Un jeune militant du MAK, Yanis Hadim, arrêté et embarqué par la police algérienne

28/08/2016 - 00:24

TIGZIRT (SIWEL) — Le 25 août en fin d'après midi, Yanis Hadim, jeune militant de la Confédération MAK - At Dwala, a été arrêté et embarqué par la police coloniale algérienne pour cause de "possession de Drapeau kabyle". Le jeune Yanis est un lycéen de 17 ans, ce qui n'a pas empêché la police coloniale de le malmener et de l'embarquer manu militari.

Copieusement insulté dans le commissariat de Tigzirt sur mer, en des termes des plus vulgaires et que la bienséance ne nous permet pas de rapporter par notre agence, le jeune militant a été relâché après lui avoir "confisqué" le drapeau national kabyle non sans l'avoir menacé de représailles s'il ne renonçait pas à son activisme au sein du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie


Yanis Hadim, le premier à gauche avec les lunettes de soleil et le drapeau kabyle sur les épaules, lors de la grandiose marche organisé par le MAK, le 20 avril 2016.
Yanis Hadim, le premier à gauche avec les lunettes de soleil et le drapeau kabyle sur les épaules, lors de la grandiose marche organisé par le MAK, le 20 avril 2016.
Le jeune Yanis se trouvait à la plage de Tigzirt avec des jeunes de son village d'At Mesbah lorsque tout d'un coup des policiers qui patrouillaient dans le secteur sont descendus sur la plage telles des furies à la vue du drapeau kabyle. Très fier du drapeau national kabyle, le jeune Yanis l'emporte effectivement partout avec lui, il avait donc planté son drapeau sur le sable au vu et au su de tous.

La patrouille de la police coloniale était accompagnée du commissaire qui est descendu lui-même procéder à l'arrestation d'un jeune militant kabyle de 17 ans ! ... Embarqué manu militari au commissariat avec un des jeunes de son village, ils ont été copieusement insultés en usant de mots et d'expression extrêmement vulgaires, portant atteinte non seulement à leur dignité mais aussi à celle de leurs parents, comme sait si bien le faire la police coloniale algérienne quand elle se trouve face à des souverainistes kabyles.

Avant de les relâcher, Yanis et son jeune ami ont été menacés de représailles s'ils continuaient à exhiber le drapeau kabyle. Quant à Yanis, militant actif au sein de la Confédération MAK des At Dwala, il a été lourdement menacé avant d'être "sommé" de cesser toute activité au sein du MAK sinon il le "regretterait". C'est ainsi que la police coloniale algérienne se comporte avec de jeunes mineurs kabyles, pensant sans doute leur faire peur. La police coloniale ignore cependant que c'est précisément l'effet inverse qui se produit. Plus les militants sont arrêtés, harcelés, plus ils activent et plus ils font des émules, grossissant ainsi les rangs du MAK.

Par ailleurs, Yanis Hadim est originaire du village d'At Mesbah, un village qui compte en son sein un nombre important de militants souverainistes, un village où le MAK a déjà organisé bon nombre de meetings et de conférences. Rappelons que le Village d'At Mesbah est le village de l'illustre Amar Imache, un autre héro kabyle dont l'Algérie n'a pas voulu, véritable instigateur de l'Etoile Nord Africaine, avant que cette dernière ne soit finalement récupérée et détournée par Massali Hadj, une" pièce rapportée" pour tenter d'impliquer les populations arabophones dans la lutte pour l'émancipation de peuples d'Afrique du Nord.

bb/zp/wbw
SIWEL 280024 AOU 16






Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche