LA LANGUE KABYLE EST EXCLUE DES PROGRAMMES DE RADIO BOUMERDÈS

BOUMERDÈS (SIWEL) — Créée depuis 2010 pour émettre au niveau de Boumerdès, région où le célèbre roi amazigh Firmus est né, préfecture côtière dont plusieurs communes de l’Est et du Sud sont Kabyles, en l’occurrence Afir, Taourga, Laaziv, Bordj-Imnayen, Les Isser, Timezrit, Chabet, Ait Amrane, Ammal, Souk El Hed, ce qui avoisine la moitié de la population de cette préfecture, la radio Boumerdès n’émet pas en langue kabyle.

Hormis quelques petites émissions de durée très limitée, le restant des programmes, estimés à plus de 95 %, est diffusé en langue arabe. Cette état de fait, jugé comme étant un acte raciste et ségrégationniste digne des plus colonialistes des anciennes puissances occidentales par les kabyles de Boumerdès, a fait que des milliers d’auditeurs, notamment de l’Est, qui ne s’identifient pas aux programmes diffusées par cette chaine coloniale, ont tourné leurs antennes vers la radio kabyle de Tizi-Wezzu. Nonobstant sa nationalisation et récemment son officialisation par les autorités coloniales, la langue kabyle demeure, à Boumerdès, très marginalisée et rejetée au niveau de ce média, très souvent utilisé par les automobilistes pour se distraire et oublier le stress des routes et des encombrements.

« Il m’arrive souvent, quand je suis en voiture, d’avoir envie d’écouter une chanson ou quelque chose en kabyle sur la radio, mais je n’y trouve pas, tout est arabisé. Si on est dans un pays de droit 50 % des programmes de cette radio doivent être diffusés en langue kabyle ou créer carrément une autre chaine kabyle pour être juste envers les nombreux kabyles de Boumerdès », dit Said, de Bordj-Imnayen. « Avec ces pratiques le pouvoir affiche clairement son animosité et son rejet de tout ce qui est kabyle à Boumerdès. Promouvoir cette langue est le dernier de ses soucis, ce qui l’intéresse c’est le folklore. Le wali de cette préfecture s’est déplacé récemment à Chabet El A meur pour célébrer Yennayer, en mangeant du couscous, mais jamais il a pris la décision d’enrichir la radio Boumerdès avec des programmes en langue kabyle », tonne said, originaire d’Ait Amrane. « L’indépendance de la Kabylie est la seule solution pour mettre fin à ces pratiques coloniales et ségrégationnistes envers notre peuple et notre langue », déclare Amar de Chabet El Ameur.

Youva Amazigh
SIWEL 231530 JAN 21

Partager ceci...