Affaire du souverainiste kabyle Madjid Aggad contre le terroriste « repenti » algérien : Audience le 06 mars

ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
MINISTERE DES AFFAIRES JURIDIQUES ET DES DROITS HUMAINS

L’affaire du souverainiste kabyle Madjid Aggad contre le terroriste « repenti » algérien Kamel Chemli alias Abou Talha, suivie de près par l’Anavad , continue à défrayer la chronique

Le Ministère des Droits Humains, annonce que des avocats, des juristes, commencent à répondre favorablement à l’appel lancé pour leur participation au Collectif des avocats !

Un communiqué spécialement consacré à ce collectif d’avocats sera publié ultérieurement.

Ce litige tortueux, de droit commun que le pouvoir colonial algérien a décidé de transformer en une affaire politique, en ordonnant au Procureur de la République algérienne à ses ordres, de protéger le terroriste « repenti » Kamel Chemli alias Abou Talha, converti en indicateur et en Shérif- baroudeur, chargé de faire sa loi à Saharidj, avec le soutien du maire du RND et la complaisance affichée des gendarmes coloniaux.

Si bien que lors du classement sans suite par le Procureur de la République algérienne de la première plainte de commerçant kabyle Madjid Aggad, le terroriste « repenti » Kamel Chemli, alias Abou Talha a cru avoir remporté une victoire à la Pyrrhus, de façon peu honorable, et pour cause, Pyrrhus s’étant écrié : « Encore une victoire comme celle-là et nous sommes perdus ». Donc il sera lui même perdu !

Depuis que le Tribunal a innocenté Madjid Aggad, suite à la deuxième plainte déposée par le terroriste repenti Kamel Chemli alias Abou Talha, ce dernier ne se présente plus aux audiences.

Et pour cause, il ne s’est pas présenté à l’audience ayant pour objet de statuer sur « ses menaces de mort sur facebook » à l’égard du souverainiste kabyle Madjid Aggad. De fait, les preuves à son encontre sont accablantes et ce, malgré la falsification des procès verbaux par les gendarmes coloniaux algériens, le blocage du compte facebook du terroriste « repenti » pour tenter de faire disparaître les preuves. Curieusement, il est systématiquement absent, du coup cette affaire a été successivement renvoyée à d’autres dates.

La prochaine audience afférent à cette affaire est prévue le 6 mars 2018. Normalement cette fois même en l’absence du « terroriste repenti, conformément à la loi, la justice devrait entendre Madjid Aggad en ces dires et conclusions et prononcer le verdict ultérieurement.

De plus, on apprend aussi que les parties sont convoquées le 8 mars 2018, cette fois pour le recours introduit par l’indépendantiste kabyle Madjid Aggad à l’encontre du terroriste « repenti » dont on se demande si une fois encore il va décider de ne pas se présenter.

Sachant que l’audience du 25 février 2018 a été aussi renvoyée à une date inconnue !

Am akken i d yenna umaɣnas Y. Messouaf i yevedden akken iwata ɣer yidis n Madjid Aggad :
« Arevrav agi yuɣal ur yesɛa ara akw awal di taddert n Saharidj, iverru i uqerru yis mara yeɛaddi di taddert » .

Exil, le 01/03/2018

Pour l’Anavad
Madame Sakina At Sliman,
Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains
Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad)

Une copie de cette contribution sera adressée :
Au Secrétaire Général de l’ONU
A la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme
La Ligue française pour la Défense des droits de l’Homme et du citoyen
La Ligue internationale des droits de l’Homme
La Ligue algérienne des droits de l’Homme

SIWEL 012045 MAR 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire