De la logique en pays arabo-islamique et de la négation des identités, des cultures et des croyances

CHRONIQUE (SIWEL) — La base de tous les pays arabes est l’idéologie arabo-islamique. C’est l’essence intrinsèque de leur existence. Le ciment. Dans toutes les constitutions des pays arabes, la religion, l’islam, a sa place dès les premiers articles.

Tous les peuples non arabes (Kurdes, Berbères…) sont « appelés » à devenir arabes et tous les croyants des autres religions que l’islam (Chrétiens, Juifs…) qui vivent dans les pays dits arabes sont aussi « appelés » à devenir musulmans.

Les pays arabo-islamiques parlent alors de « l’affection », en arabe la « mahaba », que doivent avoir et développer les non arabes et non musulmans envers l’arabité et l’islamité. La conversion est malicieusement suggérée dans cette approche. Cependant le musulman ne peut se convertir à une autre religion et cela est même puni de la peine de mort dans certains pays arabes et islamiques.

Pour mieux tromper les autres peuples, ils n’hésitent pas à citer le fameux verset du coran qui rappelle qu’il n’y a pas de différence ni de distinction de races, de statuts, entre les Hommes….

Cela est la partie visible de l’iceberg. Mais dans la partie invisible de l’iceberg, les idéologues de l’arabo-islamisme développent un immense travail de négation de la culture, de l’identité et bien sûr de la religion des non arabes et des non musulmans.

Ce travail, ce nivellement, pour arriver à homogénéiser leur société et constituer une nation arabe et islamique s’accompagne aussi par la force et la violence contre ceux qui résistent et qui refusent de se « dissoudre », en somme, de se fondre dans le moule arabo-islamique.

En Egypte par exemple, la doctrine Druzes (un schisme de l’islam chiite ismaelien) a été complètement éradiquée. Les Druzes qui ont échappé aux massacres se sont réfugiés au Liban et en Syrie…

Dans leur travail de sape idéologique, les acteurs de arabo-islamisme sont logiques avec eux mêmes et leur doctrine. Cette démarche est comme vous le constatez systématique et fasciste dans son concept et dans son mode opératoire. Le but ultime est d’arriver à supprimer et à effacer « l’Autre », le non arabe et le non musulman dans sa dimension ethnique, religieuse, culturelle et sociale, en effaçant ses traditions.

Le FIS, le GIA, Al Qaida, Boco Haram, Aqmi, Daech, Hezbollah, Ansar ed dine, Hamas, Djihad Islamique… la liste est longue de ces « moudjahidines » de l’arabo-islamisme qui sont leurs bras armés, pour imposer cette doctrine fasciste, telle qu’elle est décrite dans le livre de Zineb El Rhazoui : « détruire le fascisme islamique ».
Un pays du Golf, connu pour son prosélytisme religieux, a dépensé pas moins de 90 milliards de Dollars pour soutenir ces terroristes selon les experts des questions terroristes.

Certains Kabyles, se déclarent et s’estiment Kabyles, mais dans le giron de cette idéologie arabo-islamique qui a déjà phagocyté une partie de la culture et de l’identité Berbère.
Est-ce logique ? Est-ce normal ?

Tomber dans le piège de ce sentimentalisme béat de «l’affection » ou dans celui, pire et honteux, des intérêts personnels à gratter auprès de ces arabo-islamiques, est tout simplement illogique.

En 2016, les « dirigeants » arabo-islamiques d’Alger ont procédé à la fermeture de la première école privée en langue Kabyle des Ouadias (Tizi Wezzu). Toujours dans cette ville particulièrement riche en écoles privées en langue Française, ces même « dirigeants » ont tenté de fermer toutes les écoles privées dispensant des cours en Français.

Logiques et fidèles à leurs politiques de conversion et d’expansion, les pays arabo-islamiques appliquent inexorablement et systématiquement leur action. Tenter de construire une salle de prière, autre que celle dédiée à l’islam dans ces pays, relève d’un parcours administratif Kafkaïen, accompagné de menaces.

Cela n’empêche pas ces mêmes pays arabo-islamiques d’exiger la construction de mosquées dans les pays occidentaux. En somme c’est licite pour eux et pêché pour les autres, les non musulmans.

Les derniers attentats à la bombe contre des églises Coptes en Egypte, juste en ce début du Ramadan laissent présager dune intensification de la pression et de la répression contre tout ce qui n’est pas arabe et islamique dans ces pays.

Des étudiants Kabyles ont été arrêtés, réprimés, torturés pour certains, lors d’une tentative de marche pacifique pour réaffirmer la Kabylité d’une ville Kabyle, Tuviret, en proie à une salafisation et arabisation forcées.

Le pire est-il devant nous ?

Cassier de Farnèse
SIWEL 311737 May 17 UTC

Partager ceci...