Communiqué de la présidente de la Coordination régionale Ouest du MAK-Anavad sur les événements du 14 juin
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
MAK-ANAVAD
COMMUNIQUE DE LA PRÉSIDENTE DE COORDINATION RÉGIONALE DE L’OUEST

 

Le 25 mai dernier, a eu lieu une réunion des trois Coordinations de Kabylie du MAK-Anavad pour préparer la célébration de la Journée de la nation kabyle. Les Coordinations de l’Ouest, de l’Est et du Sud ont décidé de rendre un hommage aux martyrs du Printemps noir à travers un grand rassemblement à Iɛeẓẓugen (Azazga). Un rassemblement durant lequel nous comptions avoir une pensée particulière à notre frère martyr Kamel Irchane, qui, avant de succomber à ses blessures, a écrit un mot qui a toujours été cher pour le Peuple kabyle : « Liberté », Tilelli.

Malgré les dizaines de barrages installés au niveau de tous les accès menant à Iɛeẓẓugen et des centaines de citoyens empêchés d’accéder à la ville, nous avons réussi à nous rassembler. Nous étions des centaines à déferler d’un coup sur le lieu du rassemblement. Nous avons, aussitôt, entrepris une marche vers le lieu où a été tué Kamel Irchane pour déposer une gerbe de fleurs à sa mémoire. Des militants et des citoyens nous rejoignaient de partout. La marche grossissait et les marchants scandaient les chants en faveur d’une Kabylie indépendante. La police coloniale était prise de court et cela s’annonçait grandiose !

Arrivés sur les lieux, nous avons respecté une minute de silence, dans un moment solennel, à la mémoire des martyrs du Printemps noir. Nous avons ensuite fait entonner l’hymne national kabyle. Tout cela a pu avoir lieu dans une ambiance chaleureuse.

Mais les forces d’occupation ont profité de ce moment de stagnation pour, subitement et sans aucune raison, lâcher des bombes lacrymogènes et tirer des balles en caoutchouc afin de disperser les présents et perturber ces instants de recueillement.

En ma qualité de responsable du MAK-Anavad dans la région de l’ouest, j’ai appelé les militants à ne pas répondre aux provocations des agents armés de la police coloniale. Pour réitérer l’esprit pacifique de notre démarche, j’ai appelé les présents à s’asseoir par terre. Aussitôt, la police s’est ruée sur nous, a chargé violemment à coups de matraques et a embarqué des dizaines de militants dans leurs camions.

Ce 14 juin, tout comme le 20 mai dernier, énormément de personnes, connues ou pas, en Kabylie et dans la diaspora, nous ont exprimé leur solidarité. Nous les remercions. Nous continuerons à travailler pour convaincre tous les kabyles qu’ils ne peuvent plus vivre sous la menace permanente d’un régime sanguinaire, raciste et anti-kabyle. Le seul salut pour la Kabylie est dans son indépendance.

Je rends un vibrant hommage à la coordination MAK-Anavad d’Iɛeẓẓugen et aux citoyens de la localité qui ont tenu à faire aboutir notre action on déposant des gerbes de fleurs aux endroits où étaient assassinés trois victimes du printemps noir. Je salue l’esprit de responsabilité et de détermination de la Coordination MAK-Anavad de Larevɛa Nat Yiraten, qui eux aussi ont été réprimé le soir du 14 juin, et je rends hommage aux citoyens d’At yiraten qui se sont mobilisés pour exiger la libération de leurs frères injustement arrêtés.

Je tiens à remercier tous les militants du MAK-Anavad et les citoyens d’Iɛeẓẓugen qui m’ont rendu visite pour s’enquérir de mon état de santé.

Rendez-vous le 25 juin à Tawrirt n Musa pour commémorer le 19e anniversaire de l’assassinat de notre Rebelle, Lounes Matoub.

Tanemmirt i twacult n MAK-Anavad,
Amennuγ d win yettkemmilen,
Ad yidir uγlan aqvayli di timunent, di tegmat d tdukli.

SIWEL 221824 Jun 17 UTC

Partager ceci...