Un médecin oranais était venu apporter son soutien à la Kabylie lors de la marche du 17 avril à Paris

19/04/2016 - 00:42

PARIS-DIASPORA (SIWEL) — Lors de la mémorable marche de la diaspora kabyle à Paris ce dimanche 17 avril, un médecin Oranais, M. Yacine Mahi Bahi est venu apporter son soutien aux revendications légitimes du Peule kabyle affirmant "Je sais pourquoi vous êtes ici" et pour cause, les manifestants ne cessaient de scander les slogans on ne peut plus parlant "Algérie coloniale, Kabylie indépendante"...


Ce médecin pratiquant dans les hopitaux de Paris, a salué les marcheurs Kabyles : « Mes chers Amis kabyles, je vous salue et je salue votre engagement et votre volonté de brader le froid et l'exil pour venir marquer votre solidarité avec les familles des victimes des printemps berbères de 1980 et de 2001 ».

Il a ensuite admis que « la Kabylie subit depuis plus de 40 ans, les méfaits d'une des dictatures les plus odieuses de l'histoire de l’humanité », « les exactions commises par le régime algérien envers les populations berbères démontrent à quel point, ce régime a échoué dans sa politique envers cette région ».

Profitant de la tribune qui lui était offerte, il a rendu un hommage au combat de Mouloud Mammeri en reprenant une des citations les plus célèbres de l'anthropologue et linguiste kabyle : « Vous me faites le chantre de la culture berbère et c'est vrai. Cette culture est la mienne, elle est aussi la vôtre. Elle est une des composantes de la culture algérienne, elle contribue à l'enrichir, à la diversifier, et à ce titre je tiens (comme vous devriez le faire avec moi) non seulement à la maintenir mais à la développer. C’est dans le sens de sa libération que mon peuple ira »

Au moment où il a abordé le fait que la « langue Tamazight est aujourd'hui une langue officielle et nationale ! Qui l'aurait cru un jour ??? », l'assistance l'a sifflé et hué, mais il avait la clairvoyance d'avouer qu'il s'attendait à ces sifflements, reconnaissant lui-même qu'il sait « que certains d'entre vous ne croient plus en cette Algérie »... car pour les souverainistes Kabyles, cette "promotion" de Tamazight est un non-événement car pour eux, leur langue nationale et officielle, c'est la langue kabyle.

L'orateur s'est fait une seconde fois hué lorsqu'il avait dit : « La Kabylie est la locomotive même de ce train qui est l'Algérie... ce train ne pourra jamais avancer sans cette locomotive » et l'assistance lui avait répondu que « le moment était enfin venu pour que la locomotive kabyle servira uniquement la Kabylie »

zp/wbw
SIWEL 190042 AVR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu