INSURGÉS DE KABYLIE DE 1871, COMMUNARDS DE PARIS 1871, DESTINS CROISÉS ET POSTÉRITÉ OPPOSÉE

TAMURT TAQVAYLIT (SIWEL) — En mars 1871 débuta l’insurrection dite Commune de Paris. En avril de la même année, la Kabylie s’est soulevée massivement contre la colonisation française. Dans les 2 cas, la répression a été féroce.

Au-delà des milliers de martyrs tombés, de nombreux partisans rescapés ont été condamnés aux travaux forcés et déportés au bagne de Cayenne, en Nouvelle-Calédonie. D’autres ont été enrôlés de force pour la Campagne de Madagascar. Louise Michel la communarde était viscéralement anticolonialiste. Condamnée à 10 ans de déportation, elle arrive au bagne en 1873. Là, elle rencontre les déportés kabyles avec qui elle lia de solides amitiés. Elle apprécia tant la compagnie de ces « Algériens du Pacifique » qu’elle leur promit d’aller un jour leur rendre visite. Louise est de ces personnes qui tiennent leurs promesses(*).

Louise Michel raconte elle-même dans ses mémoires cette rencontre : « Un matin, dans les premiers temps de la déportation, nous vîmes arriver dans leurs grands burnous blancs, des déportés pour s’être, eux aussi, soulevés contre l’oppression. Ces orientaux, emprisonnés loin de leurs tentes et de leurs troupeaux, étaient simples et bons et d’une grande justice. »(**).
Louise Michel est très largement célébrée en France. Son nom est donné à :

  • 190 écoles, collèges et lycées.
  • une station de métro parisien à Levallois-Perret, Paris.
  • un square situé au pied su Sacré-Cœur, Paris.
  • un square au quartier Belsunce, Marseille.
  • un rond-point dans le 15ème arrondissement de Marseille.
  • un collège au 10ème arrondissement de Marseille.

Un Prix Louise Michel en récompense pour « les vertus du dialogue, de démocratie, de développement et de paix » est institué. Son usage a été quelque peu dévoyé puisque Hosni Moubarak, Zin El Abidine Benali et Bouteflika l’ont reçu. Du côté algérien, à El Harrach, la plaque de la rue « Révolution de 1871 » en hommage aux martyrs tombés lors du soulèvement éponyme et ceux morts en déportation, a été renommée rue Imam Ali. Nul ne sait de quel imam Ali il s’agit et ce qu’il a apporté au pays. Mais qu’importe, l’essentiel est de gommer la vraie histoire du pays faite par ses véritables enfants et la remplacer par une mythologie islamique.

(*) Clotilde Chauvin, Louise Michel en Algérie – La tournée de conférences de Louise Michel et Ernest Girault en Algérie (octobre-décembre 1904), éditions Libertaires, 162 pages.

(**) Article de Rosa Moussaoui : Cheikh El Mokrani (1815-1871) Le chef de la Commune kabyle, en guerre contre la colonisation.

Azru Loukad
SIWEL 171610 JAN 21

Partager ceci...