GHARDAIA (SIWEL) — Le juge d’instruction chargé du dossier des détenus de Ghardaia, a fixé au collectif d’avocats de ces détenus, un rendez-vous pour aujoud’hui, 03/11/2015, afin d’auditionner le détenu Kacem Soufghalem, au niveau du tribunal de Ghardaia. A la grande surprise des membres du collectif, une fois sur place, le juge d’instruction a informé ce collectif, avec une facilité déconcertante, que les détenus ne sont plus à Ghardaia, donc impossible de procéder à l’audition de Kacem Soufghalem.

 

Devant cette attitude qui exprime clairement un mépris envers la défense des détenus de Ghardaia, qui exprime aussi une violation de l’article 139 de la constitution et l’article 2 de la loi régissant la profession d’avocat, le collectif d’avocats dénonce énergiquement ces agissements, ainsi que les agissements précédents, lors de la première présentation, et considère que ce comportement vise à exercer des pressions supplémentaires sur les détenus à dessein inavoué.

Le collectif d’avocats est déterminé plus que jamais à œuvrer pour imposer le respect des droits de la défense, en s’appuyant davantage sur l’esprit et la lettre de l’article 2 de la loi régissant la profession d’avocat.

Article 2 de la loi régissant la profession d’avocat : « La profession d’avocat est une profession libérale et indépendante
qui œuvre pour le respect et la sauvegarde des droits de la défense.
Elle concourt à l’œuvre de justice et au respect du principe de la
primauté du droit. »
"المحاماة مهنة حرة ومستقلة تعمل على حماية وحفظ حقوق الدفاع وتساهم في
تحقيق العدالة واحترام مبدأ سيادة القانون."

Le collectif

SIWEL 032051 NOV 15

Partager ceci...