Archives

Kabylie : Enjeux géopolitiques et confrontations des stratégies

GÉOPOLITIQUE (SIWEL) —Même si on feint de l’ignorer, le sort de la Kabylie présente des enjeux géopolitiques qui dépassent de loin les frontières de la Kabylie, celles de l’Algérie et même celle de l’Afrique du Nord. La classe politique Française commence à reconnaitre timidement que la Kabylie en particulier et Tamazgha en général sont un rempart contre l’intégrisme et le fanatisme de l’hydre arabo-islamiste. Mais, cette qualité, enfin reconnue, ne suffit pas à elle seule pour que la Kabylie puisse compter sur ces soutiens pour accéder à son indépendance. L’occident dans presque sa globalité a sous-traité la surveillance et la mise sous tutelle de l’Algérie à la France. Il n’est un secret pour personne que de reconnaitre que l’Algérie dans sa configuration actuelle est gérée à distance par la France et par transitivité par l’Occident. La France dicte sa loi aux autorités illégitimes d’Alger. Le régime Algérien n’a d’autres choix que de s’y plier. La France puise son combustible nucléaire des gisements d’Uranium du Niger. Elle puise le carburant pour son parc roulant du pétrole et du gaz Algérien. Il y va d’un ordre établi protégeant les intérêts de l’occident en Afrique du Nord et du Sahel qu’il ne faut surtout pas perturber. Par voie de conséquence, la France ne souhaite pas en aucun cas l’indépendance de la Kabylie. L’indépendance de la Kabylie à un tel impact sur le monde en entier que cela dérange en premier lieu la France, le monde arabo-islamiste en second lieu et l’occident in fine.

L’indépendance de la Kabylie sonnera le glas pour la fin de l’Algérie. L’indépendance des autres peuples Amazighs comme les Chaouis, les Mozabites, les Touaregs suivront illico presto. L’Algérie par conséquent sera réduite à néant. Le même sort sera réservé au Maroc qui explosera à son tour avec l’avènement de l’indépendance de ces deux peuples Amazighs. La moitié nord du Mali deviendra l’Azawad. Les territoires Touarègues du Niger et du Burkina Faso rejoindront naturellement l’Azawad. La Lybie n’existe plus déjà. Nous attendons d’un moment à l’autre la naissance de l’état Amazigh à Nefoussa à l’ouest de la Lybie. Les mutations ne s’arrêteront pas là. La réaction en chaine avec son avalanche des indépendances atteindra les régions de France comme la Corse. Elle atteindra l’Espagne en Catalogne et aux pays basques. Ces mutations feront naitre un nouvel ordre complètement diffèrent de l’ordre actuel. Ce nouvel ordre réduira en peaux de chagrin la nation arabo-islamiste en l’expulsant hors de l’Afrique du Nord. Il amorcera le processus de confinement du monde Arabe dans son antre originel qui est la péninsule arabique. Il y va de même pour les autres pays comme l’Egypte, la Syrie, le Liban, la Palestine, qui ne sont pas arabes non plus. L’heure de leurs indépendances arrivera tôt ou tard. Depuis l’empire Napoléonien, la France ne cesse de brosser une politique pro-arabe au détriment des peuples autochtones envahis par les Arabes. Dans ce même sillage, l’Algérie ainsi que tous les pays nord-africains se sont offerts sur un plateau d’argent pieds et mains liées aux monarchies du Golfe. Tout récemment, l’un des princes de la famille royale de l’Arabie Saoudite a soulevé tout un lobby pour contraindre Microsoft de ne pas introduire Tamazight dans le système d’Exploitation Windows. De son côté, les USA ont scellé des relations bilatérales engageant pétrole Saoudiens contre protection Américaine. Avec tous ces éléments géostratégiques, nous comprendrons que le seul rempart contre l’hydre arabo-islamiste ne suffit pas, et que l’enjeu est beaucoup plus grand que ça. Les Kabyles doivent tenir en compte tous ces facteurs lors de l’élaboration de la stratégie d’attaque pour parvenir à ce nouvel ordre régional.

