Une transcription de la langue taqvaylit "kabyle" en caractères arabes dites vous ? Par Sakina Ait Ahmed

04/02/2016 - 08:31

CONTRIBUTION (SIWEL) — Cet article a été écrit et publié, il y a quelques années mais on voit que les faits sont têtus et il y a lieu de le réadapter à la situation actuelle :

Au vu des expériences passées nous avons appris à nous méfier de tout ce que ce pouvoir colonial nous concocte dans ses marmites de sorcières !


Une transcription de la langue taqvaylit "kabyle" en caractères arabes dites vous ? Par Sakina Ait Ahmed
C’est l’exemple de l’introduction de Tamazight dans la Constitution algérienne en tant que langue nationale, arrachée à travers de longues luttes et par le sang de 130 jeunes assassinés par les gendarmes algériens.

Au vu des résultats catastrophiques, en raison d’entraves et de machinations de toutes sortes (enseignement facultatif, cours en fin d’après-midi, des campagnes de dénigrement poussant les élèves et les familles à boycotter l’enseignement de cette langue donc à promouvoir le principe de la détestation de soi, ceci sans aucune prise en charge réelle ni introduction dans les administrations….) nous a échaudé !
Les chantres de la falsification ont intronisé une langue étrangère, l’arabe classique, une langue morte importée et imposée au peuple avec les attributs mensongers de langue nationale et officielle.

De plus ils veulent tellement de “bien” à notre langue, qu’elle est la seule à être rattachée à la Présidence de la république, pour mieux la contrôler, quand on connaît les déclarations virulentes du Président Bouteflika à l’égard des Kabyles et de la Kabylie.

N'est ce pas "ce triste sire" qui avait annoncé à Tizi Ouzou, et ce en une ultime provocation que "de son vivant tamazight ne sera jamais une langue officielle"

Tidet attan da :
D UDEM IS KAN WALIT T ULAMMA D TAMEDDIT
TINIM D ALA TIDET M’UR ETREQ AM TERGIT “Ferhat Imazighen Imula”
Ma d tikkerkkas atent id da "les assertions contraires à la vérité sont les suivantes" :

La sortie récente de Si Elhachimi Assad Président du HCA qui a déclaré que » la transcription en caractères latins du Kabyle est un obstacle pour sa généralisation » !

La bêtise ne s’arrêtant pas là, récemment, il faut ajouter les propos imbéciles de l’autoproclamé “faux scientifique” l’islamiste DJABALLAH :
“ Pour que le tamazight puisse être conforme à nos valeurs arabo- musulmanes, il faut qu’il soit écrit et parlé en arabe “(Caricature de Dilem) !!!
Suite à la énième refonte de la Constitution algérienne qui n'offre qu'une place de « dhimmi » aux langues amazigh sachant que l'arabe enseigné actuellement est une langue fabriquée en laboratoire juste pour asseoir leur idéologie jacobine, mais cela reste le problème essentiel des arabophones.
Voilà que ces jours ci deux kabyles ignorants mais surtout de service, et certainement « missionnés» revendiquent la transcription en caractères arabes.
C'est une façon de soumettre l'officialisation de Tamazight, à une mise sous tutelle carabinée !
Am akken i qqaren : yuden wezger
eqden aγyul
Nous leur répondons surtout « taisez-vous » ne parlez pas en notre nom : Tutlayt taqvaylit tesεa imawlan is ara t ixedmen !
Mais ces gesticulations ne sont que la conséquence de l’implantation fulgurante du MAK en Kabylie

Voici la contribution de Sakina AIT AHMED, toujours d'actualité lors du premier colloque sur Tamazight à Alger traduite en kabyle :
Quel système de transcription pour Taqvaylit et Tamazight en général ?

I lmend n tektiwin i d yefɣen deg usarag i yesdukklen imaziɣen deg sen iqvayliyen, nenna tura avrid n tira d uselmed n tmaziɣt s tutlayin is sumata dayen ivanen. Ur nettuγal ara γer deffir.
Acku, wid yuɣen tanummi serwaten vera n wennar, vegsen-d la d-snulfuyen uguren γef tira.

Ulamma wigi si zik ur ten id yecqi kra, aεyan cenggen aɣ ger igenwan, vɣan ad mḥun tamaziγt di tmurt is
Tura medden akw cfan γef temsal yeḍran seg useggwass n 80 armi d assa. Seg wussan yezrin, alarmi d llint cwiṭ tewwura n tugdut di 1988, tiɣrit tekka d kan sγur uεekkwaz n udavu azayri.

Assa, akavar agi n FLN iwzeε amzun d iftaten. Deg wakken yenduder, amdebbeṛ is Cadli, berzidan n tmurt Lzayer, yenna yasen i yebaεtiyen : « tixret, ǧǧet ten ad arun tamaziγt s isekkilen i sen yehwan. »

Maca imcumen nni ur asen yehwa ara wayagi. Deg wakken i ten iqerḥ wukud, uzlen wwin ten id ula si Lεiraq akken ad ten εiwnen di lumuṛ i vɣan nitni. Ihi Cadli yerra aḍar γer deffir.

Assa taswiεt temrehwal. Imcumen agi sεan afus d kra ikavaren i d ilulen melmi kan neγ d wid yellan zik d uffiren am MDA n Ben Bella. Win ara yeɣren ayen i d ssufuγen deg yeγmisen n sen γef ayen yeεnan idles amaziγ ad temri taluft. Ama d akavar n PRA, APUA neγ MDAn Ben Bella ….ivan tnadin ad εiwden i yeγsan asewwi.

Di tazwara nnan tamaziγt ilaq ad tettwaru s isekkilen n taεravt- tineslemt. Di tama nniḍden nnan d ilaq ad t-teddu kan di lem n taεravt amzun akken d takna. Nitni gguman ad tevεen erray imusnawen i d isekkenen timeslayin d tilelliyin !
Yal yiwet ilaq ad tettunexdam i yiman is. Nitni izedγ iten yiwen lamer, win : » N yiwen yegdud « aεrav », yiwet n tmeslayt » « taεravt », tamaziγt tusa ya sen d d ugur ameqqran.

Ma nuγal d γer ikavaren nniḍen, akavar am FFS ixulf deg sen . Mas Hocine At Ḥmed mi t steqsan di tilizṛi n Fransa n uṭun wi sin (France 2) netta yenna d ilaq ad t naru s isekkilen n tlatinit. Llan wiyaḍ am RCD i yeǧǧan avrid i yemusnawen.
Hattan ihi Taɣwalt (la Communication) i xedmeɣ s tefransist erriɣ t id ɣer teqvaylit:

Di tallit n zik llan 3 igemmay (alphabets) s-wayes i tetwaru tmaziγt. Llan wid qlilit, ur esinen ara tafrensist, dɣa sexdamen kan akka isekkalen n taεravt. Yella ugemmay n Tifinaɣ, ssexdamen-t imaziɣen Itargiyen n tmurt n ssaḥra.
Ma d wi s krad, d-agemmay alatini γer d ernan kra isekkilen igrikiyen (Gamma et Epsilon), ad ilin nnig twines iseggwasen i ttarun yis imyura sumata.

Tura ɣef ayen yuznen tira s isekkilen n taεravt, ilaq ad izeṛ wemdan, agemmay- is yevna γef tirgal « les consonnes ». D tiggi i d lsas n tmeslayt taεrabt. Sellen i tiγra (γoyelles) maca ur tent ttarun ara.
Yella wayen nniḍen : tiɣri (γoyelle) tawezlant d tγezfant. :

Ayagi ur yella ara di tqvaylit neγ di tmaziγt sumata, acku tiγra ur teddunt ara γef tirgal, ttavaεent tirgal , ttilint di tazwara, di tlemmast neγ di tagara n wawal.

Diγen, tiɣra ayagi iwumi nsemma (a, i u « ou e») mara d yili ssexdamen tent waεraven sεant yal yiwet krad neγ ekkuz n tira :
1- Tiɣri /a/ s taεravt tetwaru s hamza i γef d iγelli fatḥa ; alif aγezfan ; fatḥa γef tergalt ara igen imesli (son) /a/ ; yya maksura
2-Ma d tiɣri /i/ tetwaru s : hamza d kasra : kasra γef tergalt /ya/ ; yya maksura
3- Ma d tiɣri n /u/ « ou » tella s : hamza ḍamma- ḍamma γef tergalt ; wwaw.

I tura, amek ara nextir tira ? S tin nenfeε d tusna, neγ ad netveɛ iverdan yetwaγen (idéologiques). Di tmura i fehmen, i wesbeddi n ugemmay ilaq amdan ad yezdi avrid n tmusni yak d ttusna.

Deg wayen yuznen tameslayt n teqvalit, neγ n tutlayin nniḍen n tmazγa, nefra t dayen tevrez s tin n tusna.
Deg umur n tirgal (consonnes) semrasen « ils emploient » krad n talγiwin « formes » i yesemxalafen tira n targalt di tazwara di tlemmast neγ di tagara n wawal.
Ayagi ur t nesεa ara di teqvaylit

D tamusni n tjerrumt « la grammaire » akw d iluggan n talγa (règles de morphologie « forme du mot ») i yetεawanen amdan akken ad iεqel awal, d wamek ara t id iγeṛ diγen akken ad yaru mačči akken i d as yehwa, maca ad yaru s tin n iluggan n tjerrumt

Agemmay aεrav γurs 28 n tirgal, win n tmaziγt – taqvaylit d amerkanti 35, amek ara naru isekkilen ur nella ara di taεravt ? Ma d tifinaγ γurs kra n tiγra, maca ar assa ur d ssufɣen ara kra ilugan n tira « règles de transcription » neγ wid n tjeṛṛumt « règles de grammaire ».
Ala di Merruk, llan ttarun ula d nitni s isekkilen n tlatinit.

Maca, segmi t erran d tutlayt tunṣivt , akken ad erren ɣer erif wid n tlatinit, hetmen fell asen ad xtiren ger isekkilen n taεravt neɣ wid n n tifinaɣ. Maca imusnawen xas llan vγan wid n tlatinit uγalen qevlen ad sxedmen wid n tifinaγ !
Ar tineggura yagi, imusnawen akw yesεan azal jevden iman n sen

Nezmer ad d nini imaziɣen n Niger akw d Mali deg usarag n 1966 di Bamako , xtaṛen isekkilen n tlatinit, xas akken rran lqima tameqqrant i yesekkilen n tifinaɣ, ssexdamen n ten i yismawen n tḥuna n tɣiwanin n tidevlin « administrations » n tudrin sumata (…)

ILAQ AD FEHMEN : YAL TAMESLAYT D TILELLIT !
VIVE LA KABYLIE LIBRE

Sakina AIT AHMED
Linguiste/écrivaine,

SIWEL 040831 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu