Transcription de Tamazight : Allons-y gaiement…

24/02/2016 - 18:52

TLEMCEN (SIWEL) — Alors que la nouvelle de la demande par des instances étatiques algérienne de Yennayer comme «patrimoine universel de l’Unesco» nous est venue d’Oran, c’est à partir de Tlemcen que M. Assad souligne que le caractère utilisé pour la transcription de Tamazight ne pose pas de problème (sic).

Autrement dit, Tamazight, (qu’il reste par ailleurs à définir ne sachant pas s’il s’agit de Taqvaylit, Tamashek, Tachaouite, Tamzabt ou Tachenouite), pourra être écrite en graphie arabe, latine ou Tifinagh…un joyeux mélange qui donnera le temps nécessaire à l’Etat algérien de parachever sa substitution identitaire.


Transcription de Tamazight : Allons-y gaiement…
Pendant que M. Assad débite son discours sur «peu importe le mode de transcription», dans le même temps, des pseudo-linguistes à la solde de l’Etat algérien préconisent l’usage de la graphie arabe et tentent de vendre, (même si on se demande à qui il pourraient bien vendre une telle aberration?) l’usage de la graphie en caractère arabe en faisant fi d’un siècle et demi de travaux berbérisants en graphie latine pour ce qui concerne la langue kabyle.

Et comme le diable se cache dans le détail, il y a lieu de souligner que M. Assad « a expliqué que l’enseignement de tamazight s'effectuera au primaire avec la langue maternelle pour faciliter la communication avec l'enfant et au cycle moyen avec les variables linguistiques selon un programme pédagogique mis à jour par un groupe d'experts du ministère de l'Education nationale en coordination avec le HCA »… un charabia digne de l’école algérienne !... Et l'école algérienne étant entièrement arabisée, de l’école primaire jusqu’au baccalauréat, il est sûr et certain que d’éminents «pédagogues» et autres «psychologues scolaires» ne manqueront pas de préconiser l’usage de la graphie arabe pour ne pas surcharger et perturber les enfants avec deux graphies radicalement différentes.

Et comme il est par ailleurs prévu de traduire des textes littéraires arabes vers tamazight, gageons que le vénérable Ibn Badis de l’association des Oulamas, qui se satisfaisait amplement du statut de français musulman durant la colonisation française et dont la devise était « Cha3bou eldjazair mouslimoun wa ila el3oroubati yantasib», sera traduit en long et en large. Rappelons que ce sont cette même association des Oulamas qui avaient considéré que «les kabyles ne seraient des algériens à part entière que le jour où ils cesseront de chuchoter ce jargon qui nous écorche les oreilles»

zp,
SIWEL 241852 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche