CONTRIBUTION (SIWEL) — En observant de près la situation de notre peuple, on remarque qu’elle est cantonnée dans un espace entouré et écrasé par le rouleau compresseur arabo-islamiste envahissant et conquérant dans la continuité du projet totalitaire de l’idéologie arabe assimilationniste entamée depuis 14 siècles.

 

Cette terre riche d’une histoire et d’une mémoire abyssales, marquée par des périodes heureuses ou douloureuses, ce sentiment fort d’appartenance à la KABYLITÉ et au destin commun des Kabyles ont forgé une identité forte qui a résisté à l’épreuve du temps et à tous les coups de boutoir des ennemis.

En dépit des attitudes ambiguës et scandaleuses d’une certaine élite inconsciente des enjeux d’existence ou complice à travers son contentement de gérer le confort éphémère d’une vie au détriment de l’avenir des générations futures, notre peuple résiste admirablement. Une très belle leçon d’humilité.

Ces conditions difficiles, économiques, sociales et d’existence identitaire ont jeté sur le chemin de l’exil permanent, de génération en génération, des pans entiers de la société avec son lot de l’élite intellectuelle et économique. Cette élite qui a fini par briller ailleurs que sur sa propre terre avec des nationalités différentes, algérienne, française, américaine, canadienne, suisse… etc sans véritable identité puisque la seule légitime et authentique demeure l’identité KABYLE. Un deni d’existence insupportable. De véritables apatrides.

S’il y avait un Etat Kabyle protecteur et affirmant cette nationalité et cette identité kabyles, les étoiles kabyles préféreraient sans doute briller dans le ciel généreux de leur terre ancestrale, la KABYLIE et servir leur peuple et leur nation.

Il n’est un secret pour personne que des grandes écoles, centres de recherche en médecine, en pharmacie, dans les hautes technologies de la Silicon-Valley aux USA et ailleurs, dans le nucléaire, la physique, les banques et la finance (trading), l’économie en général, le sport, l’art et la culture (cinéma, musique classique et autre ….etc) pullulent de cadres kabyles de grande valeur, reconnus par leurs pairs.
Le drame c’est que cette identité est éclipsée par la nationalité des pays d’adoption.

Cet état de fait m’a conduit dans ma réflexion à rechercher des explications ou des exemples dans l’histoire des jeunes nations et leurs Etats. Une date et un peuple ont attiré mon attention. 1948 date de la crise kabylo-arabe (appelée injustement crise berbériste). Nos aînés avaient raté une occasion certaine de bâtir leur propre Etat KABYLE. Ce n’est cependant pas le cas des Juifs qui ont mis sur pied la même année leur Etat, ISRAËL, qui a enfin mis fin à leur errance et cet exil éternel pour briller enfin sous leur propre bannière. Aujourd’hui les Juifs brillent sous leur bannière (leur drapeau et leur identité nationale ) et un État protecteur. Près de 70 ans après cette date, les Kabyles sont toujours dans l’errance. Ils n’existent que pour valoriser l’identité des autres partout dans le monde. En fait, ils sont tels des OVNI, car assimilsé à une autre nationalité qui ne fait aucune référence aux Kabyles. Si les événements de 1948 avaient pris une autre tournure, nous ne serions pas dans ce cauchemar interminable.

Justement l’avènement du MAK et de l’Anavad qui se lancent le défi de réparer cette injustice historique et les erreurs de nos aînés est une chance salvatrice qui se présente une fois par siècle. Au 19e siècle c’était l’insurrection d’ El Mokrani (1871). Au 20e siècle c’était la révolte de BENNAÏ Ouali et ses compagnons justement (1948 crise kabylo-arabe).

À l’orée du 21e siècle, soit au Printemps Noir de 2001, une troisième opportunité de faire une rupture radicale en opérant une mutation révolutionnaire consistant en la redéfinition de l’objectif stratégique en dehors du cadre algérien et strictement KABYLE. J’ai la conviction que cette troisième chance est la bonne pour propulser la KABYLIE au sein des nations. Elle est salutaire.

Le rêve d’une KABYLIE dynamique, solidaire, laïque, sociale et prospère jouant un rôle dominant dans le monde, est possible sous quelques conditions :

1- Fondation d’un Etat kabyle indépendant est une priorité. Pour reprendre les leviers de commande et la souveraineté de décision.
2- Retour à la mère patrie du capital et de l’intelligentsia kabyles grâce à un Etat crédible et protecteur. Ainsi les Kabyles vont travailler et produire des richesses sous leur propre bannière et identité.
3- Protéger l’investissement privé, national et international qui permettra un redémarrage rapide du développement économique et de l’emploi dans un environnement pacifié et sécurisé, ce que l’Algérie a jusqu’ici empêché. Sachant que même les grandes puissances économiques et scientifiques du monde le sont grâce à la contribution de l’investissement étranger. Globalisation oblige.

Je reste persuadé que la KABYLIE ne mettra pas 70 ans pour dominer son espace régional, non pas militairement mais par la maîtrise des technologies et la dépendance du monde à ces dernières. Sur le plan médicale, physique nucléaire, biotechnologie, développement durable …etc

Nous n’avons pas le droit de rester spectateur et sacrifier les générations futures.
Assez de souffrances et de sacrifices.

Ayons foi en notre identité comme le disait fièrement notre étoile Lounes Matoub avec ses mots "les autres ont foi en des religions, moi j’ai foi en mon identité".

Rejoignons massivement la marche du troisième siècle consécutif du peuple kabyle vers son destin de liberté.

VIVE LA KABYLIE INDÉPENDANTE

Mohand B

Partager ceci...