LE CMA APPELLE LES KABYLES DE TALA HAMZA À S’ORGANISER POUR FAIRE FACE À L’EXPLOITATION ILLÉGALE DE LA MINE DE ZINC

KABYLIE (SIWEL) — Dans un communiqué publié le 03 février 2021 à Paris, suite à l’appel au dialogue émis par la ferme WMZ, le Congrès Mondial Amazigh (CMA), exprime son refus à l’exploitation illégale du gisement minier de Tala Hamza, se trouvant dans la préfecture de Vgayet, que le gouvernement algérien compte exploiter via une firme australienne, Western Mediterranean Zinc, sans le consentement préalable des habitants et appelle ces derniers à s’organiser. « En voulant s’approprier indument les terres et territoires de la communauté kabyle concerné, en ne prenant aucune initiative en vue d’obtenir le consentement éventuel de cette communauté, le gouvernement algérien agit en dehors de la légalité internationale.

Conformément à sa mission, le Congrès Mondial Amazigh (CMA) actionnera tous les moyens légitimes au niveau local et international afin que le droit international s’impose dans l’intérêt de la communauté kabyle concernée. Le CMA qui travaille sur la question des terres, territoires et ressources naturelles des Amazighs depuis plus de vingt ans, se tient aux côtés de la communauté kabyle de Tala Hamza et de la région » est-il écrit dans le communiqué. Le CMA a appelé dans ce communiqué les Kabyles de Tala Hamza à s’organiser en désignant librement leurs représentants pour assurer le suivi de ce projet ; de décider que seuls les représentants dûment désignés par la communauté pourront être en contact avec les autres parties intéressées ; de réclamer une étude de faisabilité et d’impact de ce projet, avec ses volets technique, financier, économique, social et environnemental ; d’insister à ce que cette étude soit effectuée par un organisme qualifié et indépendant, autrement dit, international et informer régulièrement les populations locales en langue kabyle. Dans le même communiqué le CMA a tenu à dénoncer le gouvernement algérien qui, pour trouver des alternatives au pétrole qui est finissant et dont les prix sont en permanente chute sur les marchés mondiaux, explore le champ des ressources naturelles polluantes facilement et immédiatement exploitables, souvent avec le concours de firmes étrangères afin d’assurer la rente auquel il est habitué depuis des décennies, au lieu d’investir dans la création de richesses grâce à des ressources humaines bien formées.

Le CMA dénonce également le non-respect de l’Accord de Paris ratifiée par l’Algérie en 1996 qui prévoit : « la protection de la santé des personnes, la préservation, la protection et l’amélioration de la qualité de l’environnement, l’utilisation prudente et rationnelle des ressources naturelles, la promotion de mesures destinées à faire face aux problèmes régionaux et planétaires de l’environnement, et en particulier la lutte contre le changement climatique ». Pour rappel, les habitants de Tala Hamza ont, à maintes reprises, organisé des rassemblements sur le lieu du site pour dénoncer leur refus de l’exploitation illégale de cette mine et réclamer une étude approfondie de spécialistes qui détermine les dangers que pourrait engendrer cette exploitation sur les habitants et l’environnement.

Le président du MAK et de l’ANAVAD, mass Farhat Mhenni a tenu également à exprimer son opposition, début janvier dernier, vis-à-vis de l’exploitation de cette mine qui se trouve sur un territoire kabyle en démontrant les dégâts qu’elle pourrait engendrer sur l’environnement en Kabylie.

Youva Amazigh
SIWEL 070825 FEV 21

Partager ceci...