Sélectionner une page

La 16eme session de l’instance permanente des nations unies
sur les questions autochtones
New York 26 avril 2017

Kamira Nait Sid
Présidente du congrès mondial Amazigh

Azul ay tma d ystma
Madame la présidente, mes frères et sœurs autochtones, honorable assemblée

Tamazgha, est la terre des amazighs. Située au nord de l’Afrique, elles’étend sur la quasi totalité de la rive sud de la méditerranée. C’est un carrefour géostratégique mondial, riche de part sa diversité et l’immensité de ses territoires.

Les Etats du nord de l’Afrique, comme les cas de plusieurs pays africains ont adopté la déclaration des droits des Peuples autochtones, ratifié les différentes conventions et pactes des Nations Unies relatifs aux droits de l’Homme mais la réalité est loin d’être parfaite. .

-Les membres du congrès mondial amazigh, Les membres du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), un mouvement politique pourtant pacifique, et les minorités religieuses chrétienne et ibadite sont particulièrement persécutés par les autorités policières et judiciaires algériennes est ce de manière abusive usant de violence physique et verbale et allant jusqu’à déshabiller les femmes dans les commissariats.

Nos forêts sont brûlées, notre langue et notre culture sont menacées par le projet de l’arabisation et de l’islamisation de la Kabylie.

Dans la vallée du M’zab, de graves violences sont perpétrées contre les At Mzab par la communauté arabe « Chaamba » avec la complicité et le soutien des forces de police algériennes. On déplore déjà la mort d’une trentaine de personnes et plus de 100 sont détenus dans les prisons. Les prisonniers subissent des actes de torture et des traitements inhumains et leurs familles sont intimidées et menacées quotidiennement.

Le Dr Kamelddine Fekhar, militant des Droits de l’Homme, a entamé une grève de la faim depuis 101 jours et son état de santé est critique.

Madame la présidente honorable assistance, au nom des Droits humains aidez nous à sauver ce militant dont le seul crime est d’être autochtone. Madame la présidente, mes frères sœurs : »Sauver un homme, c’est sauver l’humanité entière ».

Dans le sud et l’est, les Touareg et les Chaouis sont exclus et marginalisés et le patrimoine historique et universel amazigh dans ces deux régions est détruit.

Au Maroc, l’année 2016 fut marqué par :

  • La mort des femmes en couches et des enfants en bas âge, faute d’infrastructures hospitalières.
  • La recrudescence de la spoliation des terres autochtones par l’Etat au profit de l’oligarchie qui s’accapare les richesses du pays
  • Et les assassinats du jeune étudiant Omar Khaleq, sous le regard des forces de l’ordre devant la porte de son université et celle de Mohcine Fikri, broyé par une benne à ordures.

La situation est également très inquiétante dans l’Azawad où le pseudo-accord de paix signé en 2015, n’a mis un terme ni à l’insécurité, ni au calvaire des réfugiés dans les pays voisins, ni à la détérioration des conditions de vie des populations.

En Tunisie comme en Libye, la domination de l’idéologie panarabiste-islamiste provoque la relégation de la question amazigh au second plan et la négation des droits fondamentaux des Amazighs.

Nous recommandons aux Etats du nord de l’Afrique :

  • La mise en œuvre de la déclaration de droits des Peuples autochtones en adaptant les législations nationales aux articles de la déclaration.
  • Accorder aux Peuples autochtones le statut d’observateur à l’AG de l’ONU
  • Converger les efforts afin que les Etats reconnaissent le caractère autochtone des peuples autochtones
  • Le respect des engagements internationaux des Etats du nord de l’Afrique et adapter la législation nationale aux normes internationales en matière de droits humains qui défendent les droits des Peuples Autochtones
  • Conformément au droit international et pour l’instauration d’un paix durable dans la région, accorder droit à l’autodétermination à la Kabylie, à Azawad et à l’Archipel de canaris,
  • L’arrêt des harcèlements, intimidations et arrestations arbitraires des militants amazighs et particulièrement les militants kabyles et m’zabs
  • Le respect des droits du culte, de croyance, l’arrêt de la percussion des minorités chrétienne et ibadite amazighes et la libération de Slimane Bouhafs de confession chrétienne
  • Le jugement des assassins des 129 jeunes kabyles, de Matoub lounes, des M’zabs et de Omar Khaleq
  • Arrêter la politique d’assimilation par l’arabo-islamisation
  • Introduire langue Tamazigh dans la justice et l’administration

Tannemirt
Merci

SIWEL 271652 Apr 17 UTC

Partager ceci...