Tizi-Ouzou : les grèves des éboueurs sont « illégales » selon le maire de la ville

16/03/2012 - 12:38

TIZI-OUZOU (SIWEL) — La grève des éboueurs de la ville de Tizi-Ouzou déclenchée depuis plusieurs jours est déclarée illégale par le maire Naguim Kolli, qui a animée un point de presse hier soir à ce sujet. Il intentera, selon ses dires, une action en justice contre les grévistes dont le syndicat, affilié à l’UGT, n’est pas représentatif, affirme le P/APC.


Les poubelles sont brulées à même le trottoir. (PHOTO: SIWEL)
Les poubelles sont brulées à même le trottoir. (PHOTO: SIWEL)
Concernant les revendications des travailleurs, Naguime Kolli défend avoir « invité les travailleurs à des négociations, mais en vain ». Un refus qui conduira le premier magistrat de la commune à instruire une action en justice.

De leur côté, les travailleurs de la voirie dénoncent le mépris affiché à leur égard par le maire qui refuse, de son côté, d’appliquer ses engagements. « Le maire avait promis en novembre dernier de prendre nos doléances en charge, mais depuis rien n’a été réglé. Nous attendons le versement nos salaires depuis huit mois, notre dotation en tenue de travail et une couverture sanitaire», affirme un syndicaliste.

Parallèlement à ce mouvement de contestation et aux justifications des uns et des autres, la ville de Tizi-Ouzou est devenue une décharge à ciel ouvert.

Le groupe Nicollin qui s'est vu attribué le marché de collecte des ordures ménagères et le nettoiement de la Ville de Tizi-Ouzou pour un montant de 56 millions de DA, devait opérer depuis le début du mois de mars. Un engagement qui tarde à voir le jour. En ultime recours, les ordures sont brûlées à même le trottoir par la population.

tt
SIWEL 161238 MAR 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche