Tamazgha

Appel à une grève générale des Mzabs dans tout le territoire national


Izmulen pour les droits des At-Mzab

Communiqué 10/2017

Appel à une grève générale des Mzabs dans tout le territoire national

Pour maintenir la dynamique de solidarité avec le Dr Fekhar et les 180 détenus Mzabs qui s’amplifie chaque jour

Maître Salah Dabouz vient de parcourir plus de 100 Km à pied pour soutenir le Docteur Kamaleddine Fekhar qui est à son 106ème jour de sa cinquième grès de la faim. Deux militants de droits de l’homme, Ayachi Amroune et M’hamed Belabbasi, l’ont accompagné pour sa troisième étape ainsi que Slimane Tahtah, un proche du Dr Fekhar.

Les deux jeunes Meziane Abane et Mohamed Bougrinat ont été embarqués par la police le premier jour après avoir réussi à marcher avec lui sur une distance de 5 ou 6 Km. Ils ont subi de longs interrogatoires pendant de longues heures au commissariat avant d’être relâchés.

D’autres militants et responsables politiques sont rentrés en grève de la faim par solidarité avec Me Dabouz, le Dr Fekhar et tous les détenus d’opinion en Algérie. Il s’agit de : Hamid Farhi, premier responsable du parti MDS, Fares Afak, un cadre du même parti, Abdelkader Kharba et Mohamed Atrous militants des droits de l’homme, Mohamed Kadi militant du mouvement RAJ et Foudil Boumala, militant et journaliste.

D’autres détenus mzabs sont en grève de la faim. Il s’agit de : Slimane Hadj-Saïd, Mohamed Chekebkeb, Slimane Addaoud, Aïssa Tebbakh, Ahmed Moussaouali, Bakir Soufghalem, Bakir Alouani, Mahfoud Babaousmaïl, Mohamed Sekouti, Idris Kheyat et Aoumeur Bouhdiba.

Avant d’entamer sa marche d’Alger à Laghouat à pied, Me Dabouz a tout fait pour alerter l’opinion publique sur l’instrumentalisation de la justice et des services de sécurité par le pouvoir afin de fabriquer des preuves contre les détenus politiques mzabs dont le nombre vient de dépasser les 180.
Les policiers ont même falsifié des documents pour fabriquer des preuves contre le Dr Fekhar. Ils sont bien dans leur logique ces policiers. Ne s’agit-il pas de la même police que le monde entier a vue sur des dizaines de vidéos cote à cote avec les criminels ? C’est elle qui arrête les innocents après avoir prêter main forte aux criminels et assassins. Le juge de la chambre d’accusation a tout simplement refusé d’enquêter sur cette falsification que les avocats ont démontrée avec des preuves irréfutables.

Le pouvoir algérien continu sa répression à ce jour. Il y a à peine une semaine, le 11 avril 2017, que 24 autres mzabs ont été arrêtés arbitrairement.

C’est toute cette machine que le Dr Fekhar et son avocat essayent de dénoncer avec leur combat courageux et pacifique qui force l’admiration.

Nombreux sont ceux qui se ont exprimé sur les réseaux sociaux leur soutien au Dr Fekhar et salué Me Dabouz pour son action et se demandent « Que peut-on faire pour aider ? »
Tout le monde peut faire quelque chose.

Nous appelons tous les mzabs dans tout le territoire national à observer une grève générale le jour de l’arrivée de Me Dabouz à Laghouat, et pour ceux qui le peuvent, à se déplacer à Laghouat, le jour de l’arrivée de Me Dabouz afin de marcher avec lui de la rentrée de Laghouat jusqu’à l’hôpital Hmida Benadjila où se trouve le Dr Fekhar.

La vie du Dr Fekhar ne tien qu’à un fil. Trois détenus sont déjà morts dans les geôles algériennes. Rien n’a été fait par les mzabs après la mort du premier détenu pour sauver la vie des deux autres.

Les preuves de l’instrumentalisation des services de sécurité et de la justice par le pouvoir sont irréfutables. Répression et falsification sont utilisées pour mettre les innocents en prison. Agissons vite, avant qu’il ne soit trop tard.

Si demain le Dr Fekhar meurt, personne ne peut dire : « Je ne savais pas » et personne ne peut dire « Je ne pouvais rien faire ».

Gloire aux martyres Mzabs et Liberté à tous les détenus Mzabs et à tous les détenus d’opinion de part le monde.

Paris le 17 avril 2017
Président d’Izmulen
Mohammed Dabouz

Haut