ORAN (SIWEL) — L’ancien chef de la lutte antiterroriste en Algérie, le général Hassan, de son vrai nom Abdelkader Ait-Ouarabi, comparait aujourd’hui « à huis-clos » devant le tribunal militaire d’Oran où il est jugé pour les délits de « destruction de documents et infraction aux consignes militaires ».

Ce Général « d’origine kabyle » a incarné pendant près de 20 ans la lutte contre les groupes islamistes armés. Interlocuteur de plusieurs services de renseignement étrangers durant des années, il a été immédiatement placé sous contrôle judiciaire depuis sa mise à la retraite fin 2013.

 

Poursuivi pour "destruction de documents et infraction aux consignes militaires", le général à la retraite a peut-être cherché à se protéger des coups de poignards dans le dos de ses anciens employeurs ou à assurer ses arrières quant à d’éventuelles trahison du clan de ses anciens protecteurs .

Les affaires douteuses de l’Etat algérien dans les questions d’islamisme et de terrorisme étant ce qu’elles sont, il ne serait pas étonnant que le général Hassan ait cherché à détruire quelques documents compromettant pour se protéger des criminels qu’il a néanmoins servis.

Quoi qu’il en soit, c’est ainsi que l’Etat algérien remercie les officiers supérieurs «d’origine kabyles» pour avoir, à sa place, affronté la terreur islamiste qu’il a lui-même produit et qu’il continue de produire afin de parachever la colonisation arabo-islamique et dissoudre définitivement les peuples amazighs, à commencer par le peuple kabyle qui lui oppose la plus farouche résistance.

Sources AFP & APS

zp,
SIWEL 261345 NOV 15

Partager ceci...