CHORFA (SIWEL) – Le Conseil Régional de Tuvirett-Burǧ Bu Arreriǧ, après ceux de Tizi-Wezzu–Vumerdes et Vgayet-Sétif-Jijel, met le cap à son tour sur le congrès du MAK. C’est dans le cadre de la préparation de cet éminent rendez-vous, que les membres de l’exécutif de cette instance du MAK, se sont réunis aujourd’hui sous la présidence de Bouaziz Aït-Chebib à Chorfa, une rencontre motivée toutefois, respect du calendrier oblige, par la tenue de son pré congrès prévu pour la journée du 18 du mois de décembre.

 

Et dans le souci de s’assurer le plein succès, le Conseil régional de Tuvirett-Burǧ Bu Arreriǧ a mis l’accent sur la nécessité de réorganisation de ses coordinations et la tenue d’une série de meetings avant le jour « J ».

Tout en saluant les avancées enregistrées par le MAK sur le plan politique et le GPK sur le plan diplomatique avec notamment la reconnaissance du Maroc à l’ONU du droit du peuple kabyle à son autodétermination, le Conseil Régional de Tuvirett-Burǧ Bu Arreriǧ, a préconisé un ensemble de mesures dans la cadre d’une nouvelle dynamique dont a besoin le MAK pour de nouveaux succès à réticence nationale (kabyle) et internationale.

D’ailleurs, ces idées et suggestions ont été consignées dans un document élaboré par un groupe de militants réunis le 06 novembre à Tazmalt , lequel a été remis aux mains du Président du MAK à l’issue de cette réunion.

Le pré congrès de cette instance régionale apportera encore de nouveaux éléments de richesse au MAK dans sa dynamique d’ensemble qui est bien entendue l’autodétermination du peuple kabyle. Bouaziz Aït-Chebib a bien reçu des assurances dans ce sens.

Siwel publie ci-après les recommandations contenues dans le document sus-cité :

– Le problème de découpage administratif colonial respecté par La direction qui boucle et ankylose le militantisme dans la région (vallée de la Soummam). Pour cela, nous proposons la création d’une Coordination de La vallée qui touchera Mayu jusqu’à Aqvu , qui va nous permettre une forte solidarité et un rapport de force.

– L’impossibilité d’assumer un Large engagement dans Les institutions du Pouvoir vu Les mesures d’exclusions subies Par les militants donc il est impératif pour La diaspora des kabyles à L’étranger de Financer des infrastructures Parallèles à celles de l’Algérie ou son retour Pour renforcer La scène Politique locale.

– La diplomatie du GPK doit aller dans le sens de procéder à un accord d’association et de coopération pour la formation des militants et étudiants kabyles dans les institutions et universités (israélienne, marocaine, québécoise, écossaises, catalanes….) et même dans leurs structures politiques, afin de bien former la jeunesse qui prendra le relais demain.
– Nous exigeons la création d’un exécutif révolutionnaire qui prend en conscience l’acte de Libérer après le prochain Congrès.

– Face à la campagne médiatique que mène l’Algérie en Kabylie, les militants du MAK se trouvent dans L’incapacité de neutraliser certaines idées dans l’esprit des kabyles, ce qui a engendré un processus d’acculturation en Kabylie ! et ce qui rend la création d’une TV kabyle une nécessité voir même une primordialité pour sauver la Kabylie dans cette guerre Médiatique.

– Les assassinats commis par le pouvoir algérien en Kabylie depuis 2001 et ces dernières années sous prétexte du terrorisme demeurent impunis et la création d’une Ligue des droits de L’homme kabyle s’impose comme l’unique solution.

cdb,
Siwel 071835 NOV 15

Partager ceci...