Franc succès du rassemblement de la Coordination universitaire MAK-Anavad de Tizi-Wezzu
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
MAK-ANAVAD
COORDINATION UNIVERSITAIRE DE TIZI-WEZZU

 

Le rassemblement de ce dimanche 10/12/2017 pour célébrer cette Journée internationale des droits de l’Homme auquel nous avions appelé a été marqué par la mobilisation et la sensibilisation mais aussi par la condamnation du pouvoir colonial d’Alger, qui réprime les militantes et militants souverainistes kabyles luttant pacifiquement pour l’autodétermination de la Kabylie; une répression, un chantage et le blocage administratif (passeports, permis de conduire, registre de commerce, cartes-grises…) qui ne font que renforcer la détermination de ces derniers.

Cette démonstration de force est une réponse de non soumission aux menaces du pouvoir envahisseur d’Alger qui a dépassé toutes les limites dans la violation des droits de l’Homme.

Le rassemblement a été entamé à 10h00, les militants qui ont brandi des drapeaux kabyles et des pancartes aux slogans forts ont aussi accroché des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Un peuple qui ne revendique pas ses droits est soumis à l’esclavage »,  » On exige la libération de Lyès Ben Alioua », ce militant kabyle du MAK-Anavad qui croupit dans les geôles algériennes depuis plus de dix jours.

C’est l’ancien militant de la causse berbère, Mas Ahcène Chérifi, condamné dans les années 70 à dix ans de prison avec ses compagnons de lutte. qui a ouvert la prise de parole à 10h30,  suivi de Nina, militante de la coordination universitaire MAK-Anavad UMMTO, et de Dda Muhand-Wamar Hachim, puis est venu le tour de Lounès militant de la coordination universitaire et pour finir par la présidente du Congrès mondial amazigh (CMA), Massa Kamira Nait Sid.

Le rassemblement a été d’une grande réussite, avec la présence de centaines de personnes (étudiants, société civile…) en plus des militants souverainistes kabyles, qui ont répondu massivement à l’appel, malgré les risques de répression et d’arrestation, vu la présence de policiers algériens en civil partout, même dans l’enceinte universitaire.

C’est aux cris de « KABYLIE INDÉPENDANTE » entonnés par les manifestants que l’imposante foule s’est évanouie dans le calme après s’être donné rendez-vous pour la marche de Yennayer 2968 qui aura lieu le 12 janvier 2018.

Vive la Kabylie libre et indépendante

SIWEL 102010 Dec 17 UTC

Partager ceci...