VGAYET / Levée du drapeau kabyle réussie, au nez et à la barbe de la sous-préfecture algérienne de Chemini

27/05/2015 - 12:00

AT WAGHLIS –CHEMINI (SIWEL) — La coordination MAK d'At Waghlis, a procédé hier, mardi 26 mai, à 17h, au lever du drapeau national kabyle, comme prévu, juste en face du siège de la Sous-préfecture (Daira) de Chemini, et ce, malgré la présence de la police algérienne qui s’est tenue à distance de l’évènement, observant, médusée, le toupet de ces kabyles qui osent lever leur drapeau, entonner leur hymne national et scander à tue-tête « Kabylie indépendante », juste sous leur nez et en face du siège de la sous-préfecture algérienne.


VGAYET / Levée du drapeau kabyle réussie, au nez et à la barbe de la sous-préfecture algérienne de Chemini
A Chemini, chez les At Waghlis, dans le département de Vgayet, la levée du drapeau kabyle s’est déroulée en présence des responsables locaux, du président et du Secrétaire général du MAK ainsi que d’un membre du réseau Anavad, Hamid Maalem. Ces derniers ont tour à tour rappelé l'importance du drapeau kabyle ainsi que sa forte symbolique. Ils ont également énumérés les avancées enregistrées par le MAK et le GPK ; des avancées visibles qui se concrétisent sur le terrain et qui encouragent et donnent encore davantage de force et de motivation aux militants du MAK et du GPK afin de donner le meilleur d’eux-mêmes pour extirper la Kabylie du colonialisme arabo-islamique algérien.

Arezki, militant de la coordination locale, et connu sous le surnom militant de « Anaruz Awaghlis » a inauguré les interventions. Il a rappelé les fondements du nationalisme kabyle ainsi que l’évolution du combat du MAK, en puisant abondamment dans la poésie de Ferhat Mehenni, sous les applaudissements nourris de l’assistance.


Prenant le relais, le secrétaire général du MAK, Farid Djenadi a longuement insisté sur la nécessité pour le peuple kabyle de sauvegarder coute que coute l’âme kabyle, « condition sine qua non pour l’indépendance réelle de la Kabylie » dira-t-il. Si le secrétaire général du MAK insiste particulièrement sur cet aspect, c’est en raison de l’investissement faramineux de l’Etat colonial algérien pour dénaturer le peuple kabyle afin d’opérer en lui une substitution culturelle, linguistique et identitaire.

Prenant la suite du Secrétaire général, le président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, entame son discours par un hommage appuyé à Farid Uzadi en déclarant : « Farid macci deg-uẓekka i t-nenṭel. Nmeḍl-it deg-wul n tlelli »…]( signifiant : Farid n’est pas mort (ne peut pas mourir) car il nous ne l’avons pas enterré dans un tombeau mais dans le cœur de la Liberté)….[ Il est bien trop digne pour qu’une institution algérienne soit baptisée à son nom. Ce serait une insulte à sa mémoire. Aujourd’hui, nous lui dédions ce qu’une nation a de plus cher : son drapeau qui symbolise sa liberté, sa fierté, le recouvrement de son honneur bafoué. Le lever d’aujourd’hui porte le nom de Farid Uzadi ; un nom est écrit en lettre de sang et de liberté dans notre histoire».


Cet hommage a permis au président du MAK de revisiter l’histoire de la Kabylie et rappeler à la foule que le peuple kabyle à travers ses valeurs devenues universelles, son organisation socio-politique, a été vantée par d’éminent savants comme Karl Marx, Ernest Renan, Emile Durkheim, Pierre Pourdieu, … Mettant en lumière l’apport de la Kabylie à la civilisation universelle, Bouaziz Ait Chebib a rappelé que « ce qui est appelé aujourd’hui, les chiffres arabes, sont à l’origine des chiffres que le Mathématicien Fibonacci, a vulgarisé en occident après les avoir étudié à Vgayet, qui était l’un des centres mondiaux du rayonnement scientifique du temps de la dynastie des Hamadites. Et si ces réalisation kabyles sont devenues arabes, c’est parce que nous n'avons pas d'Etat aujourd'hui».

Sur le plan de la lutte politique, le président du MAK rappellera également que « c’est encore là la Kabylie qui avait ouvert la voie à la révolte contre l’unicisme dans le bloc communiste, à travers le printemps de 1980, soit 5 ans avant la chute du communisme en Pologne et 9 ans avec la destruction du mur de Berlin » mais rien ne sera jamais reconnu à la Kabylie tant qu’elle ne disposer pas de son propre Etat ».


C’est dans le même ordre d’idée que l’orateur a rappelé que « la Kabylie a donné au monde entier une leçon magistrale sur le combat pacifique avec le boycotte scolaire, total et général de la Kabylie toute entière, de la maternelle à l’université, durant une année entière ; et ce, pour arracher l’enseignement de sa langue et cela aucun peuple au monde ne l’a fait mais personne ne le reconnait. Pourquoi ? Parce que la Kabylie n’a pas d’Etat ! C’est la même chose pour la marche du 14 juin 2001: deux millions de personne ont marché sur la capitale algérienne et cela est passé à la trappe comme si de rien n’était. Pourquoi : parce que la Kabylie n’a pas d’Etat et qu’un peuple sans Etat est un peuple dont l’Histoire est écrite par ses ennemis ».

Enfin, revenant à l’actualité, le président du MAK, a insisté sur «le verdict que le peuple kabyle a magistralement prononcé le 20 avril 2015. Le peuple Kabyle s’est clairement prononcé en faveur de son indépendance, c’est maintenant à son élite d’assumer son rôle et de l’accompagner sur le chemin qu’il a choisi car ces n’est pas au peuple de s’adapter à son élite ». Quant à l’Algérie, Bouaziz Ait Chebib , rappelle qu’il n’y a « rien à en attendre hormis la misère, la dépersonnalisation, l’insécurité, la salafisation, l’arabisation, la répression, etc, tec, …. Le salut de la Kabylie est dans le recouvrement de sa souveraineté et nulle part ailleurs ».

Abordant la scandaleuse campagne d’imposer le voile intégrale à Alger, Bouaziz Ait Chebib a fait remarquer que « cela dénotait bien qu’il y a d’une part l’Algérie, et d’autre part, il y a la Kabylie. Un démocrate Kabyle n’a rien à partager ni à construire en commun avec des terroristes comme Ali Benhadj et Ali Djedi. La seule manière de mettre la Kabylie à l’abri de ce moyen âge, que l’Algérie et ses parrains du golf qui soutiennent et financent, c’est de la doter de son propre Etat » déclare le président du MAK qui conclu en faisant un appel à la fraternité et à l’union des kabyles, et en incitant le RCD et le FFS à ne plus se tromper de combat et aller dans le sens de la libération de la Kabylie.


Enfin, Hamid Mâalem, du réseau Anavad, a de son côté saisi l’occasion pour remercier le MAK pour tous ses efforts et rendre un vibrant hommage au président de l’Anavad, Ferhat Mehenni, qu’il a qualifié, sous un tonnerre d’applaudissement, d’homme exceptionnel.

La levée du drapeau a été effectuée par deux enfants, deux frères, symbolisant les nouvelles générations de kabyles. C’est sous l’hymne national kabyle que le drapeau a été levé. Puis, une fois le drapeau hissé, la foule nombreuse, et essentiellement composé de jeunes kabyles, a scandé pendant plusieurs minutes: « Kabylie indépendante ! »


Il est important de souligner que la levée du drapeau kabyle a été dédiée à Farid Uzadi, victime du racisme d’Etat algérien, assassiné par ce dernier, le 26 mai 1984, à l’âge de 24 ans. La maison de jeunes, baptisé à son nom par la volonté populaire, fait actuellement l’objet d’un bras de fer entre la jeunesse et les autorités algériennes qui l’ont débaptisée pour lui attribuer un autre nom.

Après la levée du drapeau sous l’hymne national kabyle et les slogans Kabylie indépendante, ce fut la lecture de Limin (Serment) par le jeune Waghlicien : Teyyev. Comme toutes les fois où le serment d’allégeance au drapeau et à la nation kabyle a été entonné par la foule, c’est dans un climat marqué par une grande émotion que la foule a prêté serment au drapeau et à la nation Kabyle, confirmant l'attachement viscéral du peuple kabyle à sa liberté et à son authenticité.

Notons enfin la présence d’un représentant du mouvement autonomiste Chaoui à Chemini. Ce dernier a fait le déplacement afin de féliciter le peuple kabyle pour l’acquisition de son propre drapeau. Le peuple kabyle est aujourd’hui le cinquième peuple amazigh à disposer de son propre drapeau, il y a eu en premier le drapeau Rifains, puis le drapeau Canariens, puis le drapeau Chaoui puis le drapeau Touareg puis enfin le drapeau Kabyle et tous se réunissent, dans l’entraide et la fraternité, sous le drapeau fédéral amazigh qui prend enfin tout son sens.


cdb/zp
SIWEL 271200 MAI 15



VGAYET / Levée du drapeau kabyle réussie, au nez et à la barbe de la sous-préfecture algérienne de Chemini















VGAYET / Levée du drapeau kabyle réussie, au nez et à la barbe de la sous-préfecture algérienne de Chemini




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu