Compte rendu du rassemblement kabyle devant le siège de l’ONU à New York, à l’appel du MAK-Amérique du Nord
ⴰⴼⵔⴰⵏⵉⵎⴰⵏ ⵉ ⵝⵎⵓⵔⵝ ⵏ ⵢⵉⵇⵠⴰⵢⵍⵉⵢⴻⵏ
AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
COORDINATION RÉGIONALE AMERIQUE DU NORD

À l’appel de la Coordination MAK-Amérique du Nord, les Kabyles se sont rassemblés devant le siège des Nations Unies en vue de dénoncer, entres autres, la complicité et la passivité de la junte d’Alger dans les feux de forêts en Kabylie, les arrestations illégales par le pouvoir algérien de citoyennes et citoyens arborant les drapeaux kabyle et amazigh dans des manifestations publiques, l’impunité dont bénéficient les assassins des 128 jeunes Kabyles en 2001 ainsi que le camouflage de l’enquête portant sur l’assassinat de Matoub Lounes.

Pour ceux et celles partis du Canada, le point de ralliement était à la sortie de la gare Angrignon, à Montréal où attendaient deux minibus affrétés par la Coordination. Les deux bus ont démarré à minuit et demi, conduits par deux militants chevronnés, Kamel et Samir, titulaires de permis approprié pour les transports en commun. Qu’ils en soient ici remerciés pour le dévouement, plus de dix-huit heures de route aller-retour avec pas ou très peu de sommeil. L’ambiance était très conviviale et les militants ont profité du confort des autobus pour se reposer quelques heures par-ci, quelques heures par là. Privilège auquel les deux courageux conducteurs n’avaient pas droit.

Arrivés très tôt à New York, les militants se sont dirigés vers le lieu du rassemblement situé à l’intersection entre la 1ère avenue et la 46ème rue. Après avoir installé le matériel (banderoles, drapeaux, mégaphones, pancartes et portraits), et en attendant l’heure officielle du rassemblement, les militants ont saisi l’opportunité pour faire une petite promenade, prendre un café ou discuter en petits groupes.

Les militants kabyles résidant aux USA commençaient aussi à converger vers le lieu du rassemblement. Ils sont venus de New York, de Philadelphie, de Washington, du New Jersey et de Virginie. Nous fûmes honorés de la présence de l’artiste peintre kabyle Zahir Abid.

Avant l’heure du rassemblement, une ambulance était déjà stationnée discrètement à proximité, règles de sécurité obligent. Une policière était venue confirmer le lieu du rassemblement avec quelques instructions habituelles données aux organisateurs.

Les militants ont placé les dizaines de drapeaux kabyles le long du lieu du rassemblement, ainsi que les portraits et slogans portant sur des détenus des drapeaux kabyle et amazigh et de la robe kabyle (dont Samira Messouci et Amazigh-Khaled Chouater, en grève de la faim), et dénonçant la complicité de la junte d’Alger dans les feux de forêts en Kabylie.

Certains militants ont initié une petite discussion avec les agents de sécurité, fonctionnaires des Nations Unies, postés devant le portail d’entrée. D’après leur accent, ils appartenaient à des nations différentes. Ils étaient curieux de savoir quel pays représentaient tous ces drapeaux, ce qui a inévitablement abouti à un cours d’histoire-géographie, de l’Afrique du Nord, de la Kabylie et de politique internationale sur le droit des peuples à l’auto-détermination, la Kabylie et pourquoi l’Algérie est maintenant considérée en Kabylie comme une force coloniale.

À 11 heures, l’hymne national kabyle, diffusé à l’aide du mégaphone et entonné par les manifestants, donna le holà. Suivirent les chants révolutionnaires de Ferhat Mehenni dont le portrait géant fut exhibé en tant que président du MAK et de l’Anavad, de Matoub Lounes, dont la photo ornait une grande banderole, du Groupe Ideflawen et de Oulahlou, notamment sa fameuse et éternelle chanson « Pouvoir assassin ».

Le président du MAK et de l’Anavad intervint par téléphone, diffusé à l’aide du mégaphone, pour saluer les militants présents et pour remercier les organisateurs de cette initiative. Le président a aussi rappelé son soutien indéfectible aux personnes arrêté par la junte militaire d’Alger pour port des drapeaux kabyle et amazigh, de la robe kabyle et aussi pour avoir attenté à leur liberté de s’exprimer et de manifester. Il a aussi appelé le citoyen détenu, Amazigh Chouater à arrêter sa grève de la faim qui risque de lui être fatidique et faire le bonheur de la junte d’Alger.

