Communiqué de l’UNEK en soutien à la marche des lycéens ce dimanche en Kabylie

Nous, membres de l’UNEK (UNion des étudiants Kabyles), soutenons nos compatriotes (collégiens et lycéens) qui confirment, une fois de plus, le rejet de l’Algérie par la Kabylie en boycottant la langue Arabe dans les différents départements de cette dernière. Loin d’être raciste, cette action n’est qu’un acte de résistance et une réponse à ceux qui veulent nous soumettre à la pire des politiques colonialistes qu’ait connue le pays Kabyle, soit la politique fasciste algérienne.

Nous continuons à refuser l’Algérie ainsi que toutes ses institutions jusqu’à l’émergence d’un État Kabyle. Nous dénonçons également la répression que subissent ces jeunes, qui ne font que défendre leur pays, la Kabylie, et tiennent tête à l’Algérie coloniale et ses forces d’occupation.

Nous appelons également tout le peuple kabyle, toutes classes confondues : universitaire, intellectuelle, chômeurs, maçons, commerçants… à soutenir cette jeunesse et à les préserver des gendarmes et policiers algériens, qui eux, pour le coup, sont bel et bien racistes, à rappeler que leur anti-kabylisme primaire a causé l’assassinat de cent-vingt-huit kabyles en 2001.

Par conséquent, le kabyle est la langue nationale et officielle de la Kabylie, et le bleu, le jaune et le rouge sont les couleurs de notre drapeau, la liberté est notre slogan. VIVE NOUS !

« Parmi les créations constitutives de la culture d’un groupe humain doit être mentionnée en tout premier lieu, comme la plus importante, la langue… La langue est, en soi, bien plus qu’un simple instrument de communication. La langue constitue véritablement les archives d’un groupe humain, la synthèse de son histoire telle qu’elle s’est déposée peu à peu et s’est incorporée à son vocabulaire et à sa structure. Ainsi, la langue reflète l’identité d’un groupe humain dans ce qu’elle a de plus intime, telle qu’elle s’est lentement formée à travers les âges et, par son existence même, on peut dire qu’elle représente l’authentique image de lui-même qu’un groupe projette dans le monde extérieur.» – Père Chalbaud.

Exil, le 27 octobre 2018

Aksil Djoudi
Vice-président
UNion des étudiants Kabyles (UNEK)
Page officielle de l’UNEK

SIWEL 272345 OCT 2018

Partager ceci...