Un autocollant MAK-Anavad dans l’enceinte de la wilaya de Tizi Ouzou : la police coloniale ouvre une enquête

TIZI WEZZU (SIWEL) — Cette affaire n’est pas un poisson d’avril et la police algérienne l’a prise très au sérieux. En effet, le mardi 27 juin, alors que la wilaya de Tizi Ouzou a ré-ouvert les portes après l’Aid, ses employés ont découvert un autocollant MAK-Anavad au niveau de la porte du hall du service Budget.

Le chef de service a aussitôt alerté la police qui s’est déplacée sur place. Les agents de la police coloniale ont alors assuré qu’une enquête allait être ouverte pour connaitre le responsable de cet acte.

Le hasard a voulu que le même jour, la RN 12 a été fermée avec des barricades et dès 6h du matin au niveau de Oued Aïssi par des habitants des « bidonvilles » à cause d’une coupure d’eau qui durait depuis plus d’un mois. « Les services de sécurité » ne sont pas intervenus et aucun responsable n’a été dépêché pour rencontrer les manifestants afin de désamorcer la situation et ré-ouvrir la route. Des centaines de citoyens, dont des malades et des personnes âgées, ont dû continuer la route à pieds, sous une chaleur torride.

Photo prise le 27 juin à Oued Aïssi. on voit des citoyens abandonner leurs voitures pour continuer la route à pieds vers Tizi Ouzou

Il est clair que la priorité absolue des « services de sécurité algériens » n’est ni de sécuriser les campus universitaires, ni de ré-ouvrir la route quand elle est fermée, ni d’assister les citoyens lors des tempêtes de neige, ni de veiller sur l’espace public en général mais de traquer, intimider, provoquer, arrêter et réprimer les militants pacifiques du MAK-Anavad, qui ne manqueront pas, d’ailleurs, de réitérer cette opération qui semble semer la panique dans les administrations coloniales.

nbb
SIWEL 051651 Jul 17 UTC

Partager ceci...

Laisser un commentaire