Arezki Ammi, un kabyle héros en France

PARIS (SIWEL) — Ce vendredi 26 mai à 18h, Arezki Ammi, 64 ans, originaire du village de Cherif Kheddam, (Vumesɛud) a été décoré de la médaille du courage par la France. Cet homme au parcours exemplaire, à perdu son père au maquis durant la guerre d’Algérie. Arrivé à l’âge de 16 ans en France, il avait initié le combat pour la défense des droits des immigrés au foyer de la Sonacotra de Saint-Denis où il avait atterri, comme la plupart des gens de Michelet (Tala n wudi, actuellement appelée en arabe Ain En Hammam) des années 60-70.

Militant démocrate, il rejoint le FFS de Hocine Ait Ahmed et participe aux réunions et aux actions du CCRA (Comité Contre la Répression en Algérie) durant les arrestations du printemps kabyle de 1980 puis celles de l’été 1985 dans l’affaire de la Ligue Algérienne des Droits de l’homme.

En 1998, des hommes armés firent irruption dans la Mairie de St-Denis pour obtenir des billets d’entrée au stade de France pour assister à la finale de la coupe du monde de football. Arezki Ammi qui y était un élu socialiste parlementa avec eux et les persuada de s’en aller alors qu’ils étaient armés jusqu’aux dents. Les billets pour la finale de la coupe du monde se vendaient au marché noir à plus de 10.000 francs de l’époque.

En 2007, un homme éprouvé par les épreuves entra au 4e étage de la Mairie de Saint-Denis, s’asperge d’essence et menaça de s’immoler par le feu. Le malheureux retient deux secrétaires en otage qu’il arrosa, elles aussi du liquide hyperinflammable. Le tout pour exiger un logement décent. Alerté par les cris des femmes, Arezki Ammi, qui était en réunion, sorti précipitamment et immobilisa le désespéré auquel il enleva le briquet avec lequel il allait commettre l’irréparable.

Arezki a invité tous ses amis pour assister à la cérémonie de sa décoration officiée par le maire de Saint-Denis, M. Laurent Russier et le candidat local du Front de Gauche aux prochaines législatives, M. Stéphane Peu.

Dans sa déclaration de remerciements, après ceux d’usage adressés aux maîtres des cérémonies, on peut lire ceci :

« Je remercie … toutes les personnes présentes qui m’ont fait l’honneur de s’associer à cet événement…
C’est pour moi, pour les miens, des moments précieux à vivre ensemble car ils correspondent à des valeurs auxquelles je suis très attaché. Des valeurs de solidarité, de liberté, de fraternité enseignées par la République Française qui m’a généreusement accueilli et adopté et des valeurs égalitaristes et humanistes héritées de ma Kabylie natale… »

Un incident a pourtant failli gâcher la fête. Le Consul d’Algérie à Bobigny devait y assister avec ses propres invités. Mais ayant trouvé sur les lieux, le président de l’Anavad, invité de marque et ami personnel du héros kabyle, le sang de M. Oualid ne fit qu’un tour et rebroussa chemin. Pire ! Il exigea pour sa présence que Mas Ferhat Mehenni soit exclu de la cérémonie. M. Le Maire et Arezki Ammi ont refusé d’accéder à son indécente demande.

Ce n’est pas comme BRTV qui a cédé devant la demande de l’ambassadeur d’Algérie de ne pas inviter le président de l’Anavad à la présentation des vœux de la maire de Paris, à l’occasion de Yennayer 2015.

fng
SIWEL 262212 May 17 UTC

Partager ceci...

Laisser un commentaire