AQVIL (SIWEL) — Le militant indépendantiste, Lazhar Bessadi fait face, encore une fois, à l’hostilité des autorités coloniales à son égard. En effet, pour ses souhaits de voyages, il a dû demander un passeport auprès de l’administration algérienne, ce qui est un droit.
Une simple formalité, satisfaite dans les 15 jours en temps normal, mais qui n’a toujours pas abouti dans le cas de Lazhar Bessadi. En effet, cela fait plus de 3 mois que le militant de la cause kabyle a demandé ce document de voyage sans qu’il ait eu de réponse.

Contacté par nos soins, Mas Lazhar bessadi nous a informé que lors de sa toute récente arrestation, le 31 janvier dernier, il a subi des tentatives de marchandage de la part de la police coloniale : « Si tu te retires du MAK, on te débloque ton passeport, on te donne l’autorisation de ré-ouvrir ton magasin (fermé par la police à cause de son militantisme, ndlr), tu seras dédommagé et tu n’auras plus à subir le harcèlement de la police ».
« Offre déclinée » a alors répondu ironiquement mais fermement le militant. Quelques jours plus tard, c’est le père de Lazhar Bessadi qui a été convoqué par la police coloniale pour le sommer de convaincre son fils d’accepter ce marché de l’avilissement. Pour essayer de monter le père contre son fils, ils ont même osé lui mentir pour essayer de lui faire peur. En effet, ils ont déclaré que Lazhar a arraché un drapeau algérien et qu’ils ont des preuves.

« je ne marchande pas mes convictions et le droit à l’autodétermination de tout un peuple » nous a déclaré Mas Lazhar Bessadi à ce propos.

A moins que les autorités algériennes considèrent que Lazhar Bessadi n’est pas un citoyen algérien, et reconnait donc que c’est un kabyle indépendant, il n’y a aucune raison légale de lui refuser ce droit à un document de voyage.

nbb
SIWEL 102212 FEV 17

Partager ceci...