Tamazgha

La vie du Docteur Kamaleddine Fekhar ne tient plus qu’à un fil

Après 65 longs jours de sa grève de la faim il est maintenu en vie par le sérum. Dans une indifférence totale de l’opinion publique et d’une classe politique algérienne beaucoup plus occupée par les miettes qu’elle peut grignoter en participant à des élections qui ne s’annoncent pas différentes des précédentes à savoir une fraude massive et généralisée.

Au lendemain de ces élections, cette même classe politique va crier, comme à son habitude à la fraude.

Ainsi est le pouvoir algérien qui a tant besoin de ces élections pour soigner sa face aux yeux de la communauté internationale.

Que les participants à ces élections ne viennent pas crier au scandale au lendemain de l’annonce des résultats ! Cela ne serait qu’ hypocrite de leur part.

Que ceux qui se taisent aujourd’hui devant l’injustice subie par le docteur Fekhar et ses codétenus ne viennent pas demain condamner cette même injustice qui aurait emporté le docteur Fekhar ; le Docteur Fekhar qui a besoin de votre soutien aujourd’hui, alors qu’il est encore vivant n’aura pas besoin de vos mots vides une fois décédé.

Nacereddine Hadjadj, Noureddine Kerrouchi, Kacem Soufghalem, Brahim Abbouna et son fils Smaïl, Abdelaziz Mellal, Abdellah Benabdellah et bien d’autres cadres Mzabs propres, intègres et respectables croupissent dans les geôles algériennes pendant que les criminels sont libres et laissés en paix, sans être inquiétés.

Les prisons algériennes sont pleines d’innocents, plus de 160 Mzabs. On y trouve des dizaines d’autres militants ou de simples citoyens qui ont osé s’exprimer pour dénoncer le pouvoir à l’image de Arezki Marwan ou de Marzoug Touati. On y trouve également des personnes emprisonnées pour la simple raison qu’il sont Kabyles et chrétiens donc pas arabes et pas musulmans comme le veut l’idéologie arabo-musulmane raciste de l’Algérie officielle. Comme c’est le cas de Slimane Bouhafs.
Nous exprimons aussi notre solidarité au militant pour la culture et pour la défense des droits de l’homme le Chawi Ridha BELGASMI président et fondateur de l’association «Tamazgha-Aurès» à Ain Djasser (Batna). Tout comme les détenus d’opinion Mzabs et Kabyles, il est poursuivi pour ses opinions et devra se présenter le 20 mars 2017 devant le tribunal correctionnel.

Nous appelons tous les citoyens Mzab à observer une grève générale pour apporter leur soutien au docteur Fekhar et à tous les détenus Mzabs. Agissons vite avant qu’il ne soit trop tard.
Gloire aux martyrs Mzabs et liberté pour tous les détenus Mzabs.

Paris le 08 mars 2017
Président d’Izmulen
Mohammed Dabouz

SIWEL 081846 Mar 17

Partager ceci...
La vie du Docteur Kamaleddine Fekhar ne tient plus qu’à un fil
Click to comment

Commenter cette publication...

Haut