Universités algériennes : les étudiants de Bejaia mettent en exergue les lacunes

21/11/2011 - 13:18

VGAYET (SIWEL) — Les étudiants du Club Scientifique et Culturel « Les Amis du Livre », de l’université Abderrahmane Mira de Bejaïa ont dénoncé dans une déclaration rendue publique ce lundi matin plusieurs « injustices » pénalisant les étudiants à quelques mois de la rentrée universitaire.


Université de Vgayet (PHOTO: DR)
Université de Vgayet (PHOTO: DR)
La liste des anomalies exposée par ce club a trait aux critères de sélection, des exclusions, la limitation du nombre d’accès au Master. Il est question aussi du retard dans le démarrage de l’année universitaire, dans les délibérations, dans les inscriptions et dans les études.

Ces contraintes affectent le déroulement normal de la pédagogie, a-t-on indiqué, estimant que le vocable « retard » s’est ancré dans les mœurs des responsables algériens.

« Dans l’optique de mener à terme leur mission de mettre à genoux ce qu’il reste de l’enseignement public devant le patronat, les responsables ont annoncé la suppression des filières à l’université telles que l’interprétariat, la profession d’avocat, ainsi que la suspension de plusieurs filières rompant avec la tradition scientifique en réservant leurs enseignements aux grandes écoles », ont-ils affirmé.

« La création des écoles d’excellence, avec une sélection accrue et la professionnalisation des études universitaires, en renforçant la soumission de l’enseignement supérieur à l’économique, a engendré une université à deux vitesses. Le choix de l'étudiant a été relégué au second plan faute de places pédagogiques », déplorent-ils.

« Nous ne pouvons faire barrage à ces attaques que si nous agissons collectivement. Nous pouvons, nous devons, répondre à ces attaques par l’auto-organisation, nous battre pour nos droits légitimes et continuer ce qui a été construit jusque-là, puisque nos administrateurs sont des sbires du système et de ceux qui les ont désignés et c’est à eux qu’ils doivent rendre leurs bilans larvés, loin de la réalité que vit la communauté universitaire (étudiants, enseignants et travailleurs ATS), exclue de tout débat et concertation », conclut le document.

lr
SIWEL 211325 NOV 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu