Sélectionner une page

INTERNATIONAL (SIWEL) — Il s’appelle Rabah Arezki, il est kabyle et titulaire d’une maîtrise es sciences de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique de Paris et d’un PhD de l’institut universitaire européen de Florence (Italie). Il est devenu, depuis le mardi 10 octobre, Économiste en chef de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) au sein de la Banque Mondiale et travaille désormais avec Paul Romer, Économiste en chef et Premier vice-président de la BM.

Rabah Arezki était auparavant chef de l’Unité des matières premières du Département des études du FMI, Il est également associé, non-résident, du prestigieux Think Thank Brookings Institution et chercheur associé à l’université d’Oxford.

Ce jeune expert d’origine kabyle, qui était rédacteur en chef du Research Bulletin du FMI, a co-écrit plusieurs ouvrages et publications sur l’énergie, les infrastructures, la macroéconomie internationale et le développement économique.

Bien que l’action de la Banque Mondiale, créée en 1944, ne fait pas l’unanimité chez les observateurs et les politiques, elle a pour objectif d’apporter un soutien aux pays en voie de développement par le financement de projets liés à l’éducation, la santé ou l’agriculture. Des prêts sont accordés avec des taux d’intérêts faibles. Des conseils stratégiques et des analyses techniques sont également proposées à ces pays qui peuvent ainsi bénéficier de l’expertise de professionnels. En 2014, la Banque Mondiale, qui emploie 10 000 personnes et est composée de 184 payés, a accordé 65,6 milliards de dollars de prêts, dons, prises de participations et garanties, dont 20,9 milliards en Afrique et au Moyen-Orient.

nbb
SIWEL 200923 Oct 17 UTC

Partager ceci...