COMMUNIQUE (SIWEL) — Mas Ahmed Haddag, le ministère kabyle des Institutions et de la Sécurité revient sur les arrestations des militants indépendantistes kabyles, hier 07 janvier, à Attouche et Makouda.

 

ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
MINISTÈRE DES INSTITUTIONS ET DE LA SÉCURITÉ

COMMUNIQUE

Suite à la libération de nos militants arrêtés hier à Attouche et Makouda, bien que très tardive dans la nuit pour certains d’entre eux, j’exprime tout d’abord mon soulagement et celui de toutes les militantes et militants pour condamner ensuite, avec la plus grande fermeté ces arrestations arbitraires, qui bafouent toutes les règles élémentaires des droits humains.

Les brutalités et les humiliations qu’ont subies nos militants lors des interrogatoires durant plusieurs heures sont inacceptables et ne peuvent rester sous silence.

En violation de tous les droits humains, nos militants ont subi, durant leur arrestation, de violentes tortures psychologiques et racistes de la part des policiers en charge des interrogatoires.

L’Algérie coloniale s’enfonce dangereusement dans la spirale répressive en Kabylie. Elle en assumera, seule, l’entière responsabilité des conséquences de cette violence d’État, face à l’opinion et la communauté internationales.

Les militants du MAK mènent un combat pacifique, au péril de leur vie et liberté, pour l’indépendance de la Kabylie.
Incapable d’apporter une réponse politique à une revendication légitime, l’État colonial Algérien, rongé au sommet par la corruption et les luttes des clans, répond par la répression, les arrestations et l’arbitraire.

Nous exprimons notre inquiétude et nos préoccupations, mais aussi notre détermination à faire face à toute cette violence orchestrée par l’état colonial algérien et menée par sa police en Kabylie.

Face à une telle situation, il est à saluer le courage et la détermination des militants du MAK, dont la mobilisation pacifique des militants et citoyens de Attouche et Makouda (plus de 500 personnes), dirigée par la présidente de la coordination de l’Ouest MAK-Anavad, Rachida Ider, pour exiger la libération des militants arrêtés, est tout simplement héroïque. On ne peut qu’exprimer une grande admiration et une grande espérance pour l’avenir d’une Kabylie libre.

Étant à la veille de la célébration de Yennayer 2967, je joins ma voix et celle de l’ensemble des militants de la diaspora à celle du président de l’Anavad, mass Ferhat Mehenni, pour appeler l’ensemble du peuple kabyle à descendre dans la rue pour faire de la marche du 12 janvier à Vgayet, Tuviret et Tizi Wezzu, un événement historique.

La Kabylie ne peut continuer à vivre indéfiniment sous domination coloniale arabo-islamique algérienne.
L’heure de la liberté a sonné. Mobilisons-nous.

Vive le peuple kabyle,
Vive la Kabylie libre et indépendante

Paris, le 08 janvier 2017
Mas Ahmed Haddag,
Ministre des Institutions et de la Sécurité
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)
SIWEL 081814 JAN 17

Partager ceci...