TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le dossier des situations financières pendantes remonte de nouveau à la surface à Tizi-Ouzou.

 

39 611 situations financières relatives aux arrières de salaires des enseignements de l’éducation algérienne qui restent « suspendues » au niveau du trésor public à Tizi-Ouzou. Dans une déclaration remise à Siwel, le syndicat de l’union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF) a sollicité l’intervention du wali de Tizi-Ouzou « pour la prise en charge immédiate des dossiers ».

À défaut, estime le syndicat « des manifestations de rue seront organisées dans les prochains jours afin de faire valoir un droit qui ne voit pas le jour à cause de la lenteur avec laquelle l’opération de liquidation de ces arrières est faite ».

L’UNPEF a noté qu’il est « nécessaire de traiter avec sagesse tous les dossiers en suspens particulièrement les primes et indemnités, œuvres sociales, médecine du travail, l’intégration des corps communs dans le corps de l’éducation, l’intégration des contractuels et le paiement de tous les arrières de salaires comme convenu au cours des rencontres syndicat-tutelle ».

kab
SIWEL 111430 FEV 11

Partager ceci...