Tunisie : les premiers résultats officiels confirment l'avance d'Ennahda

26/10/2011 - 08:53

TUNIS (SIWEL) — Selon les premiers résultats officiels mais partiels annoncés hier mardi 25 octobre par la commission électorale ISIE, le parti Ennahda est arrivé en tête dans neuf des 27 circonscriptions, notamment dans la métropole économique de Sfax (Centre-Est). Le parti islamiste obtient 28 des 55 sièges dans ces neuf circonscriptions. Avec les neuf sièges obtenus à l'étranger, il peut déjà compter sur 37 élus dans la future assemblée de 217 membres.


Tunisie : les premiers résultats officiels confirment l'avance d'Ennahda
Dans les neuf circonscriptions où le dépouillement est terminé, Ennahda est suivi par le Congrès pour la république (CPR, gauche nationaliste) avec 9 sièges, à égalité avec la liste Pétition populaire pour la justice et le développement (PPJD).

Une surprise pour ces élections vient de cette liste absente du terrain et dirigée par Hechmi Haamdi, un millionnaire tunisien basé à Londres. Il a fait campagne depuis la Grande-Bretagne par le biais de sa télévision satellitaire Al-Mostakilla. Cependant, La PPJD fait déjà l'objet de plaintes, en France et en Tunisie, pour le non-respect des règles de campagne, notamment pour l'utilisation abusive du média privé du millionnaire.

Le parti de gauche Ettakatol obtient 4 sièges, le Parti démocrate progressiste (PDP, laïc) 4 aussi. L' Initiative, parti dirigé par un ancien ministre de Ben Ali, obtient 2 sièges. L' Alternative révolutionnaire, appuyée par le PCOT (communistes), et Afek Tounes (libéral) obtiennent 1 siège chacun.

Sans attendre les résultats définitifs, le chef du parti de gauche Ettakatol, Mustapha Ben Jaafar, a annoncé que les discussions pour la constitution d'un exécutif après l'installation de l'Assemblée constituante avaient commencé, notamment avec les islamistes d'Ennahda.

Les discussions ont commencé avec tous les partenaires politiques, y compris Ennahda, et se poursuivent en attendant l'annonce des résultats définitifs ]g, a-t-il précisé, tout en se disant personnellement«  prêt à assumer les plus hautes responsabilités si un consensus se dégage ». De son côté, Noureddinne Bhiri, dirigeant d'Ennahda, a confirmé que « les discussions étaient bien engagées et portaient sur la formation d'un gouvernement de large union où personne ne sera exclu, sauf ceux qui refusent d'y participer. »

M. Ben Jaafar s'est présenté candidat à la présidence de la république par intérim.


cc
SIWEL 260859 OCT11

Tags : Tunisie, vote



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu