AT ZELLAL (SIWEL) — Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la section MAK-Anavad d’At Zellal, qui active sous la pression des services de répression algériens, rappelle qu’elle est au courant des manœuvres qui ont lieu dans sa région. Elle met en garde contre toute tentation à « l’ignoble service de la délation ». Ci-dessous le communiqué dans son intégralité.

 

Nous savons, grâce à nos services de vigilance, que la police et la gendarmerie coloniales essayent actuellement de recruter des personnes afin d’en faire leurs indicateurs. Nous savons également que quasiment personne ne veut leur rendre ce méprisable service à ceux qui ont assassinés 128 des nôtres en 2001.

Devant la répression qui s’abat sur nous, les militants pacifiques d’une Kabylie indépendante, nous ne pouvons admettre que des individus puissent aller négocier des avantages personnels avec les autorités algériennes en proposant, en contrepartie, l’ignoble service de la délation contre leurs frères !

Interpellés des dizaines de fois en quelques semaines et conduits dans les commissariats coloniaux où nous subissons des interrogatoires de plusieurs heures et où nous sommes traités comme des voyous, les services de répression algériens multiplient les manœuvres à notre égard pour nous accuser. Ils ont récemment monté, de toutes pièces, une histoire de « drapeau algérien arraché » pour nous en faire porter la responsabilité.
Nous ne reculerons devant aucune tentative d’intimidation ni de répression !

Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, nous disons à toute personne qui serait approchée par les autorités algériennes pour en faire leur larbins et qui serait tentée de jouer aux indicateurs, qu’ils ont intérêt à y réfléchir à deux fois avant de s’ériger contre leurs frères. Nous les invitons, d’ores et déjà, à ouvrir les yeux et à ne pas s’enfoncer dans ce piège de la traîtrise que leur a tendu celui qui est la cause de tous nos malheurs : l’Etat algérien.

Section MAK-Anavad d’At Zellal.

SIWEL 221427 JAN 17

Partager ceci...