Un drapeau amazigh déployé à Ghardaia déclenche une crise d’hystérie à la TV arabo-islamiste «Ennahar»

20/01/2014 - 23:45

ALGER (SIWEL) — A la seule vue du drapeau amazigh accroché au balcon d’une habitation mozabite incendiée par des châambas, agissant sous la garantie d’une totale de l'impunité, la TV arabo-islamiste « Ennahar » a été prise d’une véritable crise d'hystérie. Dans un journal télévisé, diffusé hier soir, Ennahar tv, dans un délire pathétique, accuse le MAK d’être derrière les troubles de Ghardaia. Étonnant ! Tant de culot laisse pantois....La vue du drapeau amazigh a produit sur Ennahar le même effet qu’un chiffon rouge agité devant un taureau énervé. Le journaliste, interrogeant une « source locale » monte tout un réquisitoire contre le MAK et contre Kameleddine Fekhar dont ils veulent absolument faire les boucs émissaires.


Parce que le MAK a clamé haut et fort sa solidarité avec le peuple mozabite, qu’il a organisé une marche de soutien à Tizi-Ouzou, qu’il a clairement désigné les agresseurs parmi les Châambas et les forces de police algérienne auxquels viennent de se rajouter les gendarmes algériens ; alors le régime algérien a lâché sa presse arabo-islamiste contre le MAK et contre Kameleddine Fekhar, accusé d’être militant du MAK et d'être, à ce titre le pyromane de la situation, comme si c’était lui qui organisait les raids de Châambas et de policiers contre les quartiers mozabites, comme si c’était lui qui avait commis les viols dans les commissariats, comme si c’était lui qui avait assassiné à coup de sabre un de ses concitoyens...

Ce qui gêne le régime algérien et l’ensemble de ses institutions, dans le pouvoir en lui-même, comme dans sa prétendue opposition, c’est que le Dr kameleddine Fekhar a choisi son camps, et c’est celui de la vérité crue, la vérité sur ce que son peuple vit depuis des mois, victime de la haine et de la barbarie de hordes de voyous appuyés par les institutions raciste de l’Etat algérien.

Pour la première fois, le pouvoir algérien n'accuse pas une main étrangère et affirme même le contraire. « Il n’y a aucune preuve qui confirme l’implication d’une main étrangère dans le conflit à Ghardaïa. Au contraire, tout porte à croire que cette crise est l’œuvre de parties internes », a expliqué le ministre de l’intérieur algérien.

Par ailleurs , la cellule de crise dirigée par le wali de Ghardaïa accuse directement le MAK et Kameleddine Fekhar. C'est ainsi que les propos de cette cellule de cirse sont rapportés par la chaine arabe Ennahar TV dont voici un extrait :

« La ville de Ghardaïa s'est à nouveau embrasée suite à des affrontements provoqués par des éléments du mouvement séparatiste MAK qui veulent plonger à nouveau la région dans la violence »…

« des sages des deux communautés travaillent d'arrache-pied pour ramener le calme »,

« La cellule sécuritaire sous l'égide du Wali redouble d'effort pour éteindre les affrontements surtout que maintenant, ils ont eu l'information que des éléments du MAK, mouvement séparatiste, sont derrière ces troubles, et le plus en vue d'entre eux c'est Kameleddine Fekhar qui est le vrai artisan de tous ces événement qui secouent Ghardaia depuis des mois »...

Et les propos du journaliste sont appuyés par des images zoomant sur le drapeau amazigh pour donner du crédit à leurs mensonges tout en qualifiant ce drapeau de «drapeau des séparatistes». Décidément, la solidarité amazighe fait trembler le pouvoir algérien, particulièrement le rapprochement entre les deux peuples amazighs kabyle et mozabite.

Dans une seconde édition de la chaîne de télévision Ennahar, les quatre premières minutes du journal sont consacrées aux événements de Ghardaia dans de remarquable manipulations de l'opinion publique qui désignent deux coupables: le "mouvement séparatiste MAK" et le Dr. Kameleddine Fekhar désignée, par cette chaîne de télévision raciste, comme étant le cerveau, l'artisan, des drames se passent à Ghardaia.

cdb,
SIWEL 202345 JAN 14





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu