Visite de Sellal à Tizi-Wezu : Les relais locaux à pied d’œuvre

02/07/2013 - 14:43

TIZI-WEZU (SIWEL) — Depuis l'annonce de la visite du premier ministre algérien à Tizi-Wezu, les relais locaux du régime sont à pied d’œuvre. Façades repeintes, routes rafistolées et surtout, voyous et autres délinquants du régime réunis le temps d'une visite pour assurer son bon déroulement.


Sellal dépêché en pompier en Kabylie. PH/DR
Sellal dépêché en pompier en Kabylie. PH/DR
La ville des Genêts n'a jamais été aussi propre. Toutes les ruelles sont nettoyées, les façades repeintes et les crevasses rafistolées. Le premier ministre algérien qui veut reprendre en main le dossier kabyle après l'avoir occulté depuis l'arrivée de Bouteflika, tentera de donner l'impression d'un homme de réconciliation. Ainsi, les nombreuses visites en Kabylie entrent dans le cadre de la normalisation des relations avec cette région meurtrie.

Délaissée et abandonnée depuis des décennies, la Kabylie n'attend plus rien du régime algérien. Sabotage économique, insécurité maintenue, quadrillage militaire, harcèlement des militants démocrates, provocations et désinformations, le régime algérien a fait de la Kabylie une arène où tous les coups bas sont permis.

Depuis quelques temps, les relais locaux du pouvoir, notamment Ould Ali El Hadi et Amara Benyounès multiplient les rencontres pour préparer la venue de Sellal. Pour s'y faire, les deux compères du régime tentent de réintroduire la délinquance locale en un soutien au régime pour assurer un bon déroulement de la visite de Sellal. Ainsi, des sommes colossales sont dépensées pour recycler les voyous du régime en un comité de soutien qui aura pour tâche d'assurer la sécurité de la ville durant la kermesse de Sellal. A rappeler que pour briser le mouvement citoyen de Kabylie du Printemps noir, le régime s'est appuyé sur les repris de justice de la ville pour imposer la loi de la terreur contre les citoyens.

Au menu, l'inauguration de quelques battisses mal-réalisées et un discours à la carte pour faire oublier aux Kabyles le crime du régime contre la région. Une guerre de relais est d'ores et déjà déclarée entre les soutiens du régime en Kabylie. Entre les Hannachi, les Ould Ali et les Benyounès, la course à l’allégeance est déjà entamée.

dm/wbw
SIWEL 021443 JUIL 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu