Premier ministre

Le Gouvernement Provisoire Kabyle est un gouvernement de libération nationale responsable de ses actes. Il veille à se battre pacifiquement et dans la légalité internationale la plus complète.

Le Gouvernement Provisoire Kabyle n’oeuvre que pour les intérêts de la Kabylie et du peuple Kabyle. Il n’est contre aucune entité ou organisation, nous disons bien aucune, qui respecte la Kabylie et le peuple Kabyle. Nous combattrons pacifiquement contre toute entité ou organisation visant à détruire la Kabylie, d’une manière ou d’une autre.

Les objectifs du Gouvernement Provisoire Kabyle entrent dans le cadre des axes suivants :
– Reconnaissance du droit à l’autodétermination de la Kabylie par la communauté internationale
– Edification des autorités et des institutions de la future république Kabyle
– Organisation d’un referendum pour l’indépendance de la Kabylie
– Protection et solidarité en faveur de la Kabylie et du peuple Kabyle
– Contribuer à l’édification des institutions de la Kabylie (parlement, sécurité, administration…)
– Contribuer à la préparation de la constitution de l’Etat Kabyle
– Elaboration des stratégies politiques, économiques et sociétales pour un état viable et pérenne

Le Gouvernement Provisoire Kabyle se distinguera comme étant un gouvernement d’action et de projets ; celui qui posera les bases de la future république Kabyle. Pour la concrétisation de ces projets, l’Anavad fera appel à toutes les compétences de la Kabylie acceptant la condition de se projeter dans une Kabylie Kabyle et l’édification d’une république Kabyle libre et indépendante.
Le Gouvernement Provisoire Kabyle instaurera une démarche, une tradition, des rituels qui garantiront la continuité de l’Etat Kabyle malgré les remaniements ministériels ou le changement du premier ministre. Toute nomination doit être soumise à une prestation de serment de ne servir, au sein de l’Anavad que la Kabylie et rien que la Kabylie, dans la loyauté et le respect de la hiérarchie. Tout remaniement ou remplacement d’un membre du gouvernement se fera dans un cadre protocolaire de passation de consignes.
Chaque ministère ou département est responsable de mener à bien les projets et les actions pour lesquels il s’est engagé. Ils ont toutes les marges nécessaires pour mettre en place les équipes projets et engager les compétences Kabyles qui remplissent les conditions ci-dessus. Les projets peuvent être interministériels, chevauchant les périmètres de plusieurs ministères et départements. Dans ces cas, cela nécessitera la mise en place d’équipes interdisciplinaires et interministérielles.

Les projets et les actions consisteront à doter la Kabylie des institutions et des outils qui serviront de bases et fondations à la future république Kabyle. Tous les projets et les actions seront mis en oeuvre sous la responsabilité du Premier Ministre et du haut patronage de la présidence de l’Anavad.

La portée des projets et actions est principalement la Kabylie mais aussi la diaspora qui se trouve sur tous les continents.
Chaque projet fera objet d’un plan qui en détaillera l’utilité, les objectifs, les besoins, les prérequis, le plan d’action, la durée d’exécution, le budget et les couts nécessaires. Les hommes d’affaires Kabyles seront appelés à contribution financière en leurs qualités de sponsors, et engagés comme membres à part entière de nos équipes.

Chaque département ministériel doit suivre l’actualité de la Kabylie et toute l’actualité ayant un impact sur la Kabylie à la minute près, en suivant la presse Kabyle ou adverse, les réseaux sociaux, les alertes venant des militants et des cadres du MAK.
Chaque département ministériel doit pouvoir prendre des initiatives de façon autonome, sans attendre des directives venant du Président ou du Premier ministre. Pour toute décision impactante, il peut se concerter avec le premier ministre ou les autres collègues en cas d’une transversalité avérée avec d’autres départements ministériels.

Notre gouvernement est dédié à l’action. Il y’a OBLIGATION DE RESULTAT

Un règlement intérieur sera mis en oeuvre dans les plus brefs délais. Il sera appliqué à la lettre.

Une charte de communication sera mise en oeuvre. Tous les membres du gouvernement seront tenus à la respecter.

MOT D’ORDRE DU GOUVERNEMENT : TOUS UNIS POUR BATIR L’ETAT-NATION KABYLE

Exil, le 04/02/2018

Zidane Lafdal
Premier ministre
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Introduction
Partant du postulat que ce sont les ressources humaines qui créent la richesse et non l’inverse, le gouvernement provisoire Kabyle met la priorité sur l’éducation et la formation.

Nous vivons l’ère de l’économie du savoir, moteur de productivité et de toute croissance économique, où le capital immatériel (la connaissance et la compétence) présente un grand avantage compétitif. En effet, le développement et les performances économiques dépendent de plus en plus de la maîtrise et de l’innovation des technologies, du savoir, de l’éducation, et de la formation et de l’information.

Nous convergeons vers un monde où les ressources humaines ne font pas références à l’importance numérique de la population que possède un pays, mais à ce que celle-ci possède comme connaissances, savoir, compétences, expériences, expertise et engagement envers sa patrie.

Le peuple Kabyle doit impérativement s’inscrire dans l’universalité et la mondialisation pour mieux avancer, se permettre une bonne qualité de vie et avoir sa place parmi les nations développées.

Description sommaire du ministère
Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche regroupe tous les paliers de l’éducation et de l’enseignement du préscolaire jusqu’à l’université, en incluant la recherche universitaire et publique. Il est chargé de préparer et mettre en oeuvre la politique du gouvernement provisoire Kabyle dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Conscient du rôle que jouent l’école et le savoir dans le développement et la qualité de vie des peuples, l’Anavad veut propulser et positionner la Kabylie parmi les pays du savoir, de l’économie propre et durable, de la maîtrise des technologies et de la science. Il s’agit de préparer les ressources humaines de la Kabylie par des formations de qualité pour accéder à des niveaux de progrès et de croissance propre et exponentielle.

Mission

Globalement, la mission du ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche peut se résumer comme suit :
– Organiser et encadrer les consultations et les expertises, et faire la synthèse des propositions concernant l’éducation et la formation d’élites et de main d’oeuvre qualifiées.
– Concevoir et proposer un système éducatif convenable, adéquat et performant pour la Kabylie;
– Favoriser l’accès aux sources du savoir à toutes et à tous les Kabyles;
– Promouvoir l’enseignement dans tous ses paliers, la recherche, le loisir et le sport;
– Contribuer à l’harmonisation des orientations et des activités en s’alignant sur les orientations politiques de l’Anavad et en relation avec les besoins économiques, sociaux et culturels de la Kabylie.
– Promouvoir la langue Kabyle qui se doit d’apprivoiser et de domestiquer les sciences et les technologies

Stratégie et objectifs

Objectifs à court terme (1 à 8 mois)
– Constituer une structure multidisciplinaire (cabinet) au sein du ministère.
– Élaborer un plan d’action détaillé (Stratégie, Tactique, Opérationnel).
– Étudier et analyser les systèmes éducatifs les plus performants au monde, et élaborer des synthèses comparatives en vue de proposer un système éducatif efficient.
– Piloter une analyse critique du cas actuel de la Kabylie pour mieux élaborer des méthodes pédagogiques efficaces.
– Analyser globalement le volet socioculturel de la Kabylie pour faire sortir les besoins de l’éducation et la formation.
– Élaborer une approche globale et comparative (Kabylie, pays développés).

Objectifs à moyen terme (12 à 24 mois)
– Mettre en oeuvre une école virtuelle Kabyle du préscolaire à l’université. Elle est en cours de réalisation.
– Créer un réseau de compétences universitaires Kabyles.
– Créer un réseau de soutien et d’aide aux étudiants chercheurs Kabyles dans le processus de poursuite des études supérieures et de la recherche au niveau des meilleures universités et centres de recherche (information, admissions, inscriptions, bourse, subventions, aides financières…)
– Encourager le développement de valeurs sociales telles que le respect d’autrui et de la norme, l’esprit d’échange et de coopération.
– Promouvoir les technologies de l’information (TI) par l’apprentissage.
– En collaboration avec le ministère de la langue et la culture Kabyle : Créer des groupes de travail sur la langue Kabyle au niveau de nos trois universités ayant des départements en tamazight (Tizi-wezzu, Vgayet et Tuvirett). Créer une fondation de soutien à la recherche en langue Kabyle pour subventionner les travaux de recherche de nos étudiants universitaires (deuxième et troisième cycles).
– Lancer un dialogue national, consultations et réflexion sur les méthodes pédagogiques et systèmes éducatifs porteurs de réussite et de succès {Séminaires, Ateliers de travail, Conférences-débats, travaux de recherche};
– Soutenir et aider les écoles Kabyles de la diaspora pour l’élaboration de manuels scolaires en langue Kabyle.
– Définir les besoins de la Nation Kabyle en main d’oeuvre qualifiée pour son développement économique à court et moyen termes.
– Faire une étude des potentialités économiques de la Kabylie dans l’optique d’élaborer et de développer des programmes de formation et de recherche ciblant ces potentialités.
– Mettre en place des programmes sociaux (en collaboration avec d’autres ministères) afin de réunir les meilleures conditions pour la scolarisation et le développement des compétences (programmes d’assistance aux élèves et aux parents).

Objectifs à long terme (24 mois et plus)
– Créer un centre de créativité et d’innovation Kabyles.
– Mettre en place des moyens, des activités et des projets récréatifs aidant au développement global des enfants en Kabylie.
– Organiser régulièrement des sommets de l’Innovation, de réflexion et de la recherche;
– Amorcer le transfert technologique et du savoir via notre diaspora vers la Kabylie;
– Soutenir la formation des compétences et des élites Kabyles.
Vision et perspective
– Vivre en paix avec une meilleure qualité de vie.
– Atteindre l’excellence par le savoir et l’intelligence de nos ressources humaines.

Conclusion
La Kabylie de demain, aspire à un système éducatif adéquat, performant et en phase avec sa culture et ses valeurs afin que ses enfants puissent développer et révéler leur immense potentiel dans la créativité, la performance et l’innovation. La Kabylie doit former des citoyens responsables chez lesquels règne l’esprit rationnel et cartésien, l’ouverture sur le monde, l’aisance à affronter la mondialisation et la capacité à conquérir des espaces de rayonnement de la Kabylie dans le monde.

Mas Hamou At Ali
Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Département des Services de l'information et de la Communication

Préambule
La communication est, pour chaque Etat, l’un des moyens modernes de guerre stratégique. De nos jours toutes les batailles sont fondées sur elle. Un exploit mal expliqué peut être perçu comme un cuisant échec. Inversement, avec une bonne communication, un échec peut être transformé en exploit.

Les TIC basées sur l’Internet et les réseaux sociaux sont une aubaine pour le combat de la Kabylie. Même dépourvu de mass-médias lourds, le gouvernement provisoire Kabyle peut concurrencer ses adversaires et tirer profit de sa maîtrise de l’outil informatique.

Objectifs
– Gagner la guerre médiatique asymétrique que nous imposent nos ennemis
– Transmettre l’information et le message à chaque Kabyle là où il se trouve
– Faire revivre le patriotisme Kabyle chez tous les Kabyles
– Faire rayonner les valeurs Kabyles au niveau international
– Démultiplier les canaux de communications
– Mettre en place un Système d’Information, hautement sécurisé, pour l’Administration de l’Etat Kabyle

Projets
A court terme
– Recruter des compétences hautement qualifiées pour étoffer le département
o Informaticiens
o Cyber Sécurité
o Journalistes (écrit, audio, visuel)
o Attachés de presse et communicants
– Réorganiser l’agence Siwel
– Création de contenu (flash info, Documentaire, Interview, Emission, etc…)
– Mise en marche progressive de Radio Siwel
o Démarrage des flashs infos périodiques
– Création des pages web, dans le portail du Gouvernement, dédiées aux différents ministères
– Lancement de l’activité d’attaché de presse
– Lancement de l’activité de journalisme du MAK
– Signature de partenariat avec les médias Kabyles favorables à l’indépendance de la Kabylie
– Mise en place d’un processus E2E de livraison de CIK (Carte d’Identité Kabyle)

A moyen terme
– Création de TaqVaylit.TV – Kabyle.TV
– Elaboration des documents officiels de la Kabylie
– Plateforme de vote électronique pour référendum
– Mise en marche de la plateforme de l’état civil Kabyle
– Lancement de WiKabylia
– Mise en marche de la plateforme de statistiques et de recensement de la Kabylie et du peuple Kabyle
– Mise en place d’une plateforme d’alertes de météorologie et des incendies
– Mise sur pied une plateforme d’alertes de détresse
– Mise en oeuvre d’une boutique électronique

A long terme
– Mise en oeuvre de la plateforme d’Archivage des documents se référant à la Kabylie
– Mise en place d’un processus informatique de livraison des passeports

Mas Vaz At Vrahem
Directeur du Département des Services de l’Information et de la Communication rattaché au Premier ministre
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de la Sécurité et de l’Administration

Préambule
N’ayant pas tous les moyens d’un Ministère de l’intérieur d’un Etat établi sur ses terres, notre Ministère reprend, à minima, des fonctions de la sécurité et de l’administration.

La logistique administrative est assurée par le Département des systèmes d’information et de la communication.
Eu égard à la situation que traverse la Kabylie, les domaines de compétence du Ministère de la sécurité et de l’administration se chevauchent, en partie, avec les prérogatives du ministère des affaires juridiques et des droits humains. Une intense collaboration s’établit entre les deux ministères.

Le Ministère de la sécurité et de l’Administration collaborera également avec le chargé du projet du Parlement Kabyle afin de l’aider à travers les coordinations du MAK, les comités de villages en Kabylie et dans la diaspora, à mener à bien sa mission.
La collecte d’informations sensibles au service de l’Anavad et de l’indépendance de la Kabylie est aussi de son ressort.

Activités récurrentes
– Le ministère a pour mission de suivre en temps réel la situation qui prévaut en Kabylie. Il sera apte à réagir au moindre dérapage ou acte de répression de la part du régime colonial.
– Le ministère va mettre sur pied des organisations sécuritaires dédiées à la protection interne et externe de la Kabylie.
– Entretenir un contact permanent avec les personnalités Kabyles influentes, les responsables des comités de village en Kabylie et dans la diaspora
– Gestion organique des coordinations du MAK.
– Assurer un support logistique aux structures organiques et sécuritaires.
– Création des équipes de vigilance en Kabylie pour sécuriser les activités du MAK
– Veiller sur la sécurité du Président et des membres du gouvernement Kabyle en exil, ainsi que des militantes et des militants sur le terrain.
– Instaurer des campagnes d’adhésion permanentes en Kabylie et en diaspora
– Garantir la sécurité des biens et marchandises du MAK et de l’Anavad.
– Veiller au respect des institutions de l’Etat Kabyle (drapeau, hymne national, institutions)
– Encourager et encadrer l’installation de sections du MAK dans chaque village de Kabylie et à travers le monde.

Projets
A court terme
– Mise en place d’une plateforme de remontées d’alertes sécuritaires automatiques (arrestations, kidnappings, incendies ou catastrophes naturelles…)
– Remise en marche de la livraison des Cartes d’Identité Kabyles
– Remise en marche des campagnes d’adhésion au MAK Anavad partout où les Kabyles existent
– Mise en place d’une administration moderne au fur et à mesure de la concrétisation des projets

A moyen terme
– Mise en place des services d’alertes météorologiques et des incendies.
– Mise en place des services d’état civil

A long terme
– Mise en place de la plateforme de statistique et de recensement du peuple Kabyle
– Installation des autorités exécutives Kabyles en Kabylie
– Installation de la chambre parlementaire.
– Organisation du referendum électronique pour l’indépendance de la Kabylie

Mas Muhend Belucif
Ministre de la Sécurité et de l’Administration
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de la Culture et de la Langue kabyles

Objectifs
La langue et la culture sont les éléments constitutifs de l’identité et de la dignité de chaque peuple. Nul ne peut vivre sous l’identité d’un autre. L’objectif du Ministère de la culture et de la langue Kabyles est de restaurer notre identité et notre dignité à travers la promotion et l’usage quotidien, populaire, de la langue Kabyle et de notre culture. Notre leitmotiv est de «re-Kabyliser » la Kabylie dans les espaces où elle menacée, en menant diverses actions et projets :

Projets à court terme sur le territoire français
– Programmation de films, de pièces de théâtre, de récitals de poésie, d’expositions de livres, de peinture et organisations de concerts et de conférences-débats partout où cela est possible. La diaspora où la langue et l’identité s’évaporent à vue d’oeil, il est nécessaire, notamment dans les villes d’Algérie, en France et au Québec, de s’intéresser aux nouvelles générations de Kabyles et de leur offrir des supports et des cadres appropriés pour rester en lien avec la culture d’origine de leurs parents.
– Solliciter des commerçants Kabyles pour réserver dans leurs établissements un espace libre pour exposer les oeuvres de nos artistes peintres, écrivains.
– Création d’un sigle lumineux avec la lettre Z en tifinagh et les deux rameaux d’olivier du drapeau Kabyle, par les artistes peintres en mentionnant la raison sociale en français et en Kabyle sur les devantures des bars, hôtels, restaurants, épiceries, etc. en leur suggérant de donner à leurs établissements un nom Kabyle. De la sorte, ils seront visibles, identifiables de loin et montrant qu’ils sont fiers d’appartenir à la Kabylie.
– Démarcher et sensibiliser les médias français et internationaux sur la nécessité de donner de la visibilité à la culture Kabyle. Dans un monde occidental frappé de plein fouet par la montée des intolérances et du terrorisme islamiste, la communauté Kabyle, forte de deux millions de personnes dans l’Hexagone, acquise aux valeurs universelles et à la laïcité, est une chance pour faire reculer chez eux les menaces. Inviter donc sur les plateaux de télévision et sur les antennes des radios des représentants de la communauté Kabyle est mieux que d’ignorer celle-ci.
– Organiser chaque année une semaine culturelle Kabyle, avec du théâtre, du cinéma, de la poésie, de la chanson, de la caricature, de la BD, de la peinture et de la haute couture. Le tout avec une ambiance culinaire bien de Kabylie.
– Encourager le mouvement associatif à organiser de manière permanente des cours de langue Kabyle
– Création un orchestre national Kabyle.
– Protéger et aider les producteurs de la culture Kabyle.
– Veiller sur l’héritage mémoriel de la Kabylie.
– Prendre contact avec des fabricants de vêtements afin qu’ils confectionnent des habits aux couleurs de notre emblème, par exemple, chemises, tee-shirts, pulls, sur lesquels devra être écrit : Kabylie, liberté, indépendance et les lieux les plus connus de la Kabylie : Tizi-Wezu, Vgayet, Ait Dwala… et Siwel, Anavad…
– Mettre en place une équipe pour distribuer notre programme et vendre le livre du Mémorandum dans tous les spectacles ou manifestations culturelles Kabyles.
– Envoyer des courriers aux médias et hommes politiques (déjà précisé plus haut) afin qu’ils cessent de diluer la Kabylie et les Kabyles dans des notions fourre-tout, telles que « monde arabe », « communauté musulmane », « Maghreb » … si préjudiciable à la culture de leur propre peuple. Ceci est d’autant plus urgent en France où la loi interdit les statistiques concernant les religions et les communautés. Les Kabyles sont un peuple et doivent être respectés en tant que tels.

Projets à court terme en Kabylie
– Encourager les communes de toute la Kabylie à officialiser le plus de prénoms Kabyles sur leur fichier d’état-civil.
– Demander aux responsables des villages ou villes réparties en quartiers de constituer un fichier d’État civil gardé soigneusement en leur possession et rattaché au site d’état civil de l’Anavad qu’ils mettront à jour au fil du temps.
– Mettre en ligne tous les prénoms Kabyles afin que les citoyens puissent les choisir et les utiliser.
– Solliciter tous les villageois et les villes de Kabylie pour mettre les plaques de rues, avenues, boulevards, en Kabyle.
– Promouvoir une carte géographique et routière de la Kabylie.
– Réhabiliter les Sages de Tajmaat et les Comités de villages ou de villes et les encourager à baptiser les rues aux noms des promoteurs de la kabylité.
– Promouvoir des plans détaillés de chaque village et de chaque ville.
– Sensibiliser le monde de la couture utiliser les couleurs de l’Anay (drapeau Kabyle) sur ses produits industriels (chemises, tee-shirts, pulls, sur lesquels il serait bon d’écrire : Kabylie, liberté, indépendance, Je suis Kabyle) … En quelque sorte, nous préparer à l’indépendance de notre État en kabylisant tous les secteurs. Un visiteur doit se rendre compte qu’il est en territoire Kabyle.

Projets à long terme sur le territoire français
– Réalisation de documentaires sur les enfants Kabyles suivant des cours de langue Kabyle, en Kabylie ou ailleurs pour sensibiliser tout le monde à notre combat.
– Faire un autre film documentaire dans les foyers sur les situations parfois tragiques des personnes âgées Kabyles.
– Projet d’un Centre culturel Kabyle à Paris

Projets à long terme en Kabylie
– Créer une Bibliothèque nationale Kabyle virtuelle
– Créer un Musée national Kabyle.
– Inciter tous les Kabyles à converser de préférence en Kabyle.

Mas Shamy Chemini Lvaz Abranis
Ministre de la Culture et de Langue Kabyle
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère des Relations internationales

Introduction
Victime de la domination politique algérienne, la Kabylie continue à solliciter la communauté internationale et à nouer des alliances avec des mouvements sociaux et politiques, ainsi qu’avec des organisations internationales. Cet appui extérieur permet d’inscrire la question du droit de la Kabylie à son autodétermination dans l’agenda diplomatique international et d’exercer ainsi une pression indirecte sur le pouvoir colonial algérien.

La Kabylie, bien que dans des circonstances très difficiles, mène toujours un combat pacifique visant son autodétermination, sa souveraineté et sa volonté d’exister sur la scène internationale, et ansi devenir un acteur crédible.
Notre engagement en faveur de la Kabylie est de faire en sorte que l’affirmation de nos valeurs, en matière de droits et libertés de la personne humaine et de respect de la liberté et de la démocratie, caractérise notre action.
Notre but est de développer, avec le maximum de pays, des relations politiques solides sur lesquelles pourraient se greffer des liens économiques, scientifiques, culturels et sportifs.

Des relations de confiance avec nos partenaires existants et potentiels, partout sur la planète, seront d’une importance capitale. Le rôle des représentations de la Kabylie à l’étranger est donc déterminant.

Plus que jamais, la Kabylie porte ses ambitions sur la scène internationale pour assurer sa présence politique et culturelle en y affirmant nos valeurs pour porter toujours plus loin la voix de la Kabylie et son droit à l’autodétermination, son droit à l’existence en tant que pays indépendant et souverain.

Dans un monde en constante évolution, les économies émergentes, la mobilité des personnes, le contexte géopolitique, les nouvelles technologies et le numérique comportent de nombreux avantages, nous avons à nous saisir de toutes les opportunités qui s’offrent à notre diplomatie pour s’affirmer, mais aussi veiller à ce que ce qui se passe à l’étranger n’impacte pas négativement le combat de la Kabylie pour son indépendance.

C’est pourquoi la présence de la Kabylie sur la scène politique mondiale permet de faire avancer notre combat pacifique, notre cause auprès des instances internationales, telles que L’ONU, l’ALE, l’OAES, L’UNPO…

Nos principaux objectifs : Le droit à l’autodétermination de la Kabylie sur la scène internationale. Notre identité nous destine à promouvoir la liberté et le respect des droits humains dans le monde.

Plaidoyers et actions de solidarité en faveur du peuple Kabyle qui lutte pacifiquement pour la reconnaissance de tous ses droits, qu’ils soient politiques, civils, économiques, sociaux ou culturels. Déployer des stratégies d’information sur les actions symboliques de la Kabylie visant à attirer l’attention de l’opinion internationale sur la responsabilité et l’implication du gouvernement colonial algérien dans les crimes et les violations des droits de l’homme en Kabylie.

Élaborer des projets de coopération et de développement pour renforcer les activités économiques, sociales et culturelles permettant d’accroître la marge de manoeuvre de la Kabylie en y améliorant la qualité de vie des citoyens en dehors du carcan colonial algérien. Ceci est réalisable avec le soutien de la communauté internationale.

La reconnaissance du droit du peuple Kabyle à son autodétermination par un maximum de pays et d’organisations internationales implique que le gouvernement provisoire Kabyle doive s’assurer que tous ses départements ministériels travaillent de façon unie et coordonnée sous l’autorité du président de l’Anavad et de son Premier ministre à atteindre les cibles fixées, tant en Kabylie qu’à l’international, adoptant ainsi une approche plus holistique. Cette approche cohérente aura l’avantage d’inciter l’ensemble des acteurs de la société civile et de la classe politique Kabyle à coopérer avec l’Anavad.

Soulignons qu’une évaluation régulière des résultats en fonction des cibles fixées sera nécessaire afin de toujours mieux maîtriser la situation et de continuer d’aller de l’avant. Elle implique une plus grande concertation pangouvernementale. Une importante occasion s’ouvre pour un dialogue social avec les organisations de la société civile Kabyle.

Pour le succès des projets s’ajoutent, aux considérations traditionnelles, la nécessaire protection de l’environnement, la faible empreinte carbone et la stabilité institutionnelle à travers le MAK, l’Anavad et le parlement Kabyle. Dans ce contexte, la Kabylie possède des atouts qu’elle devra faire valoir afin de se faire une place dans un environnement international plus exigeant.

Internationalisation des Entreprises Kabyles.

Les échanges avec l’extérieur façonnent la plupart des secteurs de la vie d’un peuple et influent sur une grande partie des activités des entreprises, et ce, de la recherche à la mise de leurs produits sur le marché. En outre, les entreprises qui exportent tendent à être plus productives, plus innovantes et plus génératrices de croissance et d’emplois. Dans ce contexte, nous soutiendrons l’internationalisation des entreprises qui parviennent à devenir des fers de lance de l’économie Kabyle, en tenant compte des nouveaux besoins et des différents bouleversements qu’a connus l’économie mondiale au cours des dernières décennies. Selon la situation, il peut s’agir d’appuyer le développement de leurs compétences en internationalisation, de leur communiquer de l’information stratégique sur les marchés, de leur donner accès à des réseaux d’acteurs clés, d’organiser des missions commerciales et des activités de maillage entre acheteurs et vendeurs, ou d’accompagner la commercialisation internationale d’une innovation Kabyle.

L’action diplomatique internationale Kabyle s’inscrira dans le contexte international actuel et futur des relations et des enjeux internationaux des puissances et tout autre pays qui pourra aider dans la construction de notre Etat Kabyle.

Politique en Amérique du Nord
Évaluer, puis démarcher les lobbys aux États Unies, et au Canada où ils sont une véritable industrie. Les lobbyistes sont des mandataires de la société civile organisée auprès des pouvoirs institutionnels devenus le lieu où se décide l’avenir liberté de nombreux peuples, et la mort certaine de bien des régimes politiques.
La diplomatie Kabyle gagnerait à utiliser les lobbies pour paralyser n’importe quelle décision du pouvoir colonial algérien ou n’importe quelle entreprise sur notre territoire ne correspondant pas aux intérêts de notre peuple.
Détecter et organiser les lobbys étrangers en Kabylie en acceptant leurs ambassades ou représentations diplomatiques sur notre territoire.
Encourager les centres culturels d’autres nations et puissances : American institut, Japon, Chine, Russie, Australie, Canada à s’installer en Kabylie
Ce dernier volet se fera en coordination avec le ministre de l’éducation et celui de la culture…etc.).

Politique en U.E
Rendre de nombreuses visites aux institutions européennes pour mieux les sensibiliser à la question Kabyle qui, face à une Algérie antieuropéenne, a toutes les chances de devenir un élément clé d’une reconfiguration géopolitique alternative conséquente que ce soit en matière d’immigration, d’énergie ou de menace nucléaire sur le vieux continent.
Union Pour la Méditerranée : La Kabylie, en tant que peuple méditerranéen ayant son gouvernement provisoire est en droit de postuler, à travers ce dernier, à en être sinon membre, du moins observateur.

Politique Internationale Asie
Même si l’Asie est si loin de l’Afrique, ses nombreux acteurs sur la scène mondiale s’imposent à la communauté internationale (Russie, Chine, Inde, Pays arabes et Israël…) et la Kabylie a pour devoir de les démarcher. Leur poids sur l’échiquier mondial est tel que leur soutien nous est indispensable.

Projets potentiels
– Edition d’un passeport Kabyle
– Ouvertures de représentations diplomatiques Kabyles là où cela est possible.
– Faire du Lobbying au niveau des Organisations des Nations Unies
– Création à travers le monde d’associations d’amitiés avec la Kabylie
– Renforcer les relations avec les organisations qui sont dans la même situation que la Kabylie (kurdes / basques / catalans …)
– Contacter les partis politiques de toute l’Europe
– Sensibiliser les pays africains à la question Kabyle
– Renforcer notre présence au niveau des peuples autochtones
– Octroyer la citoyenneté Kabyle aux grandes personnalités internationales qui le souhaitent.

Mas Anazar Larbi Chabi
Ministre des Relations internationales
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Masa Soraya Sough
Ministre déléguée aux Relations internationales
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de l’Economie et des Finances

Objectifs
Le ministère de l’Économie et des Finances a pour mission d’identifier et d’analyser les besoins de l’économie Kabyle afin de préparer la politique économique de la Kabylie Indépendante.

Nous allons mettre en oeuvre un certain nombre d’analyses et de prévisions qui auront pour tâche de fournir des données objectives qui serviront de fondement aux décisions que l’état Kabyle sera appelé à prendre en matière économique. Sur cette base, nous allons élaborer des propositions de mesures concrètes visant à installer durablement un potentiel confortable de croissance de l’économie.

A court terme, nous allons mettre en oeuvre un certain nombre de missions, dont celles d’élaborer le budget de l’État Kabyle indépendant. Cet élément est crucial, car il va définir la stratégie politique et économique à adopter pour avoir des budgets équilibrés.
Un autre grand défi est la création de la monnaie Kabyle, préparer l’organisation de la banque centrale, du trésor publique et d’un réseau bancaire national. Le ministère doit garantir l’indépendance énergétique nationale et la sécurité de son approvisionnement.

Un plan type Marchal sera imaginé et chiffré pour construire la Kabylie. Les branches du tourisme, de l’agriculture et de l’industrie seront développées et soutenues.

En 2019, le ministère de l’économie entamera ensuite, l’établissement de la législation touchant à l’économie.

Elaboration du Budget d’état : objectif 20 Septembre 2018
Estimer et allouer les budgets et les moyens nécessaires pour :
– Avoir une école et une université des plus performantes au monde.
– Conduire des politiques d’accès à la culture au sens large du terme, de sauvegarde, de rayonnement et de mise en valeur de la culture Kabyle.
– Agir pour l’environnement en estimant et allouant les budgets adéquats pour que nos villes et villages soient desservis par une ou plusieurs déchetteries;
– Conduire des politiques qui nous garantiront une indépendance énergétique et respectant l’environnement.
– Garantir un système de santé très similaire aux meilleurs systèmes de soins de santé au monde;
– Définir une politique pénale et veiller à la cohérence de son application sur le territoire de la république Kabyle.
– Assurer aux citoyens l’exercice des droits, devoirs et libertés pour administrer le territoire et garantir la sécurité des citoyens et des biens;
– Définir une stratégie de défense et de sécurité nationale, ainsi que sa mise en place.
– Aménagement des frontières entre la Kabylie et l’Algérie (insularisation de la Kabylie)
– Définir une politique étrangère qui défendra l’intérêt et la position de la Kabylie à l’international.
– Structurer et appliquer la politique sportive nationale.
– Viabilisation de l’agriculture pour une autosuffisance agro-alimentaire

Estimer les recettes de l’Etat Kabyle en:
– Investissant dans l’humain et son intelligence
– Optant pour l’industrialisation de notre économie.
– En réalisant des aides significatives pour l’implantation d’entreprises étrangères (IDE)
– Favorisant l’essor de l’industrie touristique dans une perspective de prospérité économique et de développement durable.
– Exploitant toutes nos plaines et nos montagnes pour subvenir à nos besoins alimentaires.
– Exploitant les potentialités économiques, touristiques de nos zones maritimes
– Garantissant une fiscalité juste et efficace.
– Exploitant toute les richesses naturelles et minières
– Elaborant un plan type Marchal

Création de la monnaie Kabyle (papier) : échéance 31 décembre 2018

Création de la monnaie Kabyle (électronique e-paiement) : échéance 31 décembre 2018

Plan d’Indépendance énergétique: échéance 31 Décembre 2018

Elaboration plan Type Marchal : échéance 31 Décembre 2018

Emissions des bons de souscription d’obligations d’Etat : échéance 30/06/2018

Mise en place du forum des patrons Kabyles

Mas Koceila At Seεu
Ministre de l’Economie et des Finances
Gouvernement provisoire kabyle en ewil (Anavad)

Ministère des Affaires juridiques et des Droits humains

Les actions et les objectifs du Ministère des affaires juridiques et des droits humains, consistent
d’une part, à dénoncer la répression physique et morale exercée par l’Etat algérien à l’égard des
militants, des sympathisants, du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie.

D’autre part, à informer les instances internationales dont l’Organisation des Nations-Unies, les
Ligues des droits de l’homme, les Etats, les Chancelleries, de ces agissements répressifs en violation
des dispositions du Droit international.

En complément des actions de dénonciation de la répression, il y a lieu de mettre en place des
institutions juridiques complémentaires, telles que présentées dans ce document.

Ces actions seront mises en œuvre concrètement, en y intégrant une équipe de collaborateurs et de
collaboratrices qui travailleront en étroite collaboration, sous la responsabilité de Madame la
Ministre des affaires juridiques et des droits humains.

– Création d’une ligue de défense des Droits Humains du peuple Kabyle
o constituée d’avocats,
o de juristes
o de personnalités issues de tous les domaines de compétence.

– Création d’un collectif d’avocats
o En vue de défendre les militantes et les militants inquiétés pour leur engagement en
faveur de l’autodétermination du peuple Kabyle et constitution de parties civiles
auprès des Cours de justice internationales.

– Adhésion aux organisations internationales de défense des droits humains

– Constitution d’un fonds documentaire sur l’ensemble des autres ligues, Cours pénales
internationales (évaluation de leurs compétences, de leurs conditions de saisine (…) :
o Amnesty international
o Humain Right Watch
o FIDH
o Avocats sans frontières
o Euro-Med Human Rights Watch
o Cour africaine des droits de l’homme et des peuples
o CEDH
o CIJ
o CPI
o CJUE

– Création d’un groupe de travail en vue d’une compilation des lois des villages Kabyles

– Constitution d’une Cour de justice Kabyle composée d’autorités juridiques Kabyles

– Elaboration d’une liste de crimes à l’encontre du peuple Kabyle.

– Réflexions sur la Citoyenneté Kabyle
o Nationalité/Bi ou pluri-Nationalité Kabyle
o Circulation des personnes, des biens et des marchandises
o Les relations entre la Kabylie et les Kabyles installés dans les régions d’Algérie

Masa Sakina At Sliman
Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de la Santé et de la Solidarité

Démarche
La mission du ministère de la santé et de la solidarité Kabyle est d’assurer une veille sanitaire et d’organiser les secours d’urgence et la solidarité nationale et internationale en cas de besoin (répression sanglante, catastrophe naturelle ou d’épidémie…) avec la Kabylie.

Les changements climatiques conjugués à la mobilité des personnes et des produits, les activités industrielles et leur pollution sont autant de facteurs qui impactent de manière permanente la santé publique et exigent une attention permanente. Cela nous oblige à installer des groupes de travail autour des thématiques suivantes :

– Protection de l’enfance

– Politique des Préventions et compagnes de sensibilisations.

– Compagnes de solidarités envers la Kabylie (nécessiteux et sinistrés)

– Campagnes d’aides (vêtements, affaires scolaires) des rentrées scolaires

– Aide éventuelle à un accès aux soins pour les plus démunis

– Constitution de collectifs de Médecins/infirmiers/aides-soignants Kabyles

– Promotion des soins à domicile

– Campagnes d’aides médicales, vaccinations, premiers secours de survie, boites de pharmacie dans chaque foyer Kabyle

– Promotion de l’économie sociale et solidaire (Tiwizi, Crowdfunding, coopératives…)

– Mise en place d’un système d’alerte de détresse

– Campagnes d’information sur la prise en charges des maladies chroniques

– Campagnes de formation aux gestes de premiers secours.

– Création de l’AZA Rouge Kabyle (ARK) à l’intérieur comme à l’étranger et le faire adhérer aux organisations internationales du même domaine.

– Mise sur pied d’une organisation caritative Kabyle

– Instauration d’un service civique Kabyle volontaire au service de la Kabylie

Recueil de données

Le travail en amont est très important, car c’est à partir des éléments d’information collectés sur terrain que le ministère peut bâtir une démarche adaptée au réel et se fixer des objectifs conséquents. Ce travail consiste à faire l’état des lieux de la situation socio-sanitaire de la Kabylie. C’est un préalable indispensable. D’où la nécessité d’établir des documents de travail uniformisés, avec des procédures et des échéances établies qui serviront de support avec des items bien ciblés pour montrer les problèmes et y apporter des éléments de réponses ou des solutions.

Associer le Peuple Kabyle

Le peuple est acteur de son destin. Tout ce que nous faisons en sa faveur ne servira à rien s’il ne s’implique pas ou ne s’approprie pas les actions que nous organisons. Les démonstrations de force du 20 avril ont établi le lien charnel entre le MAK, l’Anavad et le peuple Kabyle. Il y a lieu de mobiliser le citoyen Kabyle en faveur d’autres actions moins démonstratives mais d’une efficacité redoutable. Le Kabyle doit à la fois militer, remonter jusqu’à l’Anavad une information sensible et fiable et en même temps cotiser pour se donner un fonds de solidarité répondant aux besoins de la solidarité nationale Kabyle.

Pour cela, il serait bon de créer des réseaux villageois, urbains, universitaire, lycéens, collégiens, afin d’établir un lien de confiance entre le MAK et la société. Cela nous permettra d’approcher les professionnels de la santé pour les impliquer dans un programme d’information, de formation et de prévention et faire émerger ainsi de nouvelles potentialités et de nouvelles visions de l’organisation de la santé et de la solidarité. Il est impératif que les groupes de travail à mettre sur pied impliquent des compétences pluridisciplinaires et fassent participer des femmes et des hommes de terrain.

Mas Amuqran At Ccix
Ministre de la Santé et de la Solidarité
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de la Jeunesse et des Sports

Préambule
Pour l’avenir de chaque peuple, la jeunesse est une priorité. Il faut inculquer à celle-ci les valeurs qui l’aideront à sauvegarder sa dignité et à savoir se faire respecter par son environnement. La jeunesse est celle qui prolonge son peuple et en est la force majeure, celle qui défend ses couleurs et son intégrité physique et morale. Il est vital que cette jeunesse soit porteuse d’une citoyenneté responsable et jalouse de sa patrie, la Kabylie.

Notre jeunesse doit être ouverte sur le monde, prête à affronter la mondialisation et faire rayonner l’identité et la culture Kabyles.
Le dossier Jeunesse est interministériel et concerne entre autres l’éducation et de la culture. Son encadrement est nécessairement collégial. Les moyens doivent être mutualisés pour répondre favorablement aux besoins qui sont ceux des jeunes Kabyles, attachés à leur racines et partants à la conquête du monde et de l’univers.

Objectifs
– Canaliser la jeunesse Kabyle pour ne pas sombrer dans les fléaux sociaux et les doctrines rétrogrades.
– Rehausser le niveau intellectuel et comportemental de la jeunesse Kabyle aux standards et normes des pays civilisés et promoteurs des valeurs universelles. Il est urgent de raccrocher le wagon de la Kabylie à ceux du monde civilisé.
– Joindre les efforts de la jeunesse Kabyle à ceux de la jeunesse internationale pour la paix, la justice et l’humanisme dans le monde
– Cultiver chez nos jeunes les grains et les sentiments du patriotisme Kabyle

Projets
A court terme
– Mettre à la disposition de l’Equipe Nationale de Kabylie les moyens de maximiser les chances de gagner la coupe du monde de football de la Conifa à Londres
– Procéder à une sélection rigoureuse des joueurs qui auront l’insigne honneur de défendre les couleurs nationales Kabyles dans le concert des nations.
– Doter l’Equipe Nationale Kabyle des sponsors capables de lui fournir des fonds à la hauteur de ses besoins.
– Recherche des peuples « sparring-partner » pour les joutes amicales
– Faire participer la coordination MAK et toute la diaspora basée au royaume uni pour aider notre équipe nationale.

A moyen terme
A moyen terme, une réflexion sera engagée sur les possibilités de :
– Création d’une coupe de Football de Kabylie organisée en 3 ligues régionales (3 coordinations)
– Création d’un championnat Kabyle de Football organisée en 3 ligues régionales
– Création d’autres ligues (tournois) pour les autres disciplines sportives (Karaté, Box, Judo, Echecs, etc…)
– Installation des troupes théâtrales locales, régionales, nationale
– Installation des troupes cinématographiques et de dramaturgie (locales, régionales, nationale)
– Organisation de tournoi, de concours, de festivals

A long terme
– Création d’autres ligues plus onéreuses (Basket, Hand, Volley)
– Mise sur pied d’un cadre de service civil de la jeunesse Kabyle en faveur de sa patrie
– Création des jumelages d’une organisation de la jeunesse Kabyles avec celles d’autres pays
– Participation aux festivals et tournois internationaux
– Participation aux jeux mondiaux

Mas Sab Ammar Khodja
Ministre de la Jeunesse et des Sports
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Mas Aksel Bellabaci
Secrétaire d’Etat chargé des Sports
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère de l’Agriculture, du Tourisme et de l’Ecologie

Préambule
La Kabylie est une terre de montagnes à 70%. Ses plaines, essentiellement situées à Bordj Bou-Arreridj, Tuvirett et Boumerdes, prennent le reste. Si on y ajoute un littoral de 250 km, la Kabylie dispose de tous les atouts nécessaires pour assurer son autosuffisance alimentaire aussi bien par l’agriculture ancestrale de montagne, celle moderne des plaines que par le tourisme avec des sites ravissants.

L’état de dépendance politique et coloniale dans laquelle est aujourd’hui la Kabylie, ne permet pas à celle-ci d’assurer à ses enfants l’accès à l’organisation de son agriculture, de son tourisme ou de protéger son environnement que les militaires algériens soumettent chaque été à des incendies criminels. Cela l’empêche donc de décider de l’affectation de ses ressources financières, sécuritaires et humaines aux domaines qui, dans le sens de ses intérêts stratégiques, le nécessitent.

Un peuple fait corps avec sa terre. Son rapport à son environnement reflète souvent son degré de conscience vis-à-vis de sa propre existence et de son identité. C’est le miroir de son rapport à la paix et à la sécurité.

La Kabylie d’aujourd’hui est soumise à une catastrophe écologique inégalée, causée par le pouvoir colonial en place. Devant l’absence de débouchés pour ses déchets quotidiens, de cadres de protection de son écologie, d’institutions encourageant la production agricole, d’exploitation des ressources en eau, pourtant immenses au Djurdjura, elle croule sous les détritus, des sacs poubelles, des canettes dans ses fossés et ses forêts ; comme elle est soumise au coupures des semaines durant, à des coupures d’eau au moment où elle vit des températures infernales du fait des incendies militaires.

Pour améliorer le niveau de vie des Kabyles et inciter ces derniers à se réapproprier leur destin, nous avons à oeuvrer en faveur d’une prise de conscience élevée pour la protection de l’environnement tout en assimilant les enseignements de nos ancêtres vis-à-vis de la terre, de la faune et de la flore.

L’agriculture, pour un Kabyle, est avant tout une sécurité, une source de vie et une culture dans laquelle il grandit. On doit toujours travailler pour protéger et sauvegarder notre peuple de l’aridité et des risques d’affaissement de son équilibre écologique.

Le peuple Kabyle est appelé à définir son avenir dans la protection de son environnement et le développement des moyens d’exploitation de sa terre, de sa faune, de sa flore et de ses sources d’eaux. Comme il est dit : « ⴰⵎⴰⵏ ⴸ ⵉⵎⴰⵏ ⵏ ⵜⵓⴸⴰⵔⵝ; Aman d iman n tudert » (l’eau est l’âme de la vie ). Nous n’avons qu’un seul territoire, la terre de nos ancêtres que nos ennemis veulent détruire par tous les moyens (incendies, dilapidations, déchets, déforestations, déboisement, constructions illicites et anarchiques, etc.). À terme, sous cette colonisation, nous nous éteindrons.

L’Anavad cherche tous les moyens nécessaires pour assurer l’épanouissement et la sécurité du peuple Kabyle. La protection de l’environnement et le développement de l’agriculture sont les bases de l’évolution, de la maturité et de la conscience de notre peuple qui peuvent lui assurer une paix durable et un comportement exemplaire. Tous les autres domaines (l’industrie, la santé, la sécurité, l’immobilier, le tourisme, l’économie, etc.) vont se développer dans un environnement écologiquement maîtrisé et protégé au bénéfice de futures générations.

Portée et missions du ministère
Le ministère de l’agriculture, du tourisme et de l’écologie a été mis en place pour relever des défis à réaliser dans un cadre d’un mandat qui peut s’échelonner sur une période de 2 ans à 4 ans. Ses réalisations seront évaluées dans le temps pour atteindre les missions ci-dessous :
– Réflexion sur les moyens nécessaires à la valorisation de l’agriculture, l’exploitation des terres et de l’élevage, des sources d’eaux, de la protection de l’environnement et de l’écologie.
– Aborder les volets de mise en place des plans et des méthodologies pour la sauvegarde et le développement des secteurs agricole et de l’écologie humaine et économique
– Dresser des recommandations pour la création des associations et des coopératives pour la protection de notre environnement, de l’autosuffisance et une meilleure maitrise de nos infrastructures agricoles ainsi que la sauvegarde de notre capital (notre territoire).
– Exploiter la géomatique, une science moderne de l’information géographique, pour définir le territoire et délimiter les zones,
Prodiguer méthodes et conseils pour faciliter l’exploitation et la valorisation des terres, de la faune et de la flore, en faisant appel à des méthodes scientifiques
– Cartographier les terres agricoles, les forêts et les zones à risques.
– Mettre en place des moyens pour la pluviométrie et la protection des lacs, des sources d’eaux et des nappes phréatiques
– Maitriser des métriques alarmantes de la déchéance sociale d’aujourd’hui (symptômes du colonialisme), nous permettra de réunir tous les moyens de sécurité adéquats pour favoriser le développement du tourisme pour le peuple Kabyle en premier plan et l’ouverture, par la suite, au monde extérieur (étrangers

Les tâches du ministère à déclencher selon les niveaux de réalisation dans le temps
L’agriculture
Par définition, l’agriculture est l’ensemble des travaux dont le sol fait l’objet en vue d’une production végétale. Plus généralement, ensemble des activités développées par l’homme, dans un milieu biologique et socio-économique donné, pour obtenir les produits végétaux et animaux qui lui sont utiles, en particulier ceux destinés à son alimentation.

Phase I : Court terme (06 à 12 mois)
– Préparer des fascicules pour :
o Les méthodes de culture (les graines, les arbres fruitiers, méthodes de bouturage (aleqem et autres)
o La protection et le reboisement
o Des nouvelles plantations
o Les méthodes d’élevage des animaux
– Préparer la mise en place des paliers au niveau des ruisseaux d’eau pour les retenues d’eaux. (agelmim)
– Préparer une politique de reboisement (oliviers, figuiers, vignes, cerisier, oranger, frène, muriers etc..)
– Protection et développement de l’apiculture (tizizwa)
– Encourager la permaculture traditionnelle.

Phase II : Moyen terme (12 à 24 mois)
– Recenser et cartographier l’ensemble
o Des terres agricoles (Blé, orge, avoine, légumes, arbres fruitiers et vignes,)
o Zones oléiculture, zones de figuiers et de cactus, Amadagh – thidakwth
o Des ruisseaux, des rivières
o Des plantes médicinales
o Zones à risque (Sècheresse, Inondations, Éboulements)
– Création de Microclimats (méthodes de reboisement, Retenues d’eaux et méthodes scientifiques Cloud Buster-Pluies provoquée)

Phase III : Long terme (24 à 36 mois)
– Méthode moderne pour l’élevage des animaux domestiques, de la ferme et l’élevage de poissons
– Encourager et sécuriser la production des aliments
– Canaliser les grands cours d’eaux
– Protéger les zones agricoles
– Protéger les forêts et la faune
– Protection des espèces animales sauvages et leurs environnements

L’Écologie
L’écologie est une science qui traite des relations des êtres vivants (animaux, végétaux, micro-organismes) avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres êtres vivants.
L’Écologie (développement durable de l’environnement) veille à l’intégration des objectifs de développement durable dans l’élaboration et la mise en oeuvre des politiques publiques, concernant la gestion des espaces pour une vie meilleure. Notre programme doit couvrir les points suivants selon les phases ci-dessous :

Phase I : Court terme (06 à 12 mois)
– Lancer des compagnes de ramassage de déchets
– Sensibiliser sur les méthodes de gestion des ordures et du recyclage
– Déterminer la manière de disposer des vidanges et fumiers et d’entretenir les dépotoirs.
– Prévenir l’accumulation de déchets dans les rues.
– Faciliter la circulation dans les rues et à diminuer les risques d’incendies.
– Sensibiliser la population sur les valeurs de l’écologie et la protection de l’environnement
– Éliminer les odeurs et les dangers d’épidémies,

Phase II : Moyen terme (12 à 24 mois)
– Encourager le retour au compostage traditionnel
– Diversifier les investissements pour la gestion des déchets
– Choisir des zones pour les décharges publiques (Mechmal / avandu)
– Prévenir la pollution des cours d’eau, puits, sources et en assure l’assainissement.

Phase III: Long terme (24 à 36 mois)
– Encourager les producteurs de bouteilles et sacs en plastiques d’investir dans le créneau du recyclage et la gestion des déchets
– Encourager la création des entreprises communautaires pour la collecte des déchets et leurs recyclages
– Encourager les grands industriels à investir dans la création des stations d’épuration des eaux usées.
– Déterminer la façon de construire et d’entretenir les égouts publics et privés, les drains, les lieux d’aisance et les puisards
– Équiper les villages et les quartiers dans les villes par les moyens de décharges publiques

Conclusion
Notre ministère doit travailler pour ériger les fondements d’une nation qui respecte son milieu naturel, ses traditions et les enseignements ancestraux avec une intelligence et une maitrise de notre environnement.
Notre objectif est de bâtir une nation avec une conscience écologique et un amour pour la terre, la faune et la flore dans le respect des traditions multimillénaires. Une Kabylie consciente, verte, riche et sécuritaire avec la volonté et l’intelligence de ses enfants.

Mas Velaid Ucaεlal
Ministre de l’Agriculture, du Tourisme et de l’Ecologie
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère délégué au Tourisme

IMPORTANCE DU TOURISME
Il est admis et utile de rappeler que le tourisme est un levier économique très important dont le volume des affaires, selon le rapport de l’organisation mondiale du tourisme(OMT) égale, voire dépasse l’industrie des hydrocarbures et celle de l’automobile.

Pour les pays ayant un potentiel naturel majeur, comme la Kabylie, il serait économiquement parlant, scandaleux de négliger ou de marginaliser le tourisme. Il est de la responsabilité de notre gouvernement de tirer profit des atouts dont dispose la Kabylie pour en faire une industrie florissante.

Outre cet aspect économique très porteur, le tourisme, au plan humain, est d’abord un excellent facteur de rapprochement des peuples. Il est aussi un bon baromètre pour mesurer la qualité des relations diplomatiques entre les Etats. Il est ensuite un facteur de paix dans le monde en favorisant les flux touristiques multilatéraux des citoyens. Il constitue enfin un agent efficace d’assainissement des différends historiques entre les pays, comme c’est le cas entre la France et L’Allemagne, Israël et l’Égypte, les U.S.A et Cuba, et dans un proche avenir entre la Kabylie et l’Algérie.

Le tourisme est une ressource inépuisable que notre gouvernement doit nécessairement exploiter. Il a tout intérêt à réfléchir d’ores et déjà sur les voies et moyens d’intégrer de manière cohérente dans une approche intersectorielle globale de développement durable.

État des lieux
Le tourisme et l’agriculture peuvent constituer, dès l’accession de la Kabylie à son indépendance, les deux mamelles nourricières en mesure de lui procurer une aisance économique substantielle pour ne pas dire une autosuffisance alimentaire confortable.

Cette source de richesse, qui a valeur d’une police d’assurance pour la Kabylie libre n’échappe pas au pouvoir colonial algérien, et c’est pour cette raison qu’il a planifié et exécuté une véritable campagne de sabotage en y multipliant les crimes économiques et en détruisant notre patrimoine écologique.

Depuis que le MAK et l’Anavad sont devenus des réalités incontournables, le pouvoir colonial qui s’entêtait à les nier, tente maintenant désespérément de freiner leur fulgurante ascension par l’intimidation et la violence. Cette cruauté inqualifiable se manifeste par les sabotages suivants :
– Des incendies réguliers et récurrents à chaque saison estivale ravagent des milliers d’hectares de forêt, d’arboriculture, d’oléiculture et déciment le cheptel de pauvres paysans
– Détournement vers d’autres régions de nos eaux pour priver nos villages de ce produit vital.
– Délocalisation injuste de nombreux projets d’investissements importants vers l’Ouest algérien, ce qui suppose l’existence d’un plan de régionalisation, voire carrément de création d’entités politico géographiques indépendantes les unes des autres. (Dans sa volonté criminelle de semer la faim et la soif en Kabylie, le pouvoir colonial algérien n’épargne même pas nos hommes d’affaires qui affichent pourtant publiquement leur neutralité politique, voire leur penchant algérianiste. Le cas de CEVITAL, premier payeur de taxes au gouvernement algérien après Sonatrach, est édifiant. Ses usines sont souvent la proie des flammes et ses projets d’investissement en Kabylie sont systématiquement bloqués par les autorités algériennes)
– Inondation du maquis Kabyle avec de nombreux terroristes et islamistes recyclés dans le prosélytisme salafiste afin de propager l’obscurantisme auquel la Kabylie a échappé durant les années quatre-vingt-dix d’une part, et pour légitimer d’autre part, le déploiement impressionnant de l’armée coloniale algérienne. (Cet essaim de terroristes est en réalité en mission commandée pour organiser les Kidnapping des entrepreneurs Kabyles afin de les dissuader d’investir dans les départements de Tizi-wezzu, Vgayet et Tuvirett)
– Dégradation des sites touristiques en opérant un véritable saccage des lieux pour leur ôter leur vocation de villégiature par la construction de mosquées à proximité; et des bâtiments à logements autour pour faire venir une population étrangère à la région.

L’exemple de cette pollution visuelle des sites touristiques est vérifiable à la station climatique de Tikjda, fleuron de notre tourisme de montagne.

Ce détours descriptif, au demeurant nécessaire, dresse le portrait de la Kabylie sous domination coloniale algérienne et étale dans toute son horreur le racisme d’Etat envers le peuple Kabyle. Il semble hélas, ne pas émouvoir certains politiciens Kabyles frères qui continuent de ne pas voir la souffrance de nos hommes et femmes. La Kabylie résiste pacifiquement et cette attitude stoïque est incarnée par une direction politique déterminée à réaliser l’indépendance du pays Kabyle.

En dépit de ce calvaire que la Kabylie endure, cette dernière possède suffisamment de ressources pour corriger la situation et rattraper le retard que les colonialismes successifs nous ont causé dans le domaine de la prospérité économique et dans celui du développement scientifique.

À propos du tourisme, la Kabylie possède les moyens de réaliser une véritable industrie touristique inspirée de nos valeurs d’hospitalité et obéissant aux impératifs d’organisation et de gestion selon les standards internationaux.

Pour ce faire, notre gouvernement doit lever deux préalables importants qui conditionnent le succès de toute politique touristique. Ces deux ingrédients essentiels déterminants sont :
– La paix civile
– La propreté de l’environnement.

LA PAIX CIVILE
Elle est la base du tourisme pour un état qui aspire à développer son industrie et sans elle, aucun essor ne peut être envisagé. Cette paix ambiante doit régner partout et tout le temps. Nos villes et villages doivent être sécurisés et débarrassés de toutes les formes de délinquance par un corps de sécurité de proximité et de protection.

LA PROPRETÉ DE L’ENVIRONNEMENT
Il y va de la responsabilité des villes et villages de rendre les lieux publics, les commerces, et les édifices administratifs propres en imposant des règles d’hygiène et de salubrité publique strictes partout et en tout temps.
Ces deux éléments à eux seuls constituent tout un programme et exigent une collaboration de plusieurs ministères notamment celui de l’éducation et celui de l’administration et de la sécurité pour dégager les mesures correctives nécessaires, et prioriser les actions de redressement indispensable.

Structures institutionnelles
Le Vice Ministère du tourisme, dans un souci de rationalité budgétaire, devra avoir des structures fonctionnelles très allégées avec une flexibilité opérationnelle pour la mise en oeuvre sans risque d’échec du programme de l’ANAVAD.
Les structures institutionnelles qui peuvent gérer l’activité officielle du tourisme peuvent être au nombre de trois.
– Une agence d’études et de l’aménagement des zones d’expansion touristique. Elle sera chargée d’identifier les sites touristiques, de réaliser les études de faisabilité technique et de proposer la loi pour la protection de cette zone.
– Une agence de la normalisation de l’activité et du contrôle de la qualité du service touristique. Elle sera chargée de la classification des établissements d’hébergement et du contrôle de la prestation offerte aux clients. Elle proposera les dispositions légales que doit contenir la loi sur la protection du consommateur à tout ce qui a trait au client touriste.
– Une agence de la promotion et de l’exportation du produit touristique. Son rôle consiste à faire la promotion du tourisme Kabyle sur la scène internationale par le biais de ses délégations ouvertes dans les pays émetteurs de touristes. Ces représentations ou délégations auront l’obligation de résultat et leur activité sera évaluée chaque année pour déterminer leur budget de fonctionnement selon leurs résultats positifs.
Tout écart entre les objectifs assignés et les résultats obtenus sera, soit récompensé, soit sanctionné, allant jusqu’à la fermeture de la représentation.

LE PRODUIT TOURISTIQUE KABYLE EST-IL EXPORTABLE ?
Les Kabyles sceptiques ou frileux à l’indépendance de la Kabylie, consciemment pour certains et inconsciemment pour d’autres, pensent que la Kabylie est pauvre. Cette sentence à la fois fausse et arbitraire, sciemment entretenue, m’inspire la réflexion suivante : La Kabylie n’est pauvre que pour celles et ceux qui ignorent ses atouts au plan de sa richesse touristique et ce document a pour objectif de démontrer le contraire.

La Kabylie entière est un espace où le tourisme peut être pratiqué à longueur d’année et une partie de son territoire est un parc national que partage le département de Tizi-Ouzou avec celui de Tuvirett. Ce parc national s’étend sur une superficie de 18 500 ha abritant des forêts silencieuses, des sommets enneigés, des rivières, des gorges et des gouffres.

Son climat à la fois méditerranéen et continental lui procure une faune et une flore très diversifiés et si la Kabylie pouvait tirer profit de cette nature si généreuse et si précieuse de nombreuses activités lucrative pourraient y être développées.

A titre d’exemple, juste pour simplifier le propos, un oiseau peut procurer à la Kabylie des revenus par l’organisation, en faveur des ornithologues, des séjours touristiques pour faire la connaissance de la SITTELLE KABYLE du nom scientifique SITTA LEDANTI. Il s’agit d’une espèce d’oiseau rare endémique qu’on retrouve à plus de 1000 mètres d’altitude dans les monts des Babors.

Il en est de même pour les espèces végétales qu’on trouve en Kabylie et qui peuvent donner lieu à un tourisme éducatif intéressant les biologistes et les botanistes. Il suffit d’être imaginatif et avoir un sens aigu du marketing touristique pour offrir des produits spécifiques à chaque segment typologique de clientèles.

Comme nous l’avons souligné précédemment, les activités touristiques en Kabylie peuvent être réalisées à longueur d’année, sans donc l’interruption due au phénomène de la saisonnalité du tourisme comme, c’est le cas ailleurs.

Énumérons alors dans le détail ces activités en commençant par :
Le tourisme balnéaire
Ce tourisme essentiellement estival est très populaire aussi bien auprès de la clientèle nationale qu’étrangère. La Kabylie possède un très beau littoral méditerranéen, alternant des récifs abrupts plongeant dans la grande Bleu et des plages de sable fin.
L’infrastructure hôtelière et les installations afférentes sont, par contre, quasiment nulles ou atteintes par une vétusté avancée. Il y a lieu de les rénover pour les ajuster aux normes internationales et entreprendre la construction d’autres hôtels dans des ZET (Zones d’expansion touristiques) préalablement déterminées. La construction doit obligatoirement se faire dans le respect de notre style architectural et dans le respect de notre environnement.

Le tourisme Climatique
Il n’est pas nécessaire de vous décrire la beauté de nos majestueuses montagnes, mais il n’est pas faux de vous dire que c’est un fabuleux gisement touristique qu’il faut absolument mettre en valeur.

Outre le ski populaire ou de compétition qui peut être pratiqué, la Kabylie est un paradis pour les randonneurs et amateurs de marche en montagne. L’organisation de ces randonnées pédestres sera un produit touristique à effet multiple puisque on peut associer l’habitant qui offrira le gite et/ou le couvert pour les touristes. C’est un « dosage » collatéral bénéfique qui fera le bonheur des habitants Kabyles.

La Kabylie pourra exploiter nettement mieux les deux stations de ski Tikjda et Tala Guilef et il est indispensable d’en construire d’autres. Pour attirer une clientèle sportive ou à la recherché de soins, la Kabylie peut envisager la construction de complexes sportifs ou des centres de villégiature paramédicaux pour les convalescents atteints de maladies respiratoires, car le climat est favorable pour certains soulagements ou guérisons.

Le Tourisme Thermal
Compte tenu des ressources hydrauliques dont regorge la Kabylie, il se produit sûrement des phénomènes géothermiques qui génèrent des eaux thermales un peu partout sur le territoire de la Kabylie. Ce tourisme doit bénéficier de l’attention qu’il mérite et les quelques sources thermales existantes sont exploitées de manière artisanale où les conditions d’hygiène lamentables peuvent s’avérer être une source de maladies plutôt que de guérison tant recherchée. L’exemple de Hamam Salihine tout près de Yakouren en donne une parfaite illustration de l’état des lieux. Une étude sérieuse doit être menée pour évaluer le potentiel de ce tourisme de soins afin d’engager un effort soutenu pour son essor en construisant des infrastructures de qualité qui seront gérées par un personnel et des cadres qualifiés (médecins spécialisés, massothérapeutes, physiothérapeutes, ergothérapeutes etc…).

L’écotourisme
Dans ce domaine aussi, La Kabylie peut, à juste titre et sans chauvinisme aucun, être considérée comme la terre promise de l’écotourisme. Pour un profane, l’écotourisme est l’activité humaine qui vise l’exploitation, à des fins commerciales, d’un attrait touristique naturel tout en préservant l’environnement par l’exclusion de toute intention prédatrice.

Dans cet ordre d’idées, il est absolument certain que la Kabylie dispose d’atouts majeurs dans les produits touristiques suivants :

La plongée sous-marine
À ne pas confondre avec la chasse sous-marine dont l’activité consiste à tuer les espèces. La plongée sous-marine s’adresse à des plongeurs férus des sites subaquatiques pour admirer la faune et la flore et prendre des photos. Ce sont des biologistes amateurs aisés financièrement qui sont toujours à la recherche de nouveaux espaces sous-marins. Sur ce plan, les fonds marins Kabyles, présentent un grand intérêt touristique pour la communauté de plongeurs Européens pour les raisons suivantes :
– Le poisson dans les espaces marins de la Kabylie meurt de vieillesse, car on n’observe pas de pêche intensive à l’échelle industrielle qui décime le poisson. Et la pollution, contrairement à la rive nord de la Méditerranée, est relativement minime pour ne pas dire nulle pour le moment.
– Les tarifs des séjours de plongée en Kabylie, peuvent être extrêmement compétitifs voire imbattables, compte tenu de la force de l’Euro. Il y a là, pour la Kabylie, une opportunité de réaliser des revenus substantiels, surtout si on ouvre des centres de plongée sur tout le littoral Kabyle. La vérité commerciale, d’après de nombreuses expériences est qu’il est plus agréable et beaucoup moins cher de venir plonger en Kabylie que sur la rive nord de la Méditerranée.
– Ce produit touristique présente des dérivés qu’il est facile à mettre sur le même marché à savoir la photo-sous-marine et l’archéologie sous-marine qui comptent beaucoup d’adeptes dans les différentes Fédérations de plongée.
– Le marché ciblé composé essentiellement de clubs et de fédérations de plongeurs peut raisonnablement être qualifié d’immense et pour preuve, juste la Fédération française d’études et de sports sous-marins compte environs 150 000 licenciés, sans parler d’autre membres participants. Cette fédération enregistre aussi 2500 clubs affiliés et c’est autant de groupes de touristes qui peuvent être démarchés.

Le tourisme cynégétique
À l’instar du poisson, le sanglier meurt de vieillesse dans les forêts Kabyles et cet état de fait s’explique par deux principales raisons :
– Comme tout le monde le sait l’Islam interdit sa consommation
– La truie peut parfois avoir deux portées par an et chaque portée donne deux à dix bébés marcassins.

La prolifération du sanglier cause de sérieux problèmes à l’équilibre de l’écosystème et provoque depuis longtemps des ravages aux jardins potagers des familles Kabyles. Il y a, à notre avis, urgence pour monter un produit touristique basé sur la chasse du sanglier, ce qui aura pour impact de diminuer ce cheptel sauvage et peut donner lieu, pourquoi pas, à la création de petites entreprises pour le conditionnement de sa viande et pourquoi pas son exportation ?

Si pour la plongée sous-marine, Hurghada en Égypte est la Mecque des plongeurs, la Kabylie peut être la Mecque des chasseurs de sangliers.

Autres atouts de l’écotourisme
L’industrie touristique Kabyle ne doit négliger aucun élément de la nature susceptible de lui procurer des retombées financières. C’est dans cet esprit qu’il faut agir en commençant au préalable par l’établissement d’une cartographie qui recensera et évaluera tous les gouffres, grottes et falaises pouvant intéresser les alpinistes ou les spéléologues.

Ce travail minutieux doit prendre en compte chaque «trou» si anodin soit-il, car l’apparence peut être trompeuse. Il peut se révéler être une mine d’argent comme c’est le cas de la grotte du Drach (grotte du dragon) dans les îles Baléares ou de celle de Lascaux (dans la vallée de la Vézère, en France). Il est regrettable que la grotte du Macchabé, au demeurant fort intéressante, n’ait fait l’objet d’aucune recherche pour au moins poser à l’entrée une plaque explicative.

Pour finir avec l’écotourisme, que peut faire la Kabylie pour étoffer son industrie touristique et lui assurer une visibilité internationale.

Deux idées peuvent être avancées.
La première consiste à lancer un concours auprès de nos artistes et penseurs afin de recueillir la meilleure proposition de projet pour la conception et la réalisation d’un monument, stèle ou tout autre ouvrage d’art qui symbolisera et témoignera de la résistance séculaire du peuple Kabyle. Cet ouvrage ou ce monument doit nécessairement être une curiosité touristique qui attirera les visiteurs et qui donnera un cachet identitaire à la Kabylie.

La deuxième idée est de réfléchir sur l’organisation d’un évènement d’envergure internationale dans le domaine des sports ou art et spectacle comme un rallye motocycliste à travers la Kabylie ou un festival annuel des arts autochtones à travers le monde.

Le tourisme religieux
Il faut volontairement évacuer ce tourisme de la liste des axes des priorités touristiques rentables pour la Kabylie, car il s’agit d’un tourisme d’émission. El hadj et la Omra sont des activités certes touristiques, mais c’est également une saignée chronique et récurrente de devises pour le trésor public. Il est, cependant impératif de réglementer leur organisation en confiant la gestion à un organisme parapublic spécialisé pour mettre fin à l’anarchie qui les caractérise actuellement.

Nous avons mis l’accent sur les conditions naturelles à même de donner à la Kabylie un statut de destination touristique compétitive au niveau méditerranéen, mais pour que son industrie soit productive et rentable, elle doit essentiellement s’appuyer sur son facteur humain pour s’imposer. Cet ingrédient fondamental pour toute réussite est déjà, pour la Kabylie, un acquis que nous pouvons justifier par les arguments suivants :
– L’acceptabilité sociale ne peut en aucun cas être un frein, car le Kabyle, de par son hospitalité légendaire est favorable au tourisme. Il est, de manière innée ouvert aux étrangers et affiche des aptitudes et des prédispositions psycho-sociales positives pour l’accueil des étrangers chez lui.
– La formation technique est déjà disponible du fait qu’il existe un institut de formation hôtelière à Tizi-Ouzou. il faut juste y ajouter une filière pour la formation des guides de montagne et autres agents d’accompagnement ou d’assistance.

Afin de garantir une gestion saine et selon des normes scientifiques d’exploitation des infrastructures, il convient d’ouvrir des sections de gestion touristique au niveau des universités Kabyles pour former des cadres compétents capables de réaliser les objectifs assignés à la politique touristique qui est élaborée.

CONCLUSION
On a souvent comparé, à juste raison, la Kabylie à la Suisse de par certains aspects analogiques liés au relief et à leurs spécificités sociologiques respectives. Ce pays modèle, grâce à la vache et à la neige produit le meilleur chocolat au monde et possède les plus belles stations climatiques en plus, cerise sur le gâteau, ce petit état est devenu une puissance financière mondiale.

La Kabylie, grâce au génie, pas encore altéré de son peuple, pourrait être la Suisse de l’Afrique et un ilot de jonction entre les valeurs de tolérance et les avantages de l’indépendance. Elle n’a pas intérêt à marginaliser ce secteur qui peut être un levier économique essentiel à son épanouissement social et à son rayonnement international.

Sur une note moins technique, osons la liberté de dire que la Kabylie est bénie par la providence puisque sur son territoire on trouve en grand nombre deux arbres emblématiques. Il s’agit du figuier et de l’olivier évoqués dans le livre saint des musulmans sous les vocables arabes ‘’Attini wa zitouni ‘’ produits des deux arbres en question.

Après la bénédiction reçue de dieu, il reste celle de certains homme politiques Kabyles encore indécis et en déphasage avec le peuple Kabyle qui, dans son écrasante majorité a déjà tranché en faveur de l’indépendance de notre pays.

PS : Ce document comporte une annexe qui aborde les infrastructures, comme les routes, les autoroutes, les haltes routières ainsi que les gares, ports et aéroports. Cette annexe évoque aussi le rôle du ministère des affaires étrangères quant à son implication dans le développement du tourisme réceptif.

Mas Avdalla At Mhasseid
Ministre délégué au Tourisme
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Ministère des Infrastructures, des Mines et de l'Aménagement des territoires

– Recrutement de conseillers politiques et techniques.
o À l’heure actuelle ils sont au nombre de deux en France métropolitaine, l’un politique, l’autre technique.
– Nommer un nombre plus important en Kabylie, en raison de leur proximité avec le terrain, afin qu’ils nous assurent la remontée des informations nécessaires au fonctionnement efficace du ministère.
– Constitution des groupes de travail qui seront chargés, par feuille de route qui sera définie au sein du gouvernement, de nous remonter toutes les doléances, les besoins, les manques, les informations et les priorités exploitables dans l’immédiat.
– Etat des lieux global en Kabylie sur les insuffisances des infrastructures
– Recueil des doléances des citoyens et recensement des besoins en infrastructures
– Cartographie et recueil des données des ressources minières de la Kabylie
– Cartographie et recueil des données des ressources énergétiques potentielles en Kabylie
– Travail en concertation avec les autres ministères (Economie, Agriculture, Ecologie, Tourisme) pour élaboration des stratégies d’aménagement des territoires de la Kabylie
– Traduction de ces stratégies d’aménagement en un schéma directeur pour l’édification de l’Etat Kabyle
– Evaluation et estimation des coûts budgets de mise en oeuvre et de la stratégie d’exécution du schéma directeur

Mas Tayev Abdelli
Ministre des Infrastructures, des Mines et de l’Aménagement des territoires
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Partager ceci...

Laisser un commentaire