TIZI-OUZOU (SIWEL) — Deux motivations essentielles ont poussé le Front des forces socialistes à prendre part aux élections législatives prévues le 10 mai prochain, selon un cadre du parti qui a préféré garder l’anonymat.

 

FFS : « nous participons aux législatives pour ne pas singulariser la Kabylie »
« Notre participation est d’abord tactique comme on l’a toujours dit. Nous ne voulons pas d’une singularisation de la Kabylie », a-t-il indiqué.

Est-ce que cela voudrait dire que le FFS prenne part aux législatifs rien que pour contrer la perspective autonomiste prônée par le MAK ? Notre interlocuteur affirme que bien qu’il n’ait rien contre l’existence du MAK, il avoue que « la principale raison qui a poussé le FFS à aller aux législatives reste de ne pas voir encore une fois la Kabylie distinguée du reste de l’Algérie ».

Il a avoué que « tous les membres de la direction savent que cette élection ne sera point transparente mais que les donnes ont changé depuis celle de 2007 ».

« Le parti a besoin aussi de se reconstruire. Si le FFS boycotte encore une fois, nous craignons pour sa survie », a-t-il dit.

La même source a par ailleurs démenti les rumeurs faisant état d’une probable décision de retrait du parti de la course aux législatives.

Le FFS qui a décidé de prendre part au scrutin du 10 mai trouve des difficultés à faire accepter à une grande partie de ses militants et à la population sa participation et est confronté à un grand mécontentement suite à l’introduction dans ses listes électorales des noms très contestés par sa base militante.

Que ce soit à Vgayet (Béjaia), Tuviret (Bouira) ou à Tizi-Ouzou et Alger, des militants n’ont pas admis le fait de donner à des personnes « détestées par la population ou qui n’ont rien à voir avec le parcours du parti » des positions importantes sur les listes. De nombreuses sections ont décidé de rejoindre les partisans du boycott incarné par d’anciens cadres évincés du parti.

st
SIWEL 031450 AVR 12

Partager ceci...