Vgayet / « La liberté de la Kabylie est une dette qui n'accepte pas de rééchelonnement », Meeting du MAK à Leqser (El Kseur)

20/05/2015 - 13:54

LEQSER (SIWEL) — Dans le cadre de la commémoration des événements du 19 mai 1981, le printemps de Vgayet, après le lever du drapeau national kabyle à 10h au Campus d'Aboudaw organisé par le Conseil universitaire MAK de Vgayet, le Mouvement souverainiste kabyle a animé un meeting populaire à Leqser, le même jour à 18h.

Devant une foule nombreuse et attentive, quatre responsables du MAK se sont succédés pour animer le meeting : Mouloud Hamrani, Nadir Chelbabi, Farid Djenadi et Bouaziz Ait Chebib.

Chacun d’eux a évoqué les aspects extrêmement préoccupants qui prévalent en Kabylie, aboutissants tous à la même conclusion : la nécessité urgente d’un sursaut populaire et patriotique pour l'instauration de l'Etat kabyle.


Vgayet / « La liberté de la Kabylie est une dette qui n'accepte pas de rééchelonnement », Meeting du MAK à Leqser  (El Kseur)

Les orateurs n’ont pas manqué d’évoquer tous les "vains" efforts et sacrifices de la Kabylie, le long cheminement du combat kabyle, ses valeurs et ses principes plus que jamais menacés, sa conception sociale et effective de la laïcité, également menacée par le salafisme rampant distillé par les institutions algériennes et imposées au peuple kabyle contre son grès, l’organisation méticuleuses du naufrage économique et sécuritaire de la Kabylie, toujours par l’Etat algérien; et ce, quels que soient ses dirigeants…

Tout a été passé en revue par les orateurs, notamment le soulèvement populaire kabyle à Vgayet en mai 1981 dont c’était justement la date anniversaire, pour aboutir à la seule et unique conclusion qui s’impose : « Le peuple kabyle doit accéder à son autodétermination. Il doit recouvrer sa souveraineté; car, son maintien sous la domination de l’Etat algérien, avec ses pratiques coloniales, sa politique de dépersonnalisation, de substitution culturelle, linguistique et identitaire fait incontestablement le lit de la disparition totale et définitive de la Kabylie»

Les quatre orateurs sont également revenus sur quelques points essentiels, notamment le rejet total et systématique de toutes les élections algériennes par le MAK, les attaques grotesques et les polémiques stériles qui ne font que retarder l'évolution de la Kabylie vers sa seule et unique voie de salut : sa souveraineté !

Concernant les élections algériennes, les responsables du MAK ont rappelé que leur mouvement « ne reconnait aucune légitimité à l'Etat algérien en Kabylie ». De ce fait, il lui est donc « impossible de participer à des élections organisées par ce dernier », ajoutant que la mission du MAK ne consiste pas à « postuler à des sièges électoraux » mais à « libérer la Kabylie du colonialisme algérien ». Poursuivant sur le même élan, ils ont rappelé que le seul vote qui intéresse le MAK est « le référendum d'autodétermination qui permettra à la Kabylie de choisir elle-même son propre destin qui ne peut être que celui de la liberté et de la dignité ». Une fois cet objectif atteint, ont-il encore précisé :« Le MAK s'auto dissoudra car sa mission aura été accomplie ».

Abordant ensuite les polémiques grotesques que certains cercles obscurs tentent d’imposer au MAK, le mouvement souverainiste kabyle a rappelé qu’il n’avait « nullement l’intention de perdre du temps et de l’énergie à alimenter des polémiques stériles et stérilisantes ». Les responsables du MAK ont rappelé que leur mouvement avait « le devoir, autrement plus important, de construire un débat de fond autour de l’avenir de la Kabylie et de son peuple, gravement menacés par l’avancée rampante de l’arabo-islamisme à travers la présence hautement nuisible de l’Etat algérien en Kabylie».

Ils ont en plus précisé que «Le MAK ne peut en aucun cas être intéressé, et encore moins concerné, par l'alternance et la lutte des clans algériens qui sont tous des ennemis déclarés de la Kabylie. Tous sont identifiés comme tels par le MAK, comme par le Peuple kabyle». Les orateurs ont également rappelés que, de ce point de vue, « le MAK dispose du seul et unique allié fiable qui est le peuple kabyle » et celui-ci a « délivré, lors des marches historiques du 20 avril dernier, un message clairement en faveur du projet porté par le MAK et qui est l’instauration d’un Etat kabyle» avant de conclure sur ce sujet en disant que « les débats sur les clans algériens n’intéressent ni le peuple kabyle ni le mouvement souverainiste du MAK, mais uniquement ceux et celles qui défendent un de ces clans contre un autre et qui veulent entraîner la Kabylie dans ces duels perpétuels où la Kabylie constitue toujours, et invariablement, leur victime expiatoire »... Les responsables du MAK ont donc appelé les kabyles à « la vigilance et à l’union sacrée pour soustraire leur patrie, la Kabylie, au colonialisme algérien et à tous ses clans »

A la fin du meeting, le dernier mot est revenu au président du MAK qui pour clôturer la rencontre avec les citoyens de Leqser a dit : « La Kabylie réclame, sans attendre, son droit à l'autodétermination ». Puis paraphrasant Ferhat Mehenni, qui avait déclaré le 27 octobre 1994 à la salle Harcha que «Tamazight est une dette qui n'accepte pas de rééchelonnement», Bouaziz Ait-Chebib a actualisé la citation en question en la remplaçant par « La liberté de la Kabylie est une dette qui n'accepte pas de rééchelonnement ».

cdb/zp
SIWEL 201354 MAI 15



Vgayet / « La liberté de la Kabylie est une dette qui n'accepte pas de rééchelonnement », Meeting du MAK à Leqser  (El Kseur)










Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu