Chronique

Ait Yahia Moussa : la visite de Bedoui ou la profanation des terres de Krim Belkacem

CHRONIQUE (SIWEL) — Voilà que le cours des événements nous donne raison pour cette politique de terre brûlée appliquée en Kabylie. Le ministre de l’Intérieur algérien, Noureddine Bedoui, s’est rendu dans la commune de Ait Yahia Moussa, à Tizi Ouzou, pour s’enquérir de la situation des villageois suite aux incendies qui ont ravagé cette région. Il aurait même admis qu’il y a eu catastrophe et promis d’indemniser les victimes. Retour sur une visite-profanation.

Alors que la panique était générale suite aux informations qui nous parvenaient de la Kabylie, des voix se sont élevées pour dédramatiser la situation et dédouaner le régime. Il y aurait des incendies partout en Algérie et dans le monde, la situation n’est pas si grave, la Kabylie n’est pas ciblée, revenaient comme des flashs aveuglant dans le discours de ces énergumènes. C’est dire que la campagne du régime était bel et bien lancée, relayée sur les réseaux sociaux par les Kabyles de service. Des gens, pourtant sincères, en sont arrivés jusqu’à minimiser la gravité de la situation en Kabylie et à douter de l’existence de perte en vies humaines. L’objectif semble désormais clair : organiser le blackout sur le drame kabyle. Les pyromanes et leurs sbires locaux auraient aimé que les flammes dévorent la Kabyle en silence et loin des regards curieux.

Le rôle du MAK-Anavad

C’est grâce au MAK-Anavad, à ses militants et sympathisants et aux Kabyles éclairés et lucides que l’alerte a été donnée. Des informations fusaient de toutes les régions de Kabylie faisant état de foyers d’incendie. Des images commençaient à inonder les réseaux sociaux, donnant ainsi une idée de l’ampleur des dégâts. Enfin des cris de détresse et d’indignation ont été lancés sur le net pour condamner la lenteur ou carrément l’absence d’intervention des autorités pour venir en aide aux populations prises au piège par les incendies. Le MAK-Anavad avait suivi avec beaucoup d’attention le cours des événements, recueillant et recoupant les informations qui lui parvenaient des quatre coins de la Kabylie et en faisant le suivi de la situation en temps réel sur son site Siwel. Son corps diplomatique, fraîchement installé, a été mis en branle pour alerter l’opinion internationale quant au drame qui était en cours en Kabylie. Mieux encore, le Président Mass Ferhat Mehenni a décrété « l’état de catastrophe écologique dans l’ensemble de la Kabylie, à l’exception des villes » et promis que « les victimes et sinistres seront indemnisés par la Kabylie indépendante ». C’est ainsi que l’opinion publique et internationale s’est rendue à l’évidence pour comprendre enfin que la Kabylie a été sinistrée suite à ces incendies.

Le chef des pyromanes se rend en Kabylie

C’est dans ce contexte et suite à la campagne d’information, de désintoxication et de sensibilisation menée contre vents et marées par le MAK-Anavad que le ministre de l’Intérieur algérien, Noureddine Bedoui, décide de se rendre à Ath Yahia Moussa, à Tizi Wezzu, pour faire semblant que le régime d’Alger se soucie du drame Kabyle. Mais surtout pour tenter de devancer le MAK-Anavad qui a joué un rôle important dans cette affaire. Rachida Ider, la présidente de la Fédération ouest du MAK, devait se déplacer à Ath Yahia Moussa, le village de Krim Belkacem, pour s’enquérir de visu de la situation et apporter le soutien indéfectible et actif du MAK-Anavad. Le Président Mass Ferhat Mehenni l’a chargée officiellement de porter son message de soutien et de lancer officiellement la campagne de recensement des familles sinistrées qui doivent constituer des dossiers d’indemnisation. D’ailleurs, une campagne internationale de dons a été lancée à cet effet. Mais il semblerait que les services de renseignement font leur boulot lorsqu’il s’agit de mettre sur écoute les militants du MAK afin de les persécuter, les intimider ou les arrêter. C’est ainsi que le pouvoir d’Alger a dépêché en urgence le pyromane en chef Mister Bedoui à Ath Yahia Moussa, reconnaissant ainsi de fait que la région a été gravement touchée. L’objectif était de saboter la visite de Rachida Ider et la campagne du MAK-Anavad. Mister Bedoui aurait même promis d’indemniser les familles touchées par les incendies, lui qui est venu « profaner les terres de Krim Belkacem ».

Aussi, des bribes d’informations ont été distillées à l’occasion de cette visite, donnant une idée de la gravité de la situation et surtout légitimant de fait ce que le MAK-Anavad a décrété, c’est-à-dire « l’état de catastrophe de la Kabylie ».

Ils reconnaissent enfin que Tizi-Ouzou a enregistré « 112 foyers d’incendie, qui ont ravagé une superficie de 2 377 ha de couvert végétal, dont 1 083 ha d’arbres fruitiers, 642 ha de broussailles, 418 ha de maquis et 234 ha de forêts ». Au MAK-Anavad, on est plus que certains que le bilan est plus lourd encore puisqu’on ne compte même pas les pertes en vies humaines dans le bilan officiel.

Le MAK-Anavad déterminé

Le MAK-Anavad et toute la Kabylie restent vigilants et ce ne sont pas ces visites « politiciennes » et « policières » qui viendront à bout de leur détermination. La campagne de ramassage des dons et celle d’indemnisation des familles sinistrées seront menées jusqu’au bout. Plus encore, les Kabyles en général et nos militants en particulier poursuivront leur enquête pour identifier les pyromanes et les traduire devant le tribunal de l’histoire. L’opinion kabyle n’est pas dupe, des informations recueillies par nos soins font déjà état de l’implication de certains militaires dans la déclaration de certains foyers d’incendie. Aussi, le pouvoir colonial prendra l’entière responsabilité de ce sinistre ayant touché l’ensemble de la Kabylie et traînera comme un boulet sa condamnation pour « non-assistance à personne en danger », règle à respecter même en temps de guerre.

Les intellectuels de service devraient se taire à jamais, eux qui viennent d’être humiliés par le régime lui-même en reconnaissant l’état de sinistre de plusieurs régions de Kabylie. En tentant d’entourer de silence le drame kabyle, ces mercenaires se sont rendus complices du crime de l’Etat algérien. L’Histoire avance et les flammes de l’été 2017 ne feront que raviver le projet indépendantiste kabyle.

Akli Ameziane
SIWEL 181756 Jul 17 UTC

Partager ceci...
Ait Yahia Moussa : la visite de Bedoui ou la profanation des terres de Krim Belkacem
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Haut