Géopolitique

La pyramide inversée de la démarche autonomiste

ANALYSE (SIWEL) — Il faut faire de la pédagogie pour les nôtres pour démontrer que les mécanismes d’une éventuelle autonomie de la Kabylie sont un piège dans lequel il ne faut pas tomber. Cette pédagogie est surtout à faire en direction des nôtres qui n’ont pas eu la chance de sortir de l’Algérie et ce au sens propre comme au figuré.

Cet exercice est alors bien venu car il apporte des exemples concrets d’organisations sous une autonomie aussi large soit-elle et même dans un cadre fédéral peut s’avérer pour certains peuples et identités une disparition programmée.

Nous, indépendantistes, sommes pour le moins étonnés de voir des intellectuels de la diaspora ou de Kabylie faire la promotion de l’autonomie et la présenter comme solution.

Nous sommes si étonnés car ils ne peuvent ignorer les limites de celle-ci même lorsque le système politique central est d’essence démocratique. Et qu’en sera-t-il en Algérie ?

Rappel :

Si le MAK-Anavad, qui avait pourtant débuté avec l’autonomie, a changé ce n’est pas parce que le pouvoir d’Alger lui a opposé la sourde oreille.

Ce changement de cap est plus profond que cela. Il est surtout le résultat d’une mise à jour salvatrice et stratégique faite par les hautes instances du MAK-GPK qui avaient analysé et décelé les failles et limites des mécanismes internationaux des autonomies.

Surtout si on ajoute à ces failles :

  • Le bilan de 50 années algériennes en Kabylie,
  • La suprématie accordée par le régime despotique d’Alger à la religion et à la dimension arabe.

Ce kit ficelé dans la récente constitution est tout simplement un colonialisme aussi abjecte et aussi humiliant que celui que la France coloniale voulait imposer à nos aînés.

Nos aînés, se sont-ils battus a en mourir pour qu’on puisse vivre en Algérie et algériens ou pour vivre Kabyles, libres et dans la dignité ?

L’autonomie dans ce cadre algérien sera une camisole de force dans laquelle la Kabylie sera étreinte … à en mourir lentement et sûrement.

Nous, indépendantistes, sommes aussi pour le moins étonnés de voir certains intellectuels kabyles rajouter  des ceintures à cette camisole en déclarant, et nous les citons :

  • … une Algérie plurielle et  démocratique. Cela fait plus de 50 années que la Kabylie tente, seule, vainement ce défi. N’est-il pas temps de faire un bilan ?
  • … la refondation de l’Etat algérien qui doit en être l’émanation. La seule émanation constante de l’État algérien est d’en finir avec la Kabylie.
  • Le RPK usera de tous les instruments juridiques internationaux, ratifiés par l’Etat algérien.

Il serait bon de nous dire si ce qui est ratifié par l’Algérie avec l’Organisation de la coopération Islamique et la ligue Arabe y font aussi partie ? Si non, quel poids aura à la Kabylie pour dire non et ne pas s’y plier ?

À la négation, à l’humiliation constitutionnelle qui n’a pas suffi pour terrasser le Kabyle, le RPK vient d’ajouter au moins trois couches d’épaisseur à la camisole algérienne !

Telle que construite, cette  pyramide inversée des autonomistes n’offre à la Kabylie qu’un seul et unique interlocuteur direct : L’Algérie !

La Kabylie sera loin de la scène internationale qui lui sera inaccessible. L’Algérie achèvera  alors sa phagocytose à huit-clos.

Cette démarche autonomiste est telle une pyramide inversée, tel un entonnoir et  dans lequel la Kabylie n’a comme sortie que celle qui la fera enfoncer d’avantage et l’exclure de l’Histoire : La disparition brutale ou silencieuse mais certaine.

Nous, les indépendantistes, disons non à cette option.

Tous et toutes avec le MAK-Anavad pour une Kabylie libre et indépendante !

RMH

SIWEL 030602 MAR 17

Partager ceci...
La pyramide inversée de la démarche autonomiste
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Haut