Yennayer 2964 : la marche du conseil universitaire du MAK sera «tolérée»

02/01/2014 - 16:10

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Selon des sources proches des services de police à Tizi-Ouzou, la marche de Yennayer 2964 initiée par le conseil universitaire du MAK à Tizi-Ouzou, contrairement aux années précédentes, ne sera « pas réprimée cette année », elle sera même « tolérée ». Cette soudaine « tolérance » pour ce Yennayer 2964 semble indiquer une volonté de ne pas entrer en confrontation avec la Kabylie sur des questions ultra sensibles liées à l’identité alors que la police algérienne est déjà très occupée à organiser des raids contre les mozabites pour briser leur identité qui puise ses racines dans la même source que celles des kabyles, à l’image de tous les peuples amazighs d’Afrique du Nord. Donc pour le régime algérien: c'est un seul front à la fois, chacun son tour !


Le régime algérien aurait donné instruction de ne pas réprimer la marche des étudiants à Tizi-Ouzou le 12 janvier 2014. Ici, un jeune militants du MAK à Vgayet, le 20 avril 2011.
Le régime algérien aurait donné instruction de ne pas réprimer la marche des étudiants à Tizi-Ouzou le 12 janvier 2014. Ici, un jeune militants du MAK à Vgayet, le 20 avril 2011.
Selon des sources proches des services de polices à Tizi-Ouzou « Aucune instruction n’a été donnée aux services de polices de Tizi-Ouzou pour empêcher la manifestation des étudiants du MAK le 12 janvier ». Questionnés sur le pourquoi de cette soudaine tolérance, nos sources ont argumenté du fait que cette marche est « l’initiative d’étudiants du MAK et non du MAK lui-même », ce qui selon eux, « change beaucoup » parce que les « étudiants sont libres de manifester alors que le MAK est interdit, il n’a pas d’existence légale et en plus il prône le séparatisme ».

Cette information sur les "intentions pacifiques" du régime algérien pour ce Yennayer 2964 ont été confirmée par une source policière ayant requis l’anonymat pour des raisons compréhensibles. En effet, un jeune officier de police, acquis aux idées du MAK, a été formel. Selon lui, « des instruction ont été donnée aux services de sécurité de Tizi-Ouzou pour ne pas intervenir à la marche des étudiants pour ce Yennayer ». Toujours selon notre interlocuteur, « la question de l’officialisation de tamazight et de Yennayer ‘’jour férié’’ peinant à trouver un dénouement heureux, des instructions ont été données pour ne pas attiser la rancœur en Kabylie », « c’est pourquoi la marche est pour cette fois est tolérée » conclu-t-il. Selon la même source " le pouvoir a peur d'amplifier le boycott des élections présidentielle dans une Kabylie déjà acquise au rejet de tous les scrutins organisés par l'Etat algérien".

Pour rappel, les deux dernières marches de Yennayer, initiées par le MAK avaient vu une forte mobilisation des services de police pour empêcher toute possibilité de convergence vers le point de départ qui, d’ailleurs, étaient déjà « occupées » par les CRS bien avant l’arrivée des manifestants comme ne témoigne les photos ci-dessous.

maa,
SIWEL 021610 JAN 14


Le président du MAK, encerclé par les CRS, le 12 janvier 2013. Impossible d'approcher le lieu de rassemblement sur des kilomètres à la ronde.
Le président du MAK, encerclé par les CRS, le 12 janvier 2013. Impossible d'approcher le lieu de rassemblement sur des kilomètres à la ronde.

Yennayer 2012: à l'appel du MAK, c'est finalement la police qui manifeste à Tizi-Ouzou
Yennayer 2012: à l'appel du MAK, c'est finalement la police qui manifeste à Tizi-Ouzou




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu