Communiqué du Premier ministre kabyle en soutien au boycott de la langue arabe en Kabylie
ⴰⵏⴰⵠⴰⴷ  ⴰⵇⵠⴰⵢⵍⵉ  ⵓⵄⴺⵉⵍ
ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
ANEΓLAF AMENZU
LE PREMIER MINISTRE

 

Quand un problème se pose, il faut le résoudre. On ne vit pas avec un problème. On ne s’en accommode pas.
L’Algérie pose un problème grave à la Kabylie. Il a une dimension de crime contre l’humanité, contre le peuple Kabyle. Le problème ne date pas d’aujourd’hui. Il a pris source le jour où le pouvoir mandaté par la France est venu destituer l’identité Kabyle en la supplantant par l’identité arabe qui n’a rien à voir avec la Kabylie. Ce problème n’a que trop duré. Il doit être résolu immédiatement.

La langue arabe s’est avérée être une redoutable machine d’usurpation d’identité, d’ethnocide culturel, d’aliénation idéologique. A défaut d’être une langue de science, de raison et de savoir, elle est une langue d’endoctrinement idéologique ayant comme socle et substrat l’islamisme, et le moyen-âge comme civilisation de référence.

Mais c’était sans compter sur le peuple Kabyle rebelle qui ne courbe jamais l’échine, malgré le poids des années et des siècles de domination et de tentatives d’humiliation. Le peuple Kabyle ne portera jamais une identité autre que la sienne, n’acceptera jamais une autre culture que la sienne, ne préférera jamais une langue qui ne soit la sienne.

A l’avant-garde de toutes les révolutions face aux différents conquérants, voilà encore la grandiose jeunesse kabyle qui se révolte, contre la langue arabe, symbole de la colonisation et de la domination du peuple kabyle. Enlever sa langue maternelle à un peuple et lui Imposer une langue étrangère est un crime contre l’humanité. La jeunesse Kabyle est dans son droit d’étudier dans sa langue, de vivre son identité pleine et entière, de s’épanouir dans sa culture.

Le MAK et l’Anavad saluent et soutiennent la révolte des étudiants et lycéens kabyles contre la langue arabe. Cette révolte est un appel à l’indépendance linguistique, prélude de l’indépendance politique de la Kabylie.

Nous appelons le corps enseignant en Kabylie à écouter les revendications de la jeunesse kabyle, en bannissant la langue arabe, et d’enseigner toutes les matières en langue kabyle. Cette solution est à appliquer immédiatement. Il existe des centaines d’enseignants qui donnent , d’ores et déjà, des cours exclusivement en kabyle. En parallèle, les linguistes kabyles peuvent lancer des programmes pour la « kabylisation » effective de tous les cursus. Ce n’est qu’en étant en phase avec le peuple kabyle que nous pouvons solutionner tous les problèmes de la Kabylie.

Surtout, il ne faut pas écouter les directives du pouvoir colonial qui ne cesse à travers ses relais comme le honteux HCA et la mort-née académie, de travestir la langue kabyle en l’écrivant en arabe pour l’éradiquer une fois pour toutes.

Exil, le 25 octobre 2018

Mas Zidan At Vlefdel (Zidane Lafdal, selon l’état civil conlonial)

—30—

SIWEL 251545 OCT 18

Partager ceci...