Par analogie aux réactions nucléaires, l’Algérie et presque tous les pays nord-africains sont comme des atomes lourds excités devenus instables. Pour redevenir stables, ils doivent s’éclater en plusieurs atomes en dégageant toute l’énergie étouffée en leurs seins. Ces nouveaux atomes sont la Kabylie, Le peuple Chaoui, le Mzab, l’Azawad, le RIF, Nefoussa, les Touaregs, etc…
L’énergie dégagée sera la force et la synergie qui résultera de l’union de ces peuples sous la bannière de l’Aza Amazigh et une fédération des états Amazigh de Tamazgha.

Certains diront, le rêve est toujours permis. D’autres diront, voilà une belle utopie. Mais, Il n’y a pas de rêves sans utopie et réciproquement, il n’y a pas d’utopie sans rêve. Tout rêve ou utopie peut devenir réalité si on sait comment s’y prendre. Ce qui sépare un rêve de la réalité, ce sont les actions à accomplir pour y parvenir. Nous pouvons citer plusieurs cas d’exemple dans l’histoire. Le rêve de Martin Luther King est couronné par Obama président des USA. Le combat pacifique de Gandhi a propulsé l’Inde comme 7eme puissance mondiale.

Donc, pour que la Kabylie puisse accéder au rang des Nations libres, il faut déployer une stratégie et une feuille de route pour mobiliser toutes les forces vives de la Kabylie et prendre le train des actions, chacun dans son domaine, sans fléchir, jusqu’à l’aboutissement final de notre objectif qui est l’édification d’un état libre, indépendant, souverain démocratique, laïc épris de justice et de valeurs universelles pour apporter sa touche à la prospérité de l’humanité toute entière.
Comme les enjeux géostratégiques que nous venons de décrire sont non négligeables, comme l’impact des enjeux ne se limite pas à la Kabylie, il est évident que les Kabyles ne sont pas les seuls acteurs à œuvrer et à agir sur la Kabylie. Chaque acteur concerné déploiera sa stratégie et son train de mesures pour domestiquer la Kabylie pour qu’elle reste dans son giron. C’est de bonne guerre. Aux Kabyles d’en tenir en compte et de faire échouer les stratégies de ses adversaires et de ses ennemis. La réussite est en nous. L’échec est en nous également.

L’enjeu de la Kabylie est international, les acteurs sont internationaux. Il y’a les acteurs directs. Il y’a aussi les acteurs indirects qui délèguent la mission aux acteurs directs qui leurs sont alliés. Parmi les acteurs directs les plus influents, on peut citer le régime colonial Algérien, les partis politiques au pouvoir FLN-RND, les partis islamistes, les partis Kabyles RCD FFS, le mouvement MAK Anavad. La liste n’est pas exhaustive, il en existe d’autres mais moins influents.
Parmi les acteurs indirects les plus influents, on peut citer l’Occident en général, la France en particulier, le monde arabo-islamiste. Ces acteurs délèguent leurs stratégies au pouvoir colonial Algérien.

