mots en hommage à l’action de Ferhat mehenni : « Comme disait un auteur, au pessimisme de la pensée, j’oppose l’optimisme de la volonté. Ferhat incarne la volonté de reconstruire  ».

L’intervenant a également précisé que les kabyles ont axé leur action militante post-indépendance de l’Algérie sur la revendication de la langue. Sur ce point, il a précisé que les semblants d’ouverture à la berbérité de la part du pouvoir algérien, dont l’officialisation de l’amazigh, sont des façons de nous faire attendre et de renvoyer les choses aux calendes grecques.

Par la suite, l’ethnopyschiatre s’est attelé à expliquer quelques fondamentaux qui permettront au kabyle de ne pas se perdre et de ne pas sombrer dans l’intégrisme entre autres. Il a explicité des notions telles que l’identité de groupe et ses systèmes initiatiques, l’importance du système de parenté chez les kabyles, le système d’alliance patrilinéaire, les classes d’age. Un ensemble de clôtures qui séparent le dedans du dehors du groupe et qui globalement se perdent chez les kabyles, a alerté le Dr Hamid Salmi.

Il a ensuite parlé de l’importance des mythes au sein d’un groupe, et pour notre cas dans le monde kabyle : « Nos mythes contiennent les valeurs du monde kabyle. Et c’est à travers les mythes que sont transmises les valeurs, de façon consciente ou inconsciente.  » a-t-il expliqué. Ainsi, les contes et les rites sont générés par ces mythes et sont manipulés par nos guérisseurs, qui sont de plus en plus remplacés par le cartésianisme occidental ou le salafisme.
Autant de sujets qui méritent autant de conférences pour les détailler.

Lors de la phase des débats, beaucoup de questions ont abordé le sujet de la montée de l’intégrisme en Kabylie. Pour l’ethnopsychiatre, c’est un danger majeur auquel il faut réfléchir. « L’intégrisme fascine et attire tous ceux qui sont en perte de rites et de culture » a-t-il appuyé, d’où l’importance de les rétablir. Sur la question de la nécessité d’un Etat kabyle, Mas Hamid Salmi a estimé que c’est même une urgence, vu la situation actuelle.

Voir l’intervention du Dr Hamid Salmi à partir de 33min

nbb
SIWEL 051400 FEV 17
Partager ceci...