Les passants new-yorkais ainsi que les touristes sur les lieux s’arrêtaient pour prendre des photos et engager des conversations avec les manifestants en vue d’apprendre davantage sur l’événement, les drapeaux exhibés et les portraits des personnes arrêtées.

Une déclaration préparée pour la circonstance et envoyée au Secrétariat des Nations Unies et aux médias fut lue en anglais.

Le rassemblement fut clôturé par le discours du président de la Coordination Mak-Amérique du Nord, Amar Lakhal, en remerciant les participants, en rappelant l’importance d’un tel événement et en appelant la communauté kabyle d’Amérique du Nord à rester mobilisée.

Les militants se sont dispersés dans le calme. Les Kabyles partis du Canada ont saisi l’occasion pour discuter davantage avec les Kabyles des États-Unis, déjeuner ensemble, se rafraîchir la gorge à l’aide d’une bonne bière fraîche ou d’un coca cola made in Ameria, please! avant de reprendre le chemin du retour.

Suit la liste des motifs du rassemblement, tels que diffusés par la Coordination Mak-Amérique du Nord

En ce mémorable jour du samedi 24 août, nous apportons aux Nations Unies l’appel de la Kabylie à sa liberté et à son droit à l’autodétermination et dénonçons :

– La complicité du régime algérien dans les feux de forêts selon les soupçons qui pèsent sur le régime algérien en Kabylie. 
– La passivité du régime algérien dans les feux de forêts en Kabylie qui durent depuis trois années et de façon consécutives, ce qui renforce ces soupçons. Les analyses et les coupures de presse montrent que plus de 78 feux de forêts ont démarré en l’espace de 48 heures, tous en Kabylie.
– L’impunité accordée aux assassins (gendarmes, policiers et ministre de l’intérieur ) des 128 citoyens kabyles révoltés en 2001, à l’aide de balles explosives.
– Le camouflage de l’enquête sur l’assassinat de Matoub Lwennas et l’impunité accordé à ses assassins.
– La volonté du régime algérien d’asphyxier économiquement la Kabylie à travers le blocage de plusieurs projets émanant de citoyens kabyles, le harcèlement des services d’impôts et l’annulation des registres de commerce.
– Les appels au meurtre à l’encontre du président du MAK-ANAVAD, monsieur Ferhat Mehenni, par une députée membre du parlement algérien et chef d’un parti politique, diffusé sur les réseaux sociaux, au su et au vu du gouvernement et des autorités algériennes, sans que celles-ci ne réagissent.
– Les appels à des actes terroristes en Kabylie via les réseaux sociaux, dans l’indifférence totale des autorités algériennes.
– Le harcèlement, l’humiliation et le kidnapping des militants indépendantistes kabyles par la police et la gendarmerie algériennes.
– La privation arbitraire des militants indépendantistes de leurs documents de voyage par l’administration algérienne.
– Le harcèlement, l’intimidation et la séquestration des militants indépendantistes dans les aéroports par les douaniers algériens.
– Les arrestations des citoyens kabyles brandissant le drapeau kabyle et le drapeau fédéral amazigh dans les manifestations publiques.
– Les arrestations des citoyennes kabyles portant la robe kabyle dans des manifestations publiques.
– Le crime porté à l’encontre de l’identité kabyle en l’arabisant par l’école en la salafisant par des mosquées, construites par milliers.
– La constitution algérienne, qui est scélérate vis-à-vis de l’identité kabyle en déclarant injustement que l’Algérie est une terre arabe.
– La fermeture des écoles associatives kabyles Axxam n Tmussni dont la mission est de promouvoir la langue et la culture kabyle en fournissant le soutien scolaire aux enfants démunis.
– La fermeture et la destruction des églises chrétiennes en Kabylie.
– La Kabylie est à la croisée des chemins. Le régime arabo-islamiste algérien, sous toutes ses formes, est déterminé à éradiquer les spécificités identitaires, linguistiques et culturelles du peuple kabyle.

Win yesduran iman-is, di tizi n lḥeṛs, iɛemmed neɣ iţekka !

Vive la Kabylie libre et indépendante !

SIWEL 252345 AOU 19

Partager ceci...