Le pouvoir colonial Algérien a une haine viscérale de tout ce qui est Kabyle. Son rêve le plus fou est de faire disparaitre tout ce qui symbolise la Kabylie. Il ne se cache même plus car il est conforté dans cet objectif par ses mentors comme le monde Arabo-islamiste et l’Occident. Sa stratégie est puisée des plans de Machiavel. Il pratique la terre brulée en Kabylie. Il y répand la misère économique et sociale. Il y instaure la désolation dans tous ces recoins. Il veut ternir l’image d’une Kabylie belle et rebelle, pacifique et intelligente, en lui donnant une image « daechienne » pour des crimes et des assassinats ourdis qu’il a commis lui-même. Il veut faire isoler la Kabylie du monde, pour l’étouffer et la liquider intra-muros. Il assassine ses enfants, les harcèle, les étouffe économiquement, les emprisone, les kidnappe. Il tente de clochardiser mêmes les plus grands industriels connus et reconnus internationalement. Il a intronisé les anciens terroristes repentis comme imam dans les mosquées de Kabylie. Il veut « salafiser » et « daechiser » la Kabylie pour éradiquer les valeurs séculaires, multimillénaire, et universelles de la Kabylie. Il a quadrillé militairement la Kabylie, devenue désormais un territoire occupé. Il a détourné les acquis de la lutte, comme la langue Tamazight langue nationale et Officielle et son enseignement pour l’arabiser et la dénuer de tout son fondement. Il a détourné les radios et la télévision Kabyles pour en faire des outils de propagandes contre la Kabylie, et un moyen pour ridiculiser les Kabyles. Il procède à de guet-apens sur les routes, dans les villes et mêmes dans les domiciles. Il fout à terre tous les droits humains au vu et au su du monde entier en toute impunité. Il corrompt et soudoie les renégats, les Kabyles de service, les lâches et les traitres Kabyles. Le régime colonial ne répond, au problème politique pacifique posé par la Kabylie, que par la violence, la hogra, l’humiliation, la spoliation, le déni. Le régime colonial Algérien est dépourvu de toute compétence intelligente capable de résoudre les problèmes de cette nature. Il ne fait que rajouter des problèmes aux problèmes. Il ne fait qu’envenimer la situation. Il essaye par tous les moyens de faire glisser la Kabylie vers la violence, un domaine où il excelle bien. L’Algérie se base sur deux pilliers : les pétrodollars et les forces d’insécurité. Une large proportion des pétrodollars est consacrée pour mater la Kabylie avec ses forces de répression. A ce jour, le régime colonial Algérien ne réalise pas que la violence faite à la Kabylie ne fait que renforcer son combat pacifique pour aller de l’avant jusqu’à son indépendance. Plus la violence du pouvoir colonial s’intensifie, plus la Kabylie se convainc pour arracher son indépendance. L’Algérie ne brille que par sa médiocrité, son incompétence, sa ridiculité en face du monde. Elle est prête à brader toutes ces richesses sous-terraines jusqu’à leurs extinctions totales pour satisfaire ces mentors occidentaux et arabo-islamistes en éradiquant toutes traces de l’Amazighité.

Pour mieux schématiser le régime colonial Algérien, je vais m’inspirer d’une anecdote dans laquelle deux mamans se disputent un bébé. Elles sont devant un juge pour les départager. Chacune jure à tous les saints qu’elle est bel et bien la maman biologique du bébé. Alors, le juge, rusé, leurs recommande de couper le bébé en deux, et que chacune prend et se contente d’une moitié du bébé. Une des deux mamans était d’accord. Une maman est tombée en sanglots et s’est montrée contre la proposition du juge, quitte à ce que l’autre maman prend le bébé en entier. Le juge décida de rendre le bébé à sa vraie maman, celle qui n’a pas voulu le couper en deux. Je compare le régime colonial Algérien à la maman qui est d’accord de couper le bébé en deux. Le régime Algérien sait pertinemment qu’il n’est pas le propriétaire légitime de l’Algérie. Il sait pertinemment qu’il squatte illégalement les territoires Amazigh. Brader ses ressources à ses mentors, jusqu’à la dernière richesse, n’est que l’affirmation stratégie de spoliation ou de terre brulée. Il s’affirme tout simplement comme colonisateur de Tamazgha en général et de la Kabylie en particulier.

Passons maintenant à la stratégie des partis islamistes Algériens. Quelles sont leurs stratégies envers la Kabylie. Si au jour d’aujourd’hui, l’Algérie n’est pas un état islamique c’est grâce à la Kabylie. La Kabylie est le cauchemar des parties islamistes. Dans la quête de voire la Kabylie rasée de la terre, les partis islamistes sont alliés avec le régime colonial Algérien. Ils comptent sur le régime pour éradiquer la Kabylie. En parallèle, ils infestent les mosquées, les zaouïas et les écoles de la Kabylie pour poignarder de la Kabylie de l’intérieur. Fort par l’appui et la protection du régime colonial, ils essayent d’intimider quotidiennement le peuple Kabyle et le force à adopter les modes de vie venus d’orient qui ne sont pas les siens. Beaucoup de citoyens Kabyles tombent dans le piège. Mais la Kabylie bien vaillant mal vaillant résiste à ces incessants assauts. Sans le régime colonial Algérien, les partis islamistes ne pèsent rien. Ils sont entretenus comme une peste par le régime colonial. Ils sont présentés comme un épouvantail à la face du peuple, si ce n’est pas la peste, ça sera le choléra. La disparition des parties islamistes est corrélée avec la disparition du régime colonial Algérien. Néanmoins, en attendant, les ravages causés par les islamistes sur la Kabylie sont flagrants, et ne cessent de prendre de l’ampleur de jour en jour.

