Télévision algérienne : affaire de corruption à la chaîne 4 (Tamazight)

01/08/2012 - 16:16

ALGER (SIWEL) — Après l’épisode du harcèlement sexuel dont ont été victimes des journalistes de la Chaîne 4 de la télévision nationale, et qui n’a pas encore livré tous ses secrets, voila un nouveau scandale. Cette fois, c’est une affaire de corruption que l’artiste Abdelkader Oukaci, artiste kabyle, apporte à l’opinion publique. « Je me sens humilié et victime d’un abus de pouvoir. Je veux dénoncer cette hogra », a déclaré l'artiste kabyle.


La chaîne de télévision amazighe secouée par plusieurs affaires. PH/DR
La chaîne de télévision amazighe secouée par plusieurs affaires. PH/DR
Une nouvelle affaire vient d’éclabousser les responsables de la chaîne de télévision amazighe algérienne. C’est Abdelkader Oukaci, un chanteur de « Vgayet qui vient de crever l’abcès en évoquant ce mercredi lors d’une conférence de presse, d’avoir fait l’objet d’une tentative de pot de vin de la part d’un responsable de l’auguste chaîne de télévision », ont rapporté des sites d'information, aujourd’hui.

« Le 24 juillet dernier lorsque, dira l’artiste, le chef du service de programmation des clips n’a pas hésité, un instant, à me demander toute honte bue, et ouvertement, un pot de vin en contrepartie de la diffusion de mon clip sur la chaîne ». Plus grave encore, révélera-t-il, « mon interlocuteur m’a clairement signifié que la programmation de mon clip était tributaire du paiement d’une rançon ».

L’artiste s’est interrogé, par ailleurs; « est-il normal qu’une chaîne de télévision publique de surcroît, émettant en tamazight,me réclame une tchipa après tout ce que j’ai donné à la chanson kabyle ? ».

Selon la même source, l’artiste s’est dit « déterminé à ne pas rester de marbre devant ce genre de comportement hors-la-loi dont l’auteur n’est autre qu’un responsable, dont la mission n’est autre que d’œuvrer à la promotion de la culture et de l'identité algériennes», a-t-il déclaré pour Algérie-express.

Pour l’artiste Abdelkader Oukaci, ce qu’il a vécu dans le siège de cette chaine « est loin de constituer un cas isolé». Il rapportera dans le menu détail l’échange vif qu’il a eu avec ce responsable qui se dit « intouchable. «Tu ne me connais pas encore, dir ma fik me dira-t-il », affirmera l’artiste.

aai/maks/agences
SIWEL 1 1616 août12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu