Découverte : A At Wemɛuc (Beni Maouche) la figue sert à fabriquer du chocolat

AT WEMƐUC (SIWEL) — Un chocolat avec un taux d’intégration local de 70% est né sur les hauteurs de la Vallée de la Soummam, plus exactement au village Tiwal, à At Wemɛuc (Nom colonial : Beni Maouche). Ce qui démontre le génie, le savoir-faire et la richesse de la Kabyle.

Une louable initiative menée par une équipe de trois jeunes kabyles a donné des résultats prometteurs. Ils ont réussi à produire un chocolat 70% issus de produits de Kabylie en utilisant la figue fraîche et sèche produites localement, selon plusieurs médias qui ont rapporté la nouvelle.

En effet, cette histoire, en phase de devenir une success-story, a commencé lorsque ces trois jeunes kabyles, Amar Abid, 33 ans, diplômé en HSE, Elyas Bouguider, 32 ans, titulaire un diplôme en marketing et Racham Tarik, ingénieur biologiste, ont décidé en 2015 de fusionner leurs entreprises pour se lancer dans la transformation des légumes et fruits (Sarl Tiwal Royaume).

« Après de longues discussions entre nous, nous avons décidé d’aller ensemble en lançant officiellement notre boite en janvier 2016. Une entreprise spécialisée dans la transformation des fruits et légumes et la valorisation des produits de terroir », a confié à la presse Amar Abid lors de la 15ème édition de la fête de la figue organisée les 26, 27 et 28 octobre à At Wemɛuc.

Interrogé sur le choix du créneau, il a indiqué « le succès que rencontre le chocolat à base de la figue préparée d’une manière artisanale par des habitants d’At Wemɛuc et les régions avoisinantes leur a donné une idée ». « Nous avons constaté que le chocolat traditionnel préparé avec la figue séduit toute personne qui le déguste, alors on s’est dit qu’il était temps de doter notre région d’une industrie moderne de chocolat de la figue », a-t-il expliqué.

Après avoir acquis des machines modernes, l’équipe s’est focalisée sur la préparation des recettes qui associeront le goût du Cacao à celui de la figue. L’effort de l’équipe est couronné par la découverte de deux recettes. Une à base de figue sèche et la seconde avec la figue fraiche. « 70% de nos intrants sont issus du marché local. Nous utilisons les deux types de figues que nous achetons auprès des agriculteurs locaux. C’est un exploit d’arriver à produire du chocolat avec 70% des intrants locaux », se réjouit-il.

Un exemple à méditer, voir à imiter, par les jeunes kabyles débordant d’énergie, d’idées et de volonté, dans leurs domaines de prédilection en lançant des start-ups et des PME, qui deviendront avec le travail et la patience, pourquoi pas, des grandes entreprises dans la Kabylie de demain.

anb
SIWEL 300830 Oct 17 UTC

Partager ceci...

Laisser un commentaire