Qu’en est-il des partis du pouvoir Algérien FLN et RND ? Quelle est leurs stratégies ? Le FLN et le RND est un ramassis d’opportunistes et de corrompus, toujours avec les hommes au pouvoir. Ils n’ont pas la notion d’état. Ils ont la notion du pouvoir. Ils pratiquent la stratégie du « Dauphin » qui consiste à surfer toujours sur les dauphin qui émergent de l’eau. Ils sautent d’une tête du dauphin à une tête d’un autre « Dauphin ». Leurs opportunismes ne soucient guère de qui la qualité ou la nature du dauphin. Leurs seuls objectifs c’est de rester au pouvoir même avec le diable en personne. Ils ne se soucient guère de l’Algérie ou de la Kabylie qui pour eux sont des marchandises à accaparer comme les autres. Il n’est pas à exclure que si la Kabylie accède à son indépendance, ils tenteront de s’incruster dans le pouvoir pas dans l’intérêt de la Kabylie mais dans leurs propres intérêts et l’intérêt de leurs proches. Ils jouent le rôle de parasite destructeur dans l’état.

Abordons maintenant les acteurs internes de la Kabylie. Commençons par les deux partis phares de la Kabylie que sont les frères ennemis FFS et RCD. Voilà deux partis qui se revendiquent démocratiques sur le papier et dans les discours. Mais en pratique, ils brillent par un fonctionnement qui n’a rien à envier aux partis autoritaires. Ils sont deux partis issus de la Kabylie mais s’entredéchiraient à chaque occasion entre eux. Ils nouaient des alliances avec des partis ennemies, chacun à son tour, tantôt avec le pouvoir, tantôt avec les islamistes, tantôt avec les terroristes. Mais, il n’y a jamais eu d’alliance entre eux. Chacun voulait l’éradication de l’autre. Les Kabyles, fier et debout comme un seul homme, se dressaient derrière eux, croyant dur comme fer, qu’ils défendaient leurs intérêts. Ils avaient une force inestimable, mais ils n’avaient pas su l’exploiter à bon escient. Pire encore, ils ont exploité cette force aux mauvais desseins qui ont failli détruire la Kabylie. Je ne saurai dire si les deux partis ont brillé par leurs naïvetés, ou par leurs incompétences, ou par les deux. L’histoire les condamnera, s’il s’avère qu’ils ont brillé par leurs opportunismes. Le résultat du combat de ces deux partis est un immense gâchis, pour ne pas dire néfaste et dommageable aux intérêts de la Kabylie.

Pour illustrer la naïveté et l’incompétence de ces deux partis en termes de Stratégie, je vais utiliser la théorie de « W. Chan Kim et Renée Mauborgne » exposée dans leur ouvrage « Stratégie Océan Bleu ». Selon les deux auteurs, il existe deux espaces schématisés ici en océans, considérés comme étant des champs de bataille entre différents acteurs. L’océan rouge est synonyme de bataille acharnée avec plein de sang et de massacres, ou les règles de jeu sont connues et respectées de tous. Généralement les gains sont minimes et insignifiant par rapport à l’intensité du combat fourni.
Une stratégie gagnante serait celle qui consiste à créer de nouvelles règles de jeu que les autres acteurs ne peuvent pas atteindre pour s’y conformer. On crée alors là un autre Océan de couleur bleu synonyme de prospérité. Ou on est maitre du jeu tout seul. Dans ce nouvel Océan bleu, on s’accapare tous les gains sans partage. Jusqu’à ce que les autres acteurs arrivent à accéder à ce nouvel Océan bleu. Cet océan bleu deviendra rouge au fur et à mesure que d’autres acteurs y arrivent.

Le RCD et le FFS, naïvement, se sont engouffrés dans cette Océan rouge avec les règles du jeu fixées par le régime colonial. J’ajouterai que le régime Algérien a enfermé les deux partis dans une cage fermée à clés dans cette Océan rouge. Il a jeté les clés, les laissant s’entredéchirer pendant des années et des années jusqu’au jour d’aujourd’hui. Les deux partis sont les seuls à être contraint de respecter les règles de jeu. Le régime colonial et ses partis alliés ne cessent de violer les règles du jeu au vu et au su de tout le monde. Le RCD et le FFS sont contraints de se battre jusqu’à ce que la mort s’en suive. Ils ont vendu leurs âmes au diable. Ils piétinent toutes les valeurs qu’elles les ont vu naitre. Ils héritent des pratiques machiavéliques du pouvoir colonial Algérien. Ils sont réduits maintenant à lutter contre la Kabylie qu’elle aura donné naissance. Hélas, un immense gâchis. La seule issue fatale qu’il leur reste est l’auto dissolution pour se réincarner sous d’autres formes pour pouvoir prétendre à un avenir meilleur.
Last but not least, nous arrivons au MAK Anavad qui malgré sa jeunesse, il est le seul à voir une crédibilité et l’adhésion du peuple Kabyle. Le mouvement MAK Anavad qui a commencé sa lutte Juin 2001 ne cesse de grandir et de gagner du terrain. Il a acquis en 15 ans ce qu’aucun acteur n’a pu faire en 50 ans. Il constitue la seule force politique de la Kabylie. Il est le seul mouvement capable de mettre à genou le régime colonial, en nationalisant et en officialisant malicieusement La langue Tamazight. Il le fait plier en déclarant malicieusement la généralisation de l’enseignement de la langue Tamazight partout sur le territoire Algérien. Tout récemment, il l’a forcé à reconnaitre Yennayer. Le régime colonial avec ses hordes sauvages de répression sont en mode panique. Ils ne savent plus à quel saint se vouer. Les autorités coloniales locales se font et se défont à cause du MAK Anavad. Le régime colonial se force à lâcher du lest sur des revendications obsolètes, que le MAK ne revendique plus. Comme à son habitude, le régime colonial essaye d’infiltrer, de corrompre, de lancer des rumeurs pour affaiblir le MAK mais c’est peine perdu. Le MAK Anavad réussi à déjouer toutes les machinations du pouvoir colonial. Désormais, le drapeau Kabyle flotte partout dans le ciel de Kabylie. Les forces d’insécurité ne peuvent plus agir du jour. Ils sont forcés tels des voleurs à raser les murs pour commettre leurs forfait pendant la nuit. La Kabylie ne jure plus que par son indépendance. Les forces de répression intimident individuellement des militants du MAK. Mais dès que le nombre de militant augmente, ils deviennent des lâches et désertent comme des rats. Le MAK Anavad est entrain de construire pièce par pièce le futur état Kabyle. La question Kabyle est posée à l’ONU. Le mémorandum de la question Kabyle sera déposé le mois d’Avril prochain. Les travaux sont en cours pour édifier le parlement Kabyle. Un fond de souveraineté Kabyle est en cours de mise en place. En contrepartie, le pouvoir se déchaine sur les militants avec leurs matraque, leur cellules de prison, leurs justices aux ordres. C’est tout ce qu’ils peuvent faire. L’intelligence ne fait pas parti de leur vocabulaire. La question Kabyle est désormais entre les mains de la communauté internationale.

Manifestement la Stratégie du MAK Anavad est la plus efficace. Elle est la seule qui enchaine des succès après succès, malgré le manque de moyens. Le MAK Anavad avance ses pions pacifiquement et intelligemment. Malgré les moyens colossaux dont il dispose, le régime colonial n’arrive pas à domestiquer le MAK Anavad. La stratégie adopté par le MAK Anavad est le paradigme de Stratégie Océan bleu décrite précédemment. Le MAK Anavad a créé ses propres règles de jeu et s’est accaparé à lui tout seul un Océan bleu. Il est maitre du jeu. Les autres acteurs ne peuvent pas se permettre d’accepter ses nouvelles règles de jeu. Donc, pour l’instant, le MAK est inatteignable. Et si par miracle, les autres acteurs arrivent au nouvel Océan bleu et acceptent les nouvelles règles de jeu, ça sera un autre succès tonitruant du MAK Anavad. Le MAK Anavad n’a qu’une seule marche. Elle est vers l’avant. La marche arrière est désormais supprimée.

 

Lafdal ZIDANE,
Paris, le 22/01/2017

SIWEL 202106 Feb 17

Partager ceci...
Kabylie : Enjeux géopolitiques et confrontations des stratégies
Click to comment

Commenter cette publication...